news

Mars 2015

 

RADIO KLANDO PERMANENTE 32

Enedeka clip5

 

LE PRIX A LAISSER

EXTRAIT DE

UNE BANDE SON

DES NOUVELLES INVASIONS BARBARES

MIX TAPE

ENEDEKA MASKA / DJ SON

 

Mixdown.net

 

Je connais ma ville je connais le prix à laisser ...je connais la vie on est juste pris à l'essais .Juste prés à y laissé sa peau / pour un levé de drapeau / c'est un laché de ballots...Ma iv sent le givre, le résidus de pavot...ivre de liquide amiotique : un requiem dés la naissance...ça n'a rien d'anecdotique, j't'ai vu du bout de ma longue vue, vite...du bout d'mes lèvres j'te tchip...j'suis pas le mauvais élève classique, DJ SON ,sur la sono,envoie l'son, class war hit, "une balle dans le ventre ça fait pas un héros mais une péritonite" comme dirait line-cé /passe le Gin et l'tonic, touche mon jean et j'te nique : c'est pour l'insulte.Hé c'est  garder la classe avec des insultes dans la bouche, j'peux me regarder dans la glace j'suis pas de ces ordures un peu louches.Dans ma chambre comme dans ma cervelle c'est propre mais c'est l'bordel.Envoie l'son DJ SON, c'est du super sonic...paraît que j'suis prolifique mais me revoilà... dans cette putain de mosaïque...

Chacun sa came...d'autres tournent à l'anisette, moi j'fais le choix du vacarme pour d'autres c'est la nuisette...avoue que ça t'ennuie sec, moi, c'est c'qui m'nuit cet appétit certain pour la destruction, petit à petit on s'éteind sans objtection, c'est un projet à l'apogé envoie l'son DJ Son, c'est l'son d'la canaille, c'est d'la racaille , eh bien, j'en suis... "Kurwa" "karai"...c'est pas Guadalcanal mais l'kick dans les gencives, Kick hat snare, le flow de Lacenert si le rap c'est la guerre c'est qu'ya trop de mercenaire...

c'est vener, j'per mes nerfs, mais cesse pas de persévère,marre de sang, j'perd mes vers, j'te charrie d'assault à pied ou à chenille, j'suis qu'un chien enragé qui a brulé le chenile...dis moi si le foi se meurt est ce que le fond de l'oeil jaunit

j'veux pas d'une vie à l'ombre ni des barreaux derrière les carreaux, j'ai vu craqué le vernis


 

 

juillet 2014

RADIO KLANDO PERMANENTE#31

 

CAUSTIQUE

demo

paroles: Enedeka Maska / Instru: Eno Kaes 2012

enregistrement; Unikogree 2013

HomestuDIYo AktionK 2013

WARNING

Ce morceau avait été annoncé il y a 4 mois déjà des soucis techniques ont reporté sa sortieà aujourd'hui via Youtube.Les textes sont donc présent au nivrau de la Radio Klando 31.

Le moi de Juillet aura donc bien sa RADIO KLANDO PERMANENTE "35

en attendant voici un nouvel extrait: remix des 4 premiers morceaux du nouvel Album

 

 

I RAP II KLASS

ANATOMIE DE LA HAINE

LE TEASER

(extraits inédits)

AKTION K ET HWAR PROD PRESENTE

Irap ii klass

11titres Anarcho-crunk Klasswar Musik

Paroles/Musiques:ENEDEKA MASKA / ENO KAES

FEAT. ERETIK + UNIKOGREE (HWar leKollektif)),SHAI HULUD ( Coutoentrelesdents),SINAI,DJ SON (MixDown Prod)

LES CHOEURS DE L'ARMEE NOIRE DE L'ANTIFRANCE

libre téléchargement sur

http://coutoentrelesdents.bandcamp.com/album/i-rap-ii-klass

 

street CD

PRIX LIBRE POUR L'AKTION K

l'Aktion K est un Kollektif oeuvrant à la diffusion d'une

Kulture de Klasse Antagoniste

"Nous ne sommes pas venu divertir pour le bien de la paix sociale

mais

INSTRUIRE ET S'INSTRUIRE

POUR LA GUERRE CIVILE"

EXTRAIT

A l'ouest rien de nouveau (this is class war part.I)

 

Irap iiklass back

paroles présentes dans la rubrique Lyrics de enedeka.e-monsite.com

Interieur

 

A VENIR

RECEUIL DES ANATOMIE DE LA HAINE

RECEUIL DE LYRICS + TEXTES

 


 

AVERTISSEMENTEnedekamaska introEnedeka site

"Ce site 

est une Arme Opérative"

Enedeka Maskirovka

âme sensible s'abstenir

n2k-RADIO KLANDESTINE ENEDEKA

 

Introduction

INTERDIT AU MOINS DE 16 sans 64

 

revolution-proletarienne.

A COUPS DE DAGUE VENITIENNE,DADA DAGUE VENITIENNE

JUIN2014

 

RADIO KLANDO PERMANENTE#34

1 kick 2 coups de baguette

Img 6413

 I KICK II KOUP DE BAGUETTE I PAIN DE PLASTIK

1 kick, 2 coups de baguette, 1 pain de plastique, 1 beat, 1 "ok tkt" et bombe "boumbastik , telefontastik" / j'ai les tics et les t.o.cs du détraqué authentique : autiste face aux flics par principe / tire un coup et c'est la guerre mondiale comme Gabriel Princip... / Nique l'archi-duc, les barons et les têtes à couper, procs, flics, juges et mattons / les traîtres à pas louper!

Quand je dors j'me marre / (au moins dans mes rêves ) / mais ma iv' prend des airs de cauchemard, "hey connard je crève" / de rire jaune, la soupe à la grimace / a bien remplis la jauge , j'ai tiré la culasse.../ y a de la neige sous mes pieds, blanche comme le piège sous ton nez , / le sol qui se dépèce sous mes pas et moi qui me dépèche , le trépas / au bout du dépassement ./ Tu défrayes mais ne paye pas / mais ne regrettes pas le déplacement ./Ne me dis pas que le murmure de la Place  ment ./C'est bien la ge-ra qui monte donc lâchez face à l'immonde / D'ici qu'on vive un bon moment faudra encore matter sa montre / Rappellles -comme toi disait Maman - "c'est la petite bébette qui monte" / Depuis des lustres ,j 'écluse,  l'araignée collée au plafond. / Depuis les étrusques , ça use, pour les milliers dans les bas fond. / Depuis les étrusques ,ça abuse : une poignée de porcs qui s'en sort pour des millions dans les bas fonds.

Dans la boue glacée j'ai deviné un visage, / sur la roue enlacée , torturé dans le virage... / Dans la neige, j'ai écrit mon blase / d'un crachat d'amertume dans lequel tu liras mon âge: j'ai 400 000 année lumière /La rage , comme tout les damnés / des porcs qui me collent au derrière : des sales klébards qui te suivent à l'odeur, / (ils) ne pensent que provoquer la peur, mais connard c'est celle de l'honneur, de notre morale, de nos valeurs / Traîte nous de voleurs on est al / Ne nous mélange pas aux violeurs; / J' 'suis qu' un "macaque" avec une arme : un cerveau, / un certain manque de calme ./ Ne me demande pas si j'ai une âme / je la préfère au manque de came : tête brûlé, cerveau mé-cra... / Je préfère me faire un enculé que de retomber dans la me-ca / thérapie par la violence, giclée de sang comme à la naissance.../adrénaline, des cris, des pleurs, c'est sanguinolant, l'hémoglobine (et) pour me dire que je suis vivant : 1 kick deux coups de baguettes un pain de plastique : un beat , un ok t'inquiète et boum "bombastik, telefontastik" j'ai les tics et les T.O.C du détraqué authentique  / autiste face aux flics par principe / Tire un coup et c'est la guerre mondiale comme Gabriel Princip.

2 coups de baguette

Je veux les clavecins de Mozart , / les Orgues de Staline / "faîtes tirer les me-sar "/ il faut pousser la machine... / Les trompettes de Jéricho, / détournement de Gospel baptistes, / le blast vient d'Uniko. / Est ce la voix de l'antéchrist? / Ou 1 kick, 2 coups de baguettes et un pain de plastik / un beat , un "ok t'inquiète et boumbo blastik telefontastik" / j'ai les tic et les tocs du détraqués authentique / autiste face aux flics par principe / tire un coup et c'est la guerre mondiale / comme Gabriel Prinzip.

NIIK

MASKIROVKA

1 kick enedeka

1 Kick 2 coups de baguettes 3 pains de plastiques

 

CONCERT 17 JUIN 2014

ENEDEKA MASKA-SHAI HULUD

Enedeka aktionk skp 57

--Débarquement sur BREIZH ardante--

 

P'tite dédikasse à Shock pour cette reprise épique de cerveau grenade

VIDEO KLANDESTINE - HORS SERIE

Enedekamaska intro

MAI 2014

enedeka maska introduction à l'anatomie de la Haine

"Il est évident que l'arme de la critique ne saurait remplacer la critique des armes;La force matérielle ne peut être abattue que par la force matérielle; La théorie se change, elle aussi , en force matérielle (...) dés qu'elle devient radicale.Être radicale, c'est prendre les choses à la racine."

K.

"La critique (...) aboutît donc à l'impératif catégorique de renversertoutes les conditions sociales où l'homme est un être abaissé, asservi, abandonné , méprisable (...) "

Enedeka 1

- ANATOMIE DE LA HAINE #2-

 

Street CD 11 titres Anarcho-Crunk / Guerre de Klasse Musik

Sang pour sang Anti-France Hooligans 

Soutien à l'AktionK (Propagation de Kulture de Klasse)

aktionk.noblogs.org

 

Bientôt dans les Kiosk de l'Anti-Monde et sur les tables de presses trikards

Support da Anti-Fan Zine Ligue

GUERILLA URBAINE=POESIE MODERNE

  à venir

RADIO KLANDESTINE # 34


 

 AVRIL 2014

KILL ALL DA ROCK STARS

Mc enedeka aktionk nolog org

Coming out and play

"you 've gotta keep us separated"

 

Dans la rubrique "potain, tainpu, MDR et cass toi pov' con", certains font leur coming out et avoue à l'humanité déçue qu' ils ne sont finalement rien de plus que ce qu'il semblait être. Conclusion le mec de Paris -Violence peut toujours se servir de l'instru réservé aux crétins de son espèce (voire plus bas,1 cadeau Eno Kaes pour les fans de parodie Faf "On Va te Goumer").Moi, mes Amis m'ont dit que j'étais un Marxiste Léniniste qui s'ignore. Mais  comme dirait Bière Sociale,"mes Amis vont mal".

NOUS

"Même le Nihilisme on n'y croit plus..."

Enedeka aktionk

-1-

Le site AKTIONK (Propagation de Kulture de Klasse) avance. On remercie les Kamarades émérites qui s'y attèlent nuit et jour.Et on promet de leur apporter plus d'eau et de bientôt installer la lumière.

Bientôt les instrus ENO KAES y seront dispo, avis au MC, téléchargez, renvoyez vos morceaux, le projet ARME X consistera en une compile des titres ainsi récoltés

-2-

Grace au SHAI HULUD aka Openheimer ( oui oui celui avec un COUTOENTRELESDENTS.NOLOG.ORG) le disque I RAP II KLASS (Anatomie de la Haine #2) devrait bientôt sortir du labo 21 où le dit-Opus est concoté dans le plus grand secret depuis au moins 9 mois (véridique). Si on attendait plus longtemps, on aurait bien sûr été forcé de rajouter un sous titre de plus. Ce qui aurait paru gênant au plus suceptibles d'entre nous

.Enedeka 2

-3-

Qui dit "Sortie de disque" dit "CONCERT". Les amateurs d'organisation de ce genre d'évènements pyrotechniques sont donc priés de se faire connaître auprés de tous les Polit-Büro de l'Anti-Monde.Les 400 000 Pigeons Morts de l'AntiFrance sont déjà sur le pied de guerre...

-4-

OUPS le morceau CAUSTIQUE ( Radio Klando Permanente #32) avait tenu à l'écarte ( les staliniens disent "rafraîchis").L'erreur va être réparé d'ici peu.

-5-

En attendant vous pouvez déjà écouter trois extraits du skeud à venir ( qui n'aura donc bientôt plus grand chose d'inédit pour les initiés) : DOOMSDAY ( Radio Klando #29), LA VIE DES ENCRIERS (Radio Klando#31) et SKP (Radio Klando #33)

 

Aktion k twk musika

COURAGE, FORCE ET DETERMINATION A TOUS ET TOUTES

Salutation Solidaire à M. le Punk V...Vivant , à Vendetta

Contactez nous sur klasswaruberalles@laposte.net pour parler AktionK, dates et dettes, diffusion et vieille Interview de Nocif...Arf

 

RADIO KLANDESTINE #33

Aktion k twk enedeka maska

S. K. P

 Pour Les Femmes Pirates, Mes Hools et mes B-Toons!!! "Chevènement dans l'coma t'étais mieux là bas" 

Pour les Rots und Schwarz Street Fighta, les Fedayins du bitûmes

Pour les prolétaires des ruelles et mes  Singes des rues, 

-Lyrics: Enedeka 2013 / Instru: Eno Kaes 2012 / Enregistrement: Home Study YO @ JBJB XIIIe Front Kick représente/Dessin:GwenTWK-

UN SIGLE?

Un cocktail sur une étoile noire

 Je déterre le H de guerre / Garde bien ta Paix batard! / Iroquois en Nike air , y a qu'à allumer les chtards!! /H-WAR pour frères, Haine de Klasse comme Histoire / Aucun rescapé, c'que je viens chanter c'est le SKP / on vient s'tapper , t'as pas compris, reste qu'à tout péter / DSK tout pété / C'est bien le PS..." t'as voté?! c'est qu't'as rien capté!" / RIEN N'A CAPOTé /la vérité= Grosse Partouze comme la Papauté / "ils viennent te tripoter puis te parler de propreté..."

Sur le clavier tapautez: /L'insurrection, le communisme qui vient de partir, a juste un goût de propriété /UN CONSEIL? /Si tu sais faire un gateau , tu sais faire une bombe /ON A CONSCIENCE DE NOTRE FORCE, LA FORCE DE L'OMBRE /Surgît sur les flics, les vitrines comme un cri dans la nuit / y aura de l'hémoblobine /si l'avenir nous sourît, on va péter des dents /Depuis toujours on vient niquer PARIS RIEN NE VA CHANGER MAINTENANT / T'as toujours pas compris? /Pa-Parisien Nan nan, Ban-banlieusard Oui oui! Sauf au Stade, Tribune Auteuil mes Hooligans Sisi!!

ICI C'EST PARIS, SA BANLIEUE ET SURTOUT LE CONTRAIRE /C'est la Revanche des Gueux, Quand Paname sent la Guerre!! Tout niquer sur les Champs c'est comme un rêve d'enfant, TOUS BANLIEUSARDS MIS AU BAN RATS DES VILLES ET DES CHAMPS /des cauchemards qui nous hantent comme des rêves attachants / des lendemains qui déchantent sur des refrains tranchants

S pour Squatteur / K pour Kasseur / P pour Paris /SKP t'as compris? Squatteur Kasseur Paris 

Je baiserai la France avant qu'elle même me baise OUAIS JE SUIS ANTIFAF SANS QUE LES SS REVIENNENTMEC /Les neuski sont déjà là en Casual dans la rue / et pour te dire antifa t'as attendu qu'ils tuent!?/ T'as pas compris ou quoi? Moi mon Block est Reunoi!/ pas  un "wannabe-dressed-in-black" /J'l'ai déjà dit plus d'une fois, je suis venu pour tout péta, les porcs, flics ou feufa, les vritrines, les sing-ma /Quand on te quitte c'est LA SYMPHONIE DES BIPS /Et quand on kick ON VIENT CHANTER EN EQUIPE /skp T'as compris?

C'est les new Bricks on da cops / pas les new kids on da block/ mais c'est vrai qu'taimes pas le hip-hop / et t'as rien compris à l'époque/ et tes potes t'ont pris pour un con / et toi tu vaux pas mieux toute façon que ces putains de politicards donc gare à toi garçon /Tu veux régler tes comptes en écrivant des tracts et colporter des contes pour éviter les claques?

SKP

Quelle est la partie du mot "non" que t'as pas compris? / Violeur ce que je te souhaite: autre chose que la son-pri /tu mérites un "rape revenge" mais on n'est pas dans un film / nos soeurs sont pas des anges, c'est pas la vie des sim(s), ( des cîmes?...)

SKP: Sortir les Kamarades de Prison /SKP: Saigner les Keufs et les Porcs /SKP: je voudrais un monde " Sans Keufli ni Patron"

Pas Run Dmc mais SDMC Je ne suis qu'un Soldat De Ma Cause et

400 000 est mon armé

AnatomieDeLaHaine AKTIONK Enedeka Maska n2k

 

 

 

INSTRU ENO KAES POUR LES KIFFEURS DE PARODIE

ON VA TE GOUMER 2013

 

 

Mon A Lista Aktion-K ha .jpeg

 

Liberté et Politisation

Oyé, Oh yeah!

Lycéhaine, LycéHuns

Hurrah Hurrah

C'est le retour des Kosaks de Klasse

aktionk.noblogs.org

(bientôt disponible Instru Eno Kaes 2009/2010/2011/2012)

(Prenez les, Postez ce que vous voulez, les meilleurs serviront à des Compiles Classe pour les Copains et les Potes)

 

Moi je suis de l'école John Trudell et L.Jacqua

aktionk noblogsorg klass war musik

c'est pour les Totonomes

Au Mauvais endroit, au Mauvais Moment

Avec des Mauvaises Personnes

Et pour de Mauvaises Raisons

 

 COMMUNISME ET BARBARIE

Anarchisisme Communisme et Barbarie - Kulture de Klasse

 UN PETIT COCKTAIL MALAKITE ?

 COCKTAIL MALAKITE

 A L'OUEST RIEN DE NOUVEAU

(instru Eno Kaes 2012)

 

 

 RADIO KLANDESTINE #32

Monalisa k 47

 MON A LIZZZ A 

DEMO

Enregistré au StuDIYo Aktion KLASS WAR UBER ALLES février 2013 Paroles: Enedeka Maska

Son regard me suit / son sourire me guette /son souvenir m'obsède /j'ai tout vomis sur la moquette. /Mon analyse? /Elle m'a Mona mona lyzzé / Me Monopolize mes cellules grizzz sont colonizés /ici rien d'easy /mes cris d'aphones dans le désert /journée de disettej'suis pire qu'un môme privé de déssert /Faut qu'j'l'atomise, que j'la dynamite que j'la vandalise /j'ai tout tenté: l'auto-discipline, j'ai ritualisé  / Mon A lize HA /MonamonalYse uh... /mon analyse?

Elle m'a Moneylizé /(elleme monopolise mes cellules grises sont colonisésMona liza au pays des merveilles pas de psychanalyzemon expertize? j'ai perdu le sommeil / j'ai brûlé le sommier en faisant tomber ma clope et / mattelas (mattes la) partis en fumée: j'suis qu'un éclopé / sans toi, j'suis  sans abris /sans toit de puissant zamis /sans toi(t)plus de 100 amis /mais j'ai sombré dans l'Insomny ...

Elle me poursuit dans mes rêves /m'émeut si fort que j'en crêve /j'aime, pisse le sang des lèvres / tente de détalle comme un lièvre /je hais je cris mes craintes j'écris mes plaintes je crève /j'arrache les plantes, les pieds des plantes dans mes rêves / de rage de voire ses pieds plantés dans mes rêves, / j' m'arrache les côtes d'y voire ce que j'observe ; / me crève les yeuzes d'y croire si fort que j'en crève ,/me crève les yeuzes d'y croire si fort que j'en rêve / encore / ça me terrorise ,mes nuits sont vampirisés /je suis sous son emprise comme des ennuis médicalisés...

Monalisa

Mon analyse ?Elle m'a Monamonalysé, me monopolise mes cellules grises / sont colonisésmon analyse: elle m'a money-lysé /mes cellules grises sont colonisés

ça se radicalise, je suis sur la piste comme paralysé (bis) /Sur le bout de ma langue "Monalisa" :/son nom attise les braises de mes espoirs brisés;je send qu'ici ça tangue, mon alice...ha, y a comme un malaise  /"dites moi docteur suis je traumatisé?" /faut qu'je sommatise? Que j' ravale tout ça? Que j'trouve à tiser? /Balise de détresse, est-ce  aveux de faiblesse? Suis je juste attristé? /Je hais c't' état, je tente juste de détalle comme un lièvre .../ Tant de détails qui m'y ramènent, quel est ce mal qui m'aliène?

J'me met des baffes, j'me mord la langue, j'me bouffe les lèvres.../Tant de détails qui m'y ramènent quel est ce mal qui m'aliène? /j'la fixe, j'la sens, j'la traine, j'la vois, mes yeux se ferment... /tant de détails qui m'y ramènent quel est ce mal qui m'aliène? /Mon A list A, mona mona lisa, mon analyse?Elle m'a monamonalysé (bis) /j'veux pas dormir: j'ai l'inconscient sous son emprise

ENVIE DE VOMIR COMME SI C'ETAIT MA DERNIERE PRISE

Crucifié au parois de ce mur que je veux oublié,  /j'ai crié "c'est pas moi" , j'ai foncé dessus comme un bélier /j'me tappe le crâne sur l'asphalte AUCUN RETOUR AU CA-L-ME /Je sens déjà que ça gratte: aucun retour aux cames...

MON ANALYSE? Elle mona MONALYZZZZE, me monopolise et

MES CELLULES GRISES SONT COLONISES

 

 Enedeka aktionk skp7

 

" T'as pas compris? T'en veux encore? Ecoute un peu le chant des morts-nés orphelins d'une révolution qui n'a jamais eue lieu. Ils baignent dans la fosse à purin d'un système dont ils sont Hors Jeu"

Nocif, Un pied dans la Tombe mais toujours Debout (En équilibre sur une Bombe plutôt que de vivre à genoux)

 

 

 Enedeka site

 

"MA MUSIQUE

EST UN ART

OPERATIF"

ENEDEKA  MASKIROVKA

 

"L'Apocalypse veut tout, tout de suite ; la révolution obtient peu - lentement et durement. Le danger est que tout homme porte en soi-même, le désir d'une Apocalypse.Et que, dans la lutte, ce désir, passé un temps assez court, est une défaite certaine, pour une raison trés simple : par sa nature même l'Apocalypse n'a pas de futur.

Même quand elle prétend en avoir un"

Karl Marx

08 04 14

Kelke rappeur celebre

Quelques rappeurs célèbres (certains ont trés mal tourné).

- devine lesquels et envoie tes réponses pour gagner un collector digi-pack -

RAGE AGAINST THE KEBAB

 "je préfère un site plein de fautes que ne pas avancer faute de site"

Monsieur Hendek

Enedeka rap de klasse

 

 

Ke du rap koko

  

"Faut pas t'inquiéter.C'est QUE du Rap Koko..."

 

 

 

 Enedeka rap coco

 dédikasse aux travailleurs du Son jusqu'à l'indigestion, des producteurs à nom d'empereur avec des gri-gris protestant autour du coup

 

04 04 14

 

ne pas confondre propriété privé et propriété d'usage...je me sers de cet objet. Tu me prives de cet autre...

Ne pas confondre propriété privé et propriété d'usage. Je me "sers" de cette objet tu me prives de cet autre...

A chaque sujet de ne pas être l'objet d'un autre. Le Choix est entre Tes mains.

"Nous ne sommes pas des numéros, nous sommes des moutons"

 

TABLE DE MATIERE

ENEDEKA 2013

 Je me dissèque

sur la table

de matières inflammables

on me dit "sec / en colère / plein de haine / enfermable" / en dix sec' / c'est intenable / la matière est instable / On disserte sur le mystère / Yo Mista / passe à table / Mais pas devant les condés : eux te passent / à tabac / Tu fais le grand / je vais te gronder / on brasse au bar-tabac / Barabasse est passé / il a braqué le mandat

Une coure royale / sans flamme / c'est un jardin sans fleure / Un concert sans fan / mec je connais ça par coeur / 

J'ai comme un cancer dans l'âme / Kho j'ai mal au coeur / tour à toure, mal au core vague à lame yo MENTEUR

Toi? Tu joues le mentor, 'tends / tes techniques m'écoeurent p'tain / Eteinds la lumière putain! C'EST L'HIVER PUTAIN!!

Comme la garde impèriale, MEURE MAIS NE SE REND PAS, 

COMME LA GARDE IMPERIALE MEURE MAIS NE SE REND PAS

Table de matière / inflammable / Organique / BIO HAZARD

J'cramerai la mer, le cable / Atomique / Met pas dans le placard LE SQUELETTE DE MON CORPS d'écorchés

coups d'Arbalette

Flèches dans l'arbre à lettre taillée

FLESH BONES BLOOD

J'explore avant d'explode

NOMBREUSES SONT LES RAISONS DE S'EN TAILLER UNE BONNE

"Moi j'veux la part du lion batard"

Moi j'suis qu'un loup moi

j'marche avec mes youvois

Louvoient, mes yougos va!

"Monsieur, de ceux qu'on vouvoie"

va-z-y va-z-y monte dans la gova

descendant du wagon

j'nagerai pas dans le lagon moi

ex-chasseur de dragon quoi

c'est un siegfried façon Ghetto Youth ha

Plus Anakine que Yoda

Mon frère fait du Kick boxin' le tiens du Yoga!

'rête fumer le Youca!

La route est pavé d'embuche

avant t'étais un loups gars

ça bourdonne dans la ruche y'a

comme une odeur de mort

donc les mouches qui rappliquent

Bye bye, Bees, 'Beille

Moi je meure et pique ha!

Chacun son Bizz Khey

J'conjugue le verbe épic, grave!

Ma haine dans l'interstice

à coups de bouteille

j'ai arrêté le pastis

eux continuent le Wu-tang

Tu sais que tout se paye

Tu transpires tu pègues

vener je vire bègue

Bye, Bye Bizz, Bang!

j'explose dans la voie lacté

l'hémoglobine  sur la neige taché

dans ma trashé

j'lache mes dernières attache et

j'décolle comme eux s'envolent

"paraît que t'attends le big bang" ouais

+

Participation à un morceau de Shai Hulud à venir:

Notre lutte est crime et criminelle

ne cessent de nous incriminer

c'est Enedeka pas Eminem

où l'Etat meurt, le crime est né

Alors dans ce combat inégal

Mon art est arme et illégalle

on canne donc franchement c'qu'on y gagne

c'est la revanche d'un Hooligan

(...)

Ma dialektik de terre brûlé

400 000 Aktion K.a.k a 47

ma Politik de tête brûlé

ma play-list: 10 000 fois 40 set

 

 ASABIYYA

Ibn khaldun

" Dans Al Muqqadima (Introduction à l'histoire Universelle,Ibn Khaldun parlait d' Asabiya - notion qu'on traduirait un peu vite par "esprit de corps"  Il écrit que selon lui, la dégenerescence des dynasties régnante dont le pouvoir s'étiolerait, serait notament le produit d'une perte de cette esprit de clan. Sans être ni une Dynastie régnante, ni nomade, ni un clan au sens traditionnel du terme...on ne peut s'empêcher de noter toute fois la pertinence du propos."

 

RADIO KLANDO PERMANENTE # 32

Anatomie 1 

LA VIE DES ENCRIERS

(Version Demo)

paroles: Enedeka Maska / Musique: Unikogree

enregistrement Shai Hulud @ Homestudidid.i.Yo

je me sens vidé, seul, sale et soulé /la tête contre la vitre je prendrai pas le temps de rouiller

musique Unik! / J'ai la vie, la vie des encriers /Je me vide à écrire à trop crier /pas la langue dans ma poche mais un cran d'arrêt /pour le bonheur de mes proches pas le cran d'arrêter /aux expèriences acides j'ai été alaité /ici l'hiver persiste et signe bien au de là de l'été /les cadavres sur le trottoire font les faits divers /les morts de froid parmis les clochards ne sont que le sommet de l'iceberg /une montagne de cadavres et des vies de calvaires /l'isolement la taule pour les braves qui ont refusé de se taire /monter au charbon, aller au chagrin pour un salaire  / risquer la prison pour vivre un peu mieux avec ses frères /c'est le taff ou la taule, la CAF et la gnôle /400 euros par mois je te dis que c'est pas toujours drôle /acides sont les larmes du suicidé /sous came on s'est assassiné /ils ont vite fait de nous traîter d'assistés /je suis désolé d'insister /on va pas faire semblant chaque année /de découvrir qu'on s'est fait ken et /qu'les p'tits reufs continuent de canner /qu'les keufs n'ont pas finis de nous scanner /ils finissent par nous connaître par coeur /connard ça sent le corps à corps /"c'est pas tant ce monde qui m'écoeure /mais tous ces cons qui en demandent encore..."

car aucun système ne tient /sans l'accord tacite de celui qui l'a fait sien /même garder le silence est un bulletin de vote qui le maintient /remplir des bouteilles d'essence n'éclairera peut-être pas nos lendemains / mais c'est toujours mieux que de les vider /de gueuler au comptoire /puis aller voter remettre les mêmes au pouvoir /chacun fait ses comptes et c'est pas beau à voire /relègue à l'idée de contes tout ce qu'on rêvait d'avoir /j'en ai vidé des encriers /à vivre ivre d'écrire, de trop crier

je m'étonne même plus que ma femme se barre quand je ne suis que l'ombre de moi-même /on va s'oublier à coups de bar(res) et se rappeler qu'on vie lorsqu'on saigne /on recherche un exit illusoire et ça se termine dans la seine/ crachats, bastons, gerbes d'un soir /cocktails des hooligans week-ends /c'est par ici car PARIS gêne /pas vu , PARIS VIE, PARIS saigne /FILS DE SA BANLIEUE ET JE T'EMMERDE /je ne lacherai rien  COMME UNE TEIGNE / j'ai la vie des /la vie des encriers /je me vide à écrire à trop crier

j'ai la vie des encriers /je me suis vidé à trop crier /EST CE LA FOI? /OU LES POUMONS TROUES? /est ce l'estomac qui rompt à s'en tuer? /Dans le fond, de la salle du fond on a pas finis de tourner /à tant tourner en rond c'est con tout finit par s'accentuer /est ce la folie ou l'alcool?

Au fond du lit dans l'alcôve? /AU FOND DE LUI EST L'ACCORD /on le trouve moins vite que la corde /sensible comme le creux de ta main /TERRIBLE COMME D'ATTENDRE JUSQU'A DEMAIN /j'attendrai pas moi (j'attendrai pas moi) /Un chien enragé toujours aux abois

je me sens vidé /seul, sale et soulé /la tête contre la vitreje prendrai pas le temps de rouiller /j'ai LA VIE /des encriers /je me vide à écrire à TROP CRIER /ils te diront que je suis grilléJE ME VIDE A ECRIRE A TROP CRIER /et quand bien même? /Arrête ton ciné! /c'est pas la peine /je signerai pas ça moi /TON PUTAIN DE P.V. /J'ATTENDRAI PAS MOI /ta putain de PAIX /ma putain de guerre /toujours à pé-ra /pas prés de me taire /II KLASS I PE-RA /J'ai la vie /des /la vie des encriers /JE ME VIDE A ECRIRE A TROP CRIER

 

 

"quand j'étais petit, le frère de mon grand père faisaient des tableaux trés perturbant. Il avait fait les camps de concentration pour avoir participer à un réseau de résistance visant à sauver ses voisins de l'occupant nazis. A l'époque je ne pouvais pas les comprendre.Incompris, je crois qu'il a terminé dans des conditions trés obscures..." K.H.C.

 


 

 

MARS 2014

 

"I consist of body and soul - in the words of a child. and why shouldn't we speak like children?But the enlightened, the knowledgeable would say : i am body through and through, nothing more; and the soul is just a word for something ont the body."

Friedrich Nietzshe (1844-1900)

 

"L'homme soviétique est compliqué: il est à plaindre et il est en même temps effrayant.Il est grand  dans son expèrience de la souffrance, qui est infinie"

Svetlana Alexievitch

Anatomie 1

"Le problème, comme on voit, reste le même : celui de la politique. donc en perdant, l'anarchisme a eu raison, et continue à avoir raison, pour autant , bien entendu, que 'on se propose de réaliser vraiment l'émancipation."

Nico Berti ( Traduit de l'italien par Claude Orsoni et Marianne Enckell)

 Et si les Masques tombent? (Extrait)

(...)

 

Les Rote Zora ne s'y était pas tromper en citant Lewis Caroll. Ici, aussi, mais à notre manière, nous n'avons cessé de le répéter.DE LE VIVRE. Il s'agit bien de détruire le pouvoir et non de s'arrêter à "savoir qui est le maître". Les méthodes employées finissent toujours par salir ceux là même qui les emploient. Quand nous sommes arrivés apparemment salis de notre seul vécu. Et nous sommes encore là.

On a sur-estimé personne. Dumoins le pensait-on. Peut-être pensait on pouvoir en attendre de même de nos camarades.

On pensait ne sous-estimer personne. Encore faut-il nous envoyer les bons signaux.

On a agis gratuitement.Car il n'y avait pas de compétition.De carrière...

IL N'Y A QUE NOTRE PROPRE VECU

"Dans ma chambre, c'est comme dans ma tête, c'est le bordel mais c'est propre"

 

Anatomie

Introduction

L'edition du texte qui suit n'est pas "terminé"... On a décidé de commencer à le faire tourner malgrés les difficultés auxquelles nous devons faire face en parallèle à la gestion de ce site.Il s'agit de faire valoir notre point de vue et de le comprendre au vu  des conditions matérielles qui sont les notres ( manque récurrent et usant d'argent, de temps ,et donc d'accés à internet...etc, etc).

Pour ceux qui suivent et veulent suivre la parution de ce texte : il sera tenu ici un calendrier des mises en accés des passages successifs du travail ci-dessous.

+Début Fevrier 2014: edito PAS LE TEMPS (Tenir bon face à la Politique des "stratégies de confusion/ tension /division")

+25 FEVRIER 2014 - Rappel Enedeka + de 10 ans déjà d' Anatomie de la Haine; partie 1: I RAP II KLASSE; Partie 2: Anatomie de la Haine, à suivre)

+26 Fevrier 2014: suite de Partie 2 Anatomie de la Haine / Radio Klandestine 31

+Avril 2014:introduction à l' Asabiya

ps: les textes "en rouge" sont des textes "en cours", les textes blanc sont "déjà édité" - les rajouts récents le seront en rouge -, les textes "jaune" - qu'on aurait préféré en couleur or! héhé- sont des indications d'usages

Anatomie 

 

ENEDEKA MASKA

+ de 10 ans

déjà

D'ANATOMIE DE LA HAINE

Anatomie

"C'est Enedeka Maska encore venu pour vous offusquer 

quand d'autres chassaient les pascales je venais déjà vous brusquer"

Anatomie

"C'est pas pour le fric, j'ai jamais changé mon fusil d'épaule / Plus de dix ans de 'zique, eh ouais mon gars je joue toujours pas sur une Lespaules"

Enedeka 2009 in Anatomie de la Haine

Anatomie 2

 

Si l'album qui s'apprète à sortir s'appelle I RAP II KLASSE ( Anatomie de la Haine#2). C'est précisément parce que c'est en cela qu'il consiste.Le livret qui l'accompagnera sera l'occasion d'y revenir. 

Cela dit, au vu des antagonismes actuels et de leurs niveaux, il nous paraît justifié d'en rappeler certains contours. D'esquisser en queslques traits le projet qui s'y dessine. Le projet qui n'a jamais cessé de s'y dessiner.

 

"Ma Critique est Dialectique, aboutit dans son Dépassement/ rien à voir avec celle que tu Pratiques quand tu te foues de la gueule des passants"

"Pas besoin de stickers de A cerclé, moi ce que je suis, je le sais..."

Enedeka Maska in L'Anatomie de la Haine ,2009e/2010r(à écouter sur la Radio Klandestine Permanente - RKP)

Anatomie

I

RAP II KLASSE

Comme le rappelle trés bien son titre, au niveau de  LA FORME, il ne s'agit que d' "un" rap de classe. Un rap de classe parmis tant d'autre - quand bien même ce que nous pouvons considérer également comme du "rap de classe" ne se présentera pas soi-même sous CETTE FORME.

La manière dont on choisit de se présenter détermine EN SOI une POLITIQUE. Une direction. Une vision du monde. La pratique d'une volonté d'être et de devenir - avec ses propres limites.Une philosophie . Si les mots sont choisis en vertu d'un vécu éminement PERSONNEL, d'autres personnes pourront y porter une oreille attentive. D'autres pourront y trouver l'écho d'un vécu personnel.OU PAS.

C'est de fait ce qu'on a essayer de faitre à travers le rap. Certains y resteront sourd. De manière totale, partielle ou détournée. Il y aura le sens qu'on aura cru y trouver. Le sens qu'on aura pu trouver. Le sens qu'on aura bien voulu lui donner. Et ce, d'une manière "apparament" parfaitement sincère , involontairement crédule ou pathologiquement manipulatrice.

De la même façon, cette manière volontairement réductrice d'appréhender les choses ne se veut pas comme "une compréhension absolue de toute chose".On a quand mêmen saisis que  ces réalités peuvent non seulement co-exister à un même moment mais aussi en une même personne.Néanmoins il est extrêmement préoccupant d'avoir à faire à des personnes qui semblent savoir alterner ces trois facettes tour à tour. Dans ce qui finit par nous apparaître comme une volonté politique en soi de DOMINER L'AUTRE.De NOUS dominer.

Si on prend le temps de ré-expliquer ce qu''on a pourtant déjà dit - ce qu'on a cru faire comprendre aux autres. C'est parceque notre (mon) expèrience personnelle a pu me rappeler à quel point on peut tenter dans le même temps de livrer un récit déformé de ce qu'on a pourtant SOI-même vécu / de ce que j'ai pourtant moi-même vécu.

Combien tenteront de ré-ecrire notre propre histoire? Et ce, à l'aube de leurs propres intérêts. A la lumière de "leurs" petits pouvoirs. "Leures" petites carrières qu'elles soit professionnelles, politiques ou artistiques.

"Elle est de classe, masquée, ma guerre (...) Je suis pas venu faire carrière"

Tout refrain reste illusoire quand il reste purement incantatoireEncore faut-il le vivre. Sans mise en pratique, il n'y a que le gouffre de la misère relationnelle, le néant de la posture de l'anti-praxis , le vide collectivement admis du désert politique et de ses concepts devenus autant d' étiquettes vidées de tout leur sens...ce qui se caractérise de manière spectaculaire comme l'imposture du slogan publiciaire.

Comme me le disait trés bien Uniko il n'y a pas si longtemps:

"Nous ne sommes pas dupes."

Des volontés politiques se dessinent déjà dans les réflexes "mondains" apparament les plus anodins...

Ne serait-ce qu'en voulant TRADUIRE ce qu'on a pu dire de notre ressentis sans prendre en compte le contexte matériel (les lieux et l'époque) dans lequel on a pu produire cette réflexion.

Déjà: tous ces " ce qu'il veut dire c'est que" sont souvent pétris des  pré-jugés propre à celui qui s'exprime. Quand ,en plus, on se base sur des "On m'a dit que untel avait dit ça". La cruallité de l'époque veut que des outils comme internet puisse répondre  parfaitement et même amplier ces réflexes  créateurs d'  "illusions qui finissent pourtant bel et bien par peser sur le monde".

 

Anatomie

On peut le chanter de 400 000 manière différentes.  Ils pourront toujours tenter de nous faire mentir tout autant.Aucune rhétorique vide de sens ne saura finalement nous atteindre autrement que par le vice de ses propres mensonge.Aucune démonstration purement spectaculaire ne saura nous faire sérieusement douter du sens de nos maux .La voie détournée et infamante de la calomnie porte en soi sa propre signature politique. Nous n'avons pas besoin de mensonges pour exister.Quand bien même ils useraient d'un discours en apparence similaire aux notres. 

Nos rapports réels ne tarderont pas à nous désigner qui se comporte en camarade, ou pas.C'est bien notre vécu qui dessine notre ligne politique. Notre seule expèrience suffit à donner le sens de la portée de nos actes.NOUS NE VOULONS PAS PRENDRE LE POUVOIR MAIS LE DETRUIRE.

Anatomie

II

ANATOMIE DE LA HAINE

Anatomie

Au niveau du fond - celui que le terme "de classe" entend déjà rappeler - il s'agit bien d'une " nouvelles" éditions de l' Anatomie de La Haine. De l'Anatomie de "ma" Haine. S'il a longtemps paru malsain d'exhiber ainsi son "moi, je", l'atomisation effective à laquelle on nous accule sera vraisemblablement de ces contradictions qu'il faudra dépasser [ il faudra d'abord être "sure" de ce que chacun pense pour penser pouvoir parler en "notre" nom ].Car c'est "aussi"  "un" témoignage d'une époque. A travers le point de vue d'  "un" acteur particulier de cette époque, comme tout un chacun... "et sujet, et objet "de sa propre réflexion, conscient que celle-ci ne vaut que comme réflexion sur ce qui a été effectivement vécu...un vécu pleint des contradictions effectives, propre à ce parcours.

Au vu des déterminismes qui me sont propre, au vu de mes tentatives et de ma volonté de les dépasser, ou pas...

Anatomie

Constater ces déterminismes ne fait pas tout. Prétendre "vouloir les dépasser" est déjà un pas, ce n'est  pourtant pas l'avoir "déjà" fait. S'y buter constament s'apparente à un mécanisme pervers : ressasser les raisons de l'échec auquel on participe volontairement ou pas.

 

Certains semblent s'être donner pour mission d' "entretenir" cet échec.Peut-être y entendent ils simplement l'écho de leur propre "petit" pouvoir. Seulement se perdre soi-même dans une illusoire chasse  aux sorcières, en allant constament chercher chez les autres ce qu'on aurait trés bien pu trouver chez soi, on en arrive sans peine à déjà se perdre dans l'illusion du "petit pouvoir"qu'on a cru ainsi s'octroyer.

En se faisant le juge d'autrui, on peut finir par lui faire subir précisément ce qu'on reprochait à d'autres.L'illusion est alors  de croire encore à l'apparente pureté de sa démarche.Vrai cynisme politique ou sincérité incomprise? Tension, confusion, division...à droite, à gauche, devans, derrière...

C'est la maladie intrinsèque du gauchisme. Il finit par tant trouver sa raison d'être dans la contestation. Que contester finit  semble-t-il par lui apparaître comme une fin en soi.

Un "milieu" qui se définirait par son dépassement du "gauchisme" ne ferait que revenir en deça de cette critique prétendument dépassé  en se bornant à recréer indéfiniment les conditions de cet effarement de façade.

à suivre

Le texte qui suit date de presque deux ans déjà...comment ne pas (sou)rire jaune, à la vu des évènements (peut-être faudrait-il plutôt pleurer - encore faudrait-il qu'il nous reste suffisament de larmes) .

Ceux qui seront choqués par la forme de certaines images, le seront car ILS VOUDRONT BIEN L'ETRE. S'ils veulent que leur combat s'arrête à la plus grande superficialité des choses, qu'ils le fassent...mais autant leur dire qu'ils perdent alors leurs temps à lire ces lignes (peut-être faudra-til repasser plus tard, aprés avoir un peu muris tout ça).

La conclusion quasi-prophétique(1) de cette chanson, enregistré il y a déjà plus de 10 mois s'entend à de multiples niveaux...Le game peut être tout autant celui du rap que tout autre milieu ( politique, professionnel, relationnel...etc) qui  finit lui même par ne se voire que comme un jeu... 

C'est le drame récurrent de ce qu'on appelle faits divers tant que ça n'arrive "qu'aux autres". Les réalités virtuelles dans lesquels choisissent d'évoluer nombre d'entre nous ne déterminent que la violence de leur retour à la réalité. Jetons un oeil à l'exemple apparament anodin de cette "émission de télé" ou les présentateurs (se considérant eux même comme ex-"victimes") amènent des personnes à rencontrer réellement des "profils" facebook avec les quels ils pensent "apparament" sincèrement entretenir une relation. C'est l'exemple symptomatique particulièrement "spectaculaire"( dans tous les sens du terme) de ces mécanismes actuellement en cours.

L'aberration serait de croire vivre dans un no man's land spectaculaire. Un endroit dépourvu de ces rapports biaisés. Ou les gens n'avencent que sous le masque d'une apparence qu'ils ont appris à si bien controler qu'ils ne pensent plus qu'à elle.

Alors qu'on avance ici avec le masque du combattant, la cagoule du resistant, le foulard du partisan - la recherche de l'anonymat nécessaire qu'impose une telle lutte - il a fallu faire face à d'autres  entreprises de camouflages... bien plus perverses que ce qu'on avait même pu imaginer.

La réponse n'est pas de rejeter en bloc l'outil internet. Ce serait une fois deplus détourner bien superficiellement le sens du propos tenu. Non il s'agit de bien réfléchir à l'usage qu'on fait de ces moyens techniques qu'on choisit ou pas de mettre à sa disposition.

Se réapproprier les moyens de la lutte.Signifie précisément s'en servir à des fins allant dans le sens de cette cause. Mais aussi d'une manière prenant cela en considération.

Pour en revenir au texte, ceux qui s'effarent de la "vulgarité apparente" de certaines images feraient peut-être mieux de s'effarer de la violence rélle qu'elles tentent de dénoncer. Tout dépend également à qui on s'adresse.Peut-être a-t-on fait ici le choix hasardeux de ne pas rompre constament face à la flemmardise intellectuelle de l'auditeur potentiel...

(1) Il ne s'agit pas ici de s'envoyer des lauriers : Pas besoin d'être un génis pour ouvrir les yeux

 RADIO KLANDESTINE #31

Anatomie

 

 Je suis caustique -laisse une odeur de soude

Sarcastique - viens mettre le feu au poudre

C'est drastique - (je) joue pas le boy in da hood

La rue ne fait pas de "casting" - frais comme da gang and the kool

j'men bat les claoui, j'm'en bat les couilles

(Je) cherche ni le jury ni la bonne note

(je) débarque dans Musical High school

avec des doum-doums à bord d'un Dreadnought

Mes petits sont des gremlins

ils te tiendront la dragée haute

"Gé-génération amphétamine"

aprés tu t'étonnes qu'on psychote!

J'prétend pas venir de Médéline

ni n'enregistrer qu'en One Shot

Back to de naturelles endorphines

C'est pas Slipknot, essaye le Sniff NOT

Cagoulés depuis des lustres

Masqués, ma rage n'a pas de visage

Partis en pièce comme l'Empire Russe

Maqués certains feraient mieux de prendre le large

Prendre de l'age n'est pas une excuse

ça fait des pages que j'enrage que j'écluse

l'orage traversés, toujours en mode "j'accuse"

J'vais pas retourner ma veste pour une Lexus

J'suis Caustique, laisse une odeur de soude

"Sucre, chlorate et Farine", prépare les fumis comme au foot

Sarcastique face à ce game dont je doute

trop souvent une farce artistique

les "vrais" ne savent plus trop quoi y foutre

Quand celui qui a la plus grande gueule est celui qu'on écoute le plus

Heavy rotation pour un son cheum, et des connards jouent les crésus

Une major, un D.A (1) derrière pour te dicter ta posture

"Commercial doigt dans le postèrieur " c'est qu'j'm' affiche face à l'imposture

Quand le game est à l'image de ce monde : confusionniste et spectaculaire

dure de jouer l' "indigné" qui gronde contre dans le fond ce qu'il voudrait faire

J'vais pas faire des clash pour du Buzz

Miaule, je grogne et j'ai d'autres chats à fouetter

Entourées de familles malheureuse, ma prose s'impose d'autres priorités

 des biffs des clash entre chanteurs quand les mifs sont brisés par charters

ces c... ne pensent qu'à leur pomme quand la France fait la guerre aux Roms

Je suis caustique laisse une odeur de soude

sarcastique face aux p'tites guéguerres qui me soulent

ce monde a besoin de critique, de mes fouleks qui se défoulent

Le dépassement est dialectique, les faux-derches nombreux dans la foule

J' rap pour les vre-pau, wesh les miens, warriors de la misère quotidienne

Je vais te faire un scalp qu' "avec les mains", un schlass pour mes Spartiates Modernes

Le combat se mène sur le terrain bien loin de tout l' spectacle du web (en vérité pas si loin)

C'est qu'un outil, sans ça t'es rien, reste moins utile qu'un feu de poubelle

Ouvre tes oreilles, ouvre les bien, entends tu le son des ruelles?

cette réalité dont t'es loin viendra foutre le feu au système

Cette réalité dont t'es "loin" viendra foutre le feu à ton "game"

Cette réalité dont t'es loin viendra foutre le feu aux systèmes...

 

" En "vérité", je pourrai passer des années entière à m'expliquer sur ce qu'il me semble avoir déjà dit. Jai des disques durs remplis d'instrus et des boites de Nike air remplis de cahier plein de paroles ... des pages et des pages d'insomnies..."

Anatomie

"Dure de dire

Combien y a d'instrus sur le

Disque dure

Combien y a d'intrus

et ça risque de dure(r)"

Enedeka Maska, Iroquois en Survêt' 2

C'EST ECRIT

ENCORE FAUT IL PRENDRE LE TEMPS DE LES ENREGISTRER

DE LES DIFFUSER

"Jsuis un iroquois en survêt 'vec des punch lines plein le Karkwa, qu'Unik enregistrera peut-être aprés un spliff et un Kawa"

D.I.Y

 

dédicasse à tous ceux qui luttent sur le front culturel et politique, qui s'usent à produire et diffuser...en prenant en compte la complexité de la lutte et les limites de nos propres moyens et de notre champs d'action.

à ceux qui ne s'arrêtent pas à la superficialité de nos limites ( les pages internet perraves, les fautes d'ortographes faites faute de temps ...etc). Pour reprendre les paroles de Magnus,ceux qui ont fait "l'effort de comprendre, là ou il y avait un effort d'être compris..."

Bref tout ce dont il faut savoir se saisir, là où la volonté ne fait pas tout.

 (à suivre 25/02/14)


 

pas le temps- DO THE RIOT THING

FEVRIER 2014

PAS LE TEMPS

Je manque de temps. Pas d'énergie, ni de détermination. Mais de temps. Dans les conditions matérielles qui sont les miennes. Avec les moyens qui sont les miens. Je me heurte à ce constat d'une cruelle simplicité.

Pas de Bonus Time à l'air du la société confusionniste spectaculaire marchande 3.0

La vie est une question de priorité. Si certains se sont donné les moyens nécessaire pour être des "artistes" à plein temps. Les conditions matèrielles, actuelle, nous (me) laisse de moins en moins de temps à consacrer à un front qui en nécessite néanmoins beaucoups - si tant est qu'on veuille s'y consacrer aussi rigoureusement qu'il le mérite.

Le front culturel n'est pas une mince affaire. Les différents camps qui nous font face l'ont visiblement bien compris. A la vue des évènements, des moyens mis en oeuvre pour les provoquer et leur donner une portée qui pèse inéluctablement sur le mental de chacun. L'affaire est prise trés au serieux.

De toute évidence, la politique des stratégies de la tension et de la confusion porte ses fruits. Pour résumer basiquement au vue du temps qui m'est impartis. La tension amène chacun à se positionner face à des antagonismes latant devenu si présent matériellement que l'atmosphère s'électrise...La confusion accule nombre de gens qui subissent plein pot les tensions économiques et sociales.Ces personnes  n'ont pas ou plus le temps et l'énergie de prendre le recul nécessaire face à une situation complexe.

Les deux stratégies se font écho l'une à l'autre. Et les "gens" se retournent presque "naturellement"  vers ceux qui les ont encourager à s'engager dans cette tension et cette confusion. Ils y sont engagés notament à travers tout un discours, bien servis par la misère économique, sociale, culturelle et psychologique inhérente au système de classe actuel - le capitalisme libéralisé de ce début de siècle.

Soral a écrit un scénario, en maitrisant visiblement nombre de ressort des outils essentiels du spectacle moderne. Comme l'a dit ,l'autre jour, un ancien compagnon de lutte anti-raciste de l'une de ses proches "il a écrit une pièce de théatre, où il ouvre et ferme des portes, fait intervenir des personnages, ramenant des "fantomes" du passé dont le discours va peser" afin de leur faire dire quelques strophes an accord avec le scénario qu'il a éloboré au vue des conditions matérielles actuelle.Ces acteurs de l'"effroyable impostures soraliennes" comptent.Car c'est notament leurs parcours individuels qui les rend audible auprés de toute un population pour qui - et à juste titre - le savoir empirique l'emporte sur la pure théorie devenue inintelligible.

Le problème c'est que cette expèrience ne les immunise pas non plus contre certaines chutes.

Aprés, les acteurs acceptent toujours dans une certaine mesure de participer au spectacle qu'ils valident par la même. VALLS prétend lui opposer un autre scénario, mais sert en même temps totalement celui concocté par SORALE en acculant ceux-ci qui n'adhèrent ni à l'un ni à l'autre dans des impasses.

En vérité, comme on se le disait entre frères et camarades, en  recontextualisant un minimum; En se sortant la tête de la merde, pour prendre le minimum de recul que nécessite une telle patageoire de diarrhée. Ils nous rejouent le duo Mittérand/Lepen qui se servait l'un l'autre, pour évincer leurs ennemis politique dont nous faisons objectivement partis. Ils jouent avec le feu pour que les gens ne voient que l'incendie qu'ils propagent.

Ils hésitent à se tourner vers le pyroman qui rêve de jouer au pompier. Et le pompier pyromane qui comprend bien que le feu c'est son taff, et entend bien essayer de rappeler au gens son utilité relative à travers un tel exemple. Tout éffaré qu'ils sont par ce qu'ils se passent devant eux les gens deviennent sourd aux autres possibilités - aux autres potentialités évoquées ça et là. On discute du fait que l'incendie a bien eu lieu parceque le feu existe et que effectivement ça fait longtemps qu'on a laissé la broussaille et la mauvaise herbe séché au soleil.

Mais la "mauvaise" herbe n'est mauvaise que pour celui qui la considère comme tel selon les buts qu'il se fixe.

ça c'est prendre du recul sur la situation.Certains crieront à l'évidence.

Mais il y a des évidences bonne à rappeler quand on a le nez dans le guidon et qu'on y voit pas claire soit même.

Tout est fait ectuellement pour nous enfoncer dans cette marre de merde.Qu'on s'y jette tous, qu'on y pateauge et qu'on y éclabousse le maximum de gens autoure de nous pour qu'ils soient aveuglé à leurs tours.

que chacun selon ses moyens face preuve de l'auto discipline et de la rigueur nécessaire à une telle pèriode.

c'est là le seul conseil que l'humilité personnelle enseigne face à de tels niveaux de compléxités, instrumentalisés comme tensions et confusions autour de l'empire et l'emprise du ressentis.

Voilà pourquoi ce n'est pas le livre ou le fusil

mais... LE LIVRE ET LE FUSIL.

Pourquoi il nous faudra toujours nécessairement intstruire et s'instruire , apprendre de ce et ceux qui nous entoure et tacher de rendre la pareille dans la considération des limites personnelles

sur ce je dois rendre non pas l'antenne mais le clavier. J'ai ajouté quelques précision au dernier texte. Pour ceux qui ont le temps et que ça intéresse.

 

COURAGE FORCE ET DETERMINATION AUX SOLDATS DE LA CAUSE

Vous pouvez toujours écouter DOOMSDAY en attendant la suite.Quelques titres trainent sur You Tube, montrant que ne serait ce qu'à mon humble échelle le débat ne date pas d'hier...

INTRO JANVIER

JANVIER 2014

Le Street-CD "I RAP II KLASS" (L'Anatomie de la Haine #2) devrait sortir dans les semaines à venir. Vous pourrez bientôt en écouter un nouvel extrait dans la Radio Klandestine Permanente #31 d'ici peu.En attendant vous pouvez toujours écouter "DOOMSDAY" premier extrait de cette bonbonne de gaz Anarcho-Crunk.

KLASS WAR UBER ALLES

COURAGE FORCE DETERMINATION

 

 

intro-pirate.jpg

SEPTEMBRE 2013

"UN PEUPLE SANS HAINE NE PEUT TRIOMPHER D'UN ENNEMI BRUTAL"

 

"Ce sera une lutte longue sanglante, dont le front se trouvera dans les abris des guerillas,dans les villes, dans les maisons des combattants, - où la répression cherchera des victimes faciles parmis leurs proches - dans la population paysanne massacrée,dans les villes et les villages détruits par les bombardements ennemis"

Netshaiev

doomsday-ii.jpg

 

A QUAND LE DOOMSDAY?

"Dans ce pays nous vivons dans une affreuse angoisse en raison de la manière dont la révolte [...] a éclaté, car elle a réellement jaillis comme un incendie. Il n'y a pas, je pense, de village ou de ville ou la torche ne brûle pas en secret. Ils prêchent la communauté de biens, si bien que tout ceux qui n'ont rien arrivent en foule."

Ecrit à Erasme par un Erudit au sujet de la révolte des Anabaptistes , 1534 , in. L'Incendie Millénariste ed. Os Cangaceiro

 

contre-jour-insurrection-1.jpg

Un nouveau camarade assassiné par les fafs en Grèce ... De nouvelles "émeutes urbaines".

Une France qui s'émeut du sort d'un bijoutier qui tire dans le dot d'un braqueur , arguant la légtime défense, quand le mec abattu était entrain de s'tailler.Mais qui s'interroge sur ce qui peut bien nous amèner à risquer nos vies à braquer un bijoutier dans une société qui te ferme toutes ses portes tout en te répètant pourtant que "quand tu veux tu peux"?

8 ans plus tard, certains s'accrochent encore à  l'espoir qu'entre les murs d'un Tribunal justice soit faites pour Zyed et Bouna en renvoyant devant les juges ceux qui les ont laissé crevé...Mais même si on ne se fait aucun leurre sur l'issu d'un procés pré-écris pour redorer l'honneur de ses fonctionnaires qui auraient "fait le maximum" si un jour on pouvait réellement juger ces porcs,  bien sûr qu'on ne se contenterait pas de mettre au pilori les derniers pions d'un mécanisme bien plus vaste qui les a  amené inexorablement à pousser des mômes à prendre le risque de crever simplement pour ne pas se faire pécho... et par la suite à les regarder mourir en se permettant en plus d'en rire...

Car derrière cette chronique macabre de ce début de millénaire dans les quartiers occupés en France, c'est tout un mécanisme, toute une logique de terreur ,c'est  une main invisible qui lève le poing qui frappe, qui leur insuffle cette énergie malsaine, celle là même qui les qui les pousse à chasser des gosses , qui en plus n'ont rien fait- mais quand bien même!! - et qui les conforte ensuite dans ce sentiment d'impunité quand ces gamins meurent en tentant de leur échapper, caché dans un transformateur électrique. C'est ce sentiment qui leur est inculqué depuis des années d'avoir à faire à une sous-classe - pour ne pas utiliser un autre terme appartennant soi-disant au passé - , une sous-classe qui ne mérite pas dêtre traité comme leurs "citoyens lambda" ( ceux là même pourqui ils rédigent leur "protocole d'acceuil" dans les commisseriats ; leur soi-disant code de bonne conduite -à lire menotté au raditeur quand on se retrouve en GAV - écrit pour ceux qu'on traitera en "victimes" quand les autres ne peuvent être - avant même tout jugement-  que "coupables": coupables de ne pas être né du bon cotés du périph, ou tout simplement dans le bon quartier, avec la bonne couleur de peau, la bonne religion, le bon sexe...etc..etc.

Si certains croient encore que l'argent n'a pas d'odeur c'est qu'ils n'ont visiblement pas constater l'évidence. L'évidence de l'odeur putride de la domination qui colle à chaque liasse. L'évidence avec laquelle le système politico-économique a totalement intégré les vieux relans racistes et sexistes pré-exitant à 'exploitation capitaliste pour justifier d'autant plus cette "différence de traitement" qu'il porte comme sacro saint fondement. Pas de capitalisme sans exploitation de l'homme par l'homme. Pas d'exploitation sans le rapport de dommination qui va immanquablement de paire avec ce rapport d'exploitation - cette supériorité efficiente de l'exploiteur sur l'exploité. Ce système ne peut exister que par ce rapport. Il ne peut exister sans engendrer ces rapports  et/ou se réapproprier ,en l'intégrant à sa mentalité, des rapports de dominations pré-existant à l'instauration par la force de son processus économique .

Peu importe si pour s'exporter à travers le monde, l'un de ses arguments massus, son "cheval de bataille", était de soi-disant prétendre  quasi-scientifiquement que la mise en place d'une "démocratie" ne semblait pouvoir avoir lieu qu'en parallèle d'une "libéralisation" de l'économie du pays concernés. Mais quelle démocratie? Une démocratie "libérale"? Et que signifie "libéraliser" l'économie? Si ce n'est ne la laisser toujours plus sous le contrôle ceux qui concentrent déjà entre leurs mains la majeur partie des richesse de la planète (richesse monétaire et richesses naturelles privatisées).Quelle ironie aprés tout! Tant de mot semblant dériver du mot "liberté" pour ne nous imposer en tout et pour tout que la dictature du capital et de ses lois.

Ils aiment à se présenter comme les descendants des soi-disantes démocraties de la Grèce antique telle la "Démocratie athénienne". Or celle-ci ne profitait qu'à une minorité,  qui pouvait d'autant mieux discourir sur la politique de la cité et de grande idées telle que "la liberté"  qu'il existait pour satisfaire ses besoins vitaux une caste d'esclaves privés de tout droit, forcés de travailler "gratuitement" pour nourrir ceux qui pouvaient ainsi se consacrer aux dignes palabres de la politique et à la philosophie.Des esclaves capable de réaliser matériellement tout les grand travaux fixé par la politique - la vie de la cité ; pour caricaturer : des eclaves qui faisaient vivre la citéde manière efficiente quand les discours politiques ne faisait que la théoriser.On peut donc effectivement constater ce qui les relie à leur modèle : il n'en sont finalement pas si éloignés. La démocratie sous un régime capitaliste reste un tout relatif "pouvoir au peuple": c'est tout d'abord le pouvoir à celui qui en a le moyen.Le pouvoir politique d'un citoyen semble tout bonnement relatif à la part du capital national dont il dispose - ne reste qu'à rappeler le pouvoir et les passe droits dont disposent les Tapis, Bettancourt, Dassault et autre Bolloré . Quand il ne se contente pas de peser sur la politique ou d'être reçu sous les dorures de l'Elysées comme n'importe quel dictateurs qui se respectent, certains s'amusent même à se faire élire tel Dassault cumulant les roles de patron et d'élus. Tendance à la concentration des pouvoirs entre les mains de quelque uns qui ne fait que s'accélérer dans des technocraties ou le pouvoir comme toute chose est affaire de "spécialistes" : on a donc des "spécialistes du pouvoir". Résultat assez élogné de "ses représentants du peuples" dont rêvaient nombres de ces révolutionnaires qui sont mort l'arme à la main pour établir "la République" ou même de ces résistants franc tireur partisan qui rêvaient d'une France libéré de ses occupants et de ses injustices sociales... Combien d'ouvrier siègent à l'assemblée ou juste?Quels sénateurs peut-on considérer comme étant issu du peuple?

Oh bien sûr...Rien de nouveau ici...

On n'apprendra pas grand chose à quiconque en ne répétant ainsi que ce qui ne s'avèrent plus qu'être que des évidences...Des évidences parmis tant d'autres qui ne cessent pourtant de nous faire hurler tant elles continuent d'exister.Comme on va vite à s'habituer au pire.D'autant plus lorsque les mass-media se font les hauts parleurs d'une classe dominante qui ne cesse de nous chanter le refrain de la fin de la lutte des classes. Alors que leur seule existence est à celle la preuve la plus indiscutable de l'existence concrète d'un sysème de classe. Alors que leur comportement - telle cette lithanie sur la fin de la lutte des classes sous entendant la fin de l'existence des classes même - est à lui seul la plus brillante demonstration de l'antagonisme qui ne peut qu'exister quand cohabitent deux classes aux intérêts divergeants; deux classes qui ne se définissent d'ailleurs que par la logique qui les amène à s'opposer. Car l'une ne peut vivre qu'en vampirisant la vie de l'autre. Mais de toute manière pourquoi s'époumoneraient-t-ils donc tant à nous répéter que tout est finis si on en était effectivement là...

Dans ce cas n'aurions nous pas juste à le constater?

Dans ce cas chacun n'aurait-il pas qu'à ce réjouir d'une liberté et d'une égalité entre tous  qui se serait d'aprés eux miraculeuseument réalisé d'elle même avec  la chute du Mur du Berlin - symbole de la chute du Bloc de l'Est qui n'a pourtant jamais représenté autre chose que lui même. On a du mal à voire le lien de cause à effet et effectivement il n'y en a pas. L'écroulement d'une dictature là-bas ne garantie pas l'efficience d'une démocratie ici ( Les américains ont fait le même coups avec l'Irak, dénoncer la dictature de Saddam Hussein n'était qu'une grossière manoeuvre tendant à faire entendre à chacun qu'il n'existe pas de meilleur système que le leurs - peu importe les millions de travailleurs pauvres qui crèvent à tenter de survivre dans la première puissance mondiale).Nous n'avons aucune réelle nostalgie vis à vis de l'Union qui n'avait de "Soviétique" que le nom ( Les soviets étant - pour ceux qui ne le savent pas - les conseils d'ouvrier et de soldat sensé être à la base d'un Etat communiste).Brandissant la notion de "communisme" pour ne faire survivre pendant des décennies qu'un capitalisme d'Etat qui n'était pas plus la réalisation du travailleur desaliéné que le camps d'en face n'était la réalisation d'un "monde libre". Une classe de fonctionnaires bureaucrates  au service de ce Capitalisme d'Etat jouant là bas le rôle de classe dominante que jouent toujours ici la bourgeoisie - l'ensemble des capitalistes  qui se partagent le pouvoir économique "privé".La chine illustre parfaitement ce faux paradoxe, en assumant totalement de ne garder son vernis de "folklore communiste" que pour conserver l'autoritarisme politico-économique du parti unique qui lui permet le plus grand contrôle sur cette maxi entreprise nationale qu'est la République Populaire de Chine. Une approche quelque part plus franc du collier que le folklore des démocraties libérales, systèmes politiques dont les multiples partis  poursuivent finalement tout autant le même but : la pérennité du système capitaliste. En d'autres termes l'enrichissement continue d'une minorité se partageant les actions du capital mondiale par l'exploitation d'une majorité de travailleurs n'ayant pour vivre que la vente de leur force de travail.L'élection de gouvernement de gauche et de droites n'étant que l'alternance de manoeuvre politique visant à ménager suffisament l'opinion soit en camouflant le cannibalisme effectif du système capitaliste par des mesures censé en adoucir les effets, soit par l'augmentation des mesures coercitives poussant chacun à rentrer bien gentiment dans le rang.L'alternance des deux tactic poursuivant toujours cette seule et même stratégie montre finalement qu'ils n'ont toujours rien trouver de mieux que l'alternance du batton et de la carotte pour faire avencer  entre les clous l'âne bâtté que nous sommes pour eux.

Que ceux à qui nous parlons d'insurrections visant le capital et l'Etat qui sont les deux machoires assassines de ce système et/ou de communisation cesse donc de nous parler de l'URSS.Nous n'avons jamais douté qu' on ne gagnerait jamais rien à troquer une forme d'aliénation pour une autre...

Mais toute la pourriture du pseudo "communisme" qu'on tentait  de nous vendre hier ne nous fera jamais oublier la merde du capitalisme dans lequel nous vivons toujours aujourd'hui.Si on a bien pu constater qu'une parodie de communisme ne faisait en rien disparaitre le noeud de rapports de domination qui constitue les systèmes de classe ( car ce que nous a finalement appris l'URSS c'est bien que le système de classe pouvait avoir plusieurs visages, quite à se calfeutrer outrageusement derrière le masque mortuaire de Karl Marx, qui restera tout de même celui qui l'a le plus scrupuleusement décrit), on ne cesse de constater la réalité que cache mal la soi-disante  "amélioration globale du niveau de vie " que nous aurait apporté un capitalisme à l'ère du libéralisme mondialisé : des pseudos "apports" pour les uns (quelques tours de passe-passe de la société spectaculaire marchande, ou le "paraitre" ne cesse de triompher sur l' "être") tout cela toujours payé par l'exploitation de travailleurs/euses ,exploitation toujours plus massive mais délocalisé loin des yeux des "consomateurs heureux" de manière à ce que ce système "paraisse" toujours moins lié à cette exploitation sans laquelle il ne peut pourtant exister.Faut-il attendre qu'un immeuble d'effondre au Cashmire ou en Birmanie écrasant les centaines de couturières qui y sont exploitées pour que le consomateur occidentale découvre que dans ce système le pseudo bien être des uns ne se paye que par le sueur des autres?Pfff...Le pseudo sursaut morale que constitue l'idéologie bobo du bio et de l'équitable nous ramène inéxorablement à cette dictature du paraître.Tout le monde le sait bien.Pas besoin d'avoir fait de grande étude pour faire la différence entre être libre et paraitre l'être. Même si on parle de commerce et de capitalisme on préfère tout de même que celui-ci paraisse équitable.Un petit logo suffira.Une photo de quelques paysans paraissant heureux et bien propre sur eux fera doublement l'affaire.Mais toute les paillettes des vies de substitution qu'ils nous offrent à regarder ne nous feront jamais oublier la médiocrité des rapports que pronent ces mêmes programmes d'abrutissement généralisé.On l'oubliera d'autant moins que cette médiocrité du "faux" monde de la télé réalité ne cesse d'imprégné le "vrai" monde de notre réalité sans télé.


Ainsi non seulement on se complait dans le rôle voyeuriste de spectateur de mise en scène de la vie des autres mais chacun peut avoir l'impression de se faire une place sous les spots light du spectacle 2.0 par blog interposé puisque la seule chose qui s'est réellement démocratisé c'est la capacité à mettre sa vie en scène . Une page Facebook, des photos de vacances, des goûts et des amis et ça y est...On peut même devenir son propre spectateur, ou du moins le spectateur de ce à quoi on aurait voulu que notre vie ressemble ( quite à retoucher deux trois détails sur photoshop).Mais seulement voilà... cette cyber life n'a à la base pas de prise directe avec notre réalité...*** [finalement tel la paranoia, elle finit par en avoir en créant à posteriori ce que nous projetions sur la réalité matérielle.Le paranoïaque redoute que ses amis le trahisse. Dans une certaine mesure la projection de ses peurs finissent par les réaliser.Son comportement finit par les acculer à la participation aux mécanismes d'isolement de cet individu. Il peut ensuite s'appuyer sur ce constat d'isolement pour s'enterrer plus profondement dans cette logique. La dissociation à laquelle mène la mise en scène de sa vie finit bien par augmenter l'emprise du spectacle sur l'intimité,et donc la vie même de chacun. En revanche elle ne l' "améliore" pas - dans le sens que nous entendons donner ici à la notion de "progression" c.a.d. tendant vers l'abolition des rapports de pouvoirs, de domination; et c'est ou je voulais en venir]

La vrai vie commence quand les caméras s'éteignent. Quand les "gens" ne sont plus des "rôles" mais des "êtres", des êtres réels pris dans les antagonismes réels de ce système.

Poser devant la voiture de rêve dont on a toujours rêvé ne change rien à l'affaire.

Quoi qu'ils en disent même si les "hommes politiques" leur rendent visite quand les grèves sont si violentes ou si spectaculairement révelatrice de l'arnaque de base du soi-disant pacte républicain qu'ils craignent que cela détaigne sur le résultat de leurs prochaines élections, La vie d'un pauvre ne vaudra jamais celle d'un riche.

Quoi qu'ils en disent même s'il daignent faire semblant de les écouter quand ils s'organisent en lobby capable re représenter un certain pouvoir économique ou du moins un pouvoir politique qui prendra la forme d'un potentiel réservoire de voix quand il faudra rejouer le cirque du "pouvoir au peule" , pour eux la vie d'un noire ne vaudra jamais celle d'un blanc, celle d'un musulman, celle d'un chrétien ou celle d'une femme celle d'un homme.

Et tout ça s'additonne et se multipie dans la misère de nos existences.Accumulation de "clichés" qui n'en sont pas moins vrai et la femme prolétaire lesbienne noire et musulmane cumule a elle seule toute les raisons d'être mal traité dans ce système.Même dans notre malheur face à la disparition de nos camarades, on ne peut encore que constater la différence de traitement dont bénéficiera un jeune homme blanc faisant ces études à science po comparé à celle de tous les jeunes de quartiers, fils ou petit-fils d'immigrése qui tomberont dans des rixes entre jeunes ou sous les balles de la police mais dont on ne connaitra pas même le nom. Tout au plus connaitra-t-on un chiffre, l'arme du crime et le quartier d'origine.Une indifférence générale qui s'exhibe avec les artifices spectaculaires de l'époque; l'artifice des chaines d'infos-continue - en réalité chaine de pub continue entreocupé d'"infos" à tel point qu'on ne sait plus quand commence l'un et ou s'arrête l'autre ;l'artifice de ces formules chocs et réductrices qu'on pourra répéter au comptoire ou face à la boulangère aprés les avoir lu à la une du Parisien. "Un coup d'kalash de plus dans les quartiers nord de Marseilles"...

Les circonstances sont différentes mais si d'un cotés le caractère politique est brandis dés le début par les protagonistes dans l'autre cas même  dénié par l'ensemble des observateurs, la violence des quartiers et l'image de ces jeunes sur le carreaux n'illustre pas moins les conséquences de situations économiques, politiques et sociales particulières...Celles des réalités d'un système dans lequel on ne peut survivre que de certaines manières dés lors qu'on déambule dans ses marges...La réalité de sa misère ( sa véritable misère, pas celle mis en scène dans certains lieux où on peut encore se jouer de l'exotisme d'une clochardisation à effet et  durée limité ). La misère dans la désintégration des rapports...dans l'atomisation des individus...jusqu'au chacun pour soi. Brandis même comme une profession foi dans les textes de rap des morceaux les plus écoutés.Ce "chacun pour soi" qui semble même parvenir à s'ériger au de là de la logique de bande,là ou celle-ci a remplacé depuis longtemps la solidarité de classe, au moins dans le vocabulaire - tant tout a été fait pour qu'on en oublit  le sens même lorsqu'on fait encore preuve de "solidarité de classe" .La misère des rapports c'est aussi cela : leur rétrecissement. On se battait pour sa classe, puis pour sa "communauté", pour sa bande ou son coin de rue...à la fin on ne se bat que pour soi. C'est l'atomisation. Rêvé par le système car seule sa généralisation la plus complète est capable d'empêcher une juste, logique et légitime réponse constructive à un problème qui ne cessera jamais d'être "collectif".

D'ailleurs les policiers se frottent les mains, des jeunes de quartiers qui se tirent dessus, c'est selon leurs propres mots "la racaille qui fait  leur boulot à leur place". Car beaucoups ne s'en cachent même plus, pour la bonne survie du système capitaliste ,et de la classe dominante qui en tire les ficèle, en ramasse les marrons du feux et lache quelques miettes à ses serviteurs zélés, le but est bien l'anéantissement social pure et simple des "irrécupérables"...la taule, l'H.P., le suicide, le cachetonnage et sa mort cérébrale, les élever les un contre les autres qu'ils s'annihilent eux-mêmes...l'éloignement, la réclusion, la  disparition sociale, physique, mentale ou économique. Tout est bon pour oter toute "volonté de puissance" et toute "puissance de la volonté" à ceux qui leur apparaisse comme "les classes dangereuses" - tous ceux qui ,à juste titre, n'ont comme seul intérêt que d'être des dangers immédiats pour ce système qui ne leur promet que l'annihilation.

Les jeunes anarchistes et/ou antifa assassinés  cumulent eux des caractéristiques qui au yeux de la logique dominantes font d'eux des traîtres en puissance. Une cinquième colonne. [ A l'époque Pétain - dont se réclame ouvertement Sorale aujourd'hui -  parlait de l' Anti-France...comme quoi NDLA].Le plus souvent blanche, issue des classe moyennes ou élevées, elle a fait le choix de se battre contre ceux qui entendent bien profiter des privilèges que leur offre un système classiste, sexiste et raciste. Le vers dans la pomme.Bref l'ennemi se désolent tout juste de n'avoir pas réussi à les remettre sur le bon chemin, pour ceux qu'ils considèrent parfois comme des brebis égarés ( puisque tout de même né avec les caractéristique de celui "à qui tout doit réussir"). Puis une fois qu'ils se rendent à l'évidence qu'il n'y a plus rien à en tirer, ils aiment à répéter "qu'ils ne valent pas mieux qu'eux". Eux? Qui? Les unter-menschen de la République...Et ils seront traité comme tel...

Alors qu'avons nous à attendre d'une telle société, D'un tel système, D'un tel monde? Nous ne sommes que le fruit maudis de son incontinence... Des erreurs psycho-pathologiques passé à travers les mailles du filet des eugénismes médico-socio-éducatif...

Des petites bombes à retardemant, qui s'entrechoquent les une contre les autres, jusqu'à l'implosion, quand les responsables de notre déperdition existe bel et bien..Tous à l'école des martyrs...Collé sous surveillance par les flics, les services sociaux ou la DCRI , en attendant la brimade de trop, l'humiliation qui fait déborder le crâne... Ce qui leur fait craindre le fameux "passage à l'acte"...Mais depuis combien de temps  passe-t-on à l'acte envers et contre nous?

Car il existe bien un nous, si chacun vie individuellement les attaques du système, ceci ne résulte pas moins d'une stratégie de grande ampleur visant à tous nous atteindre tout en nous éloignant les uns des autres.L'ennemi commun se désigne de lui même dans sa perséverance à nous condamner à l'impuissance à tous les étages de notre existence.

Combien faudra-t-il de morts, de prisonniers, d'internés, de reclus, d'amis suicidés, camé, auto-médicamenté aux drogues dures ou cachetonné sous benzodiazépine  - avec assistance médicale pour rejoindre les champs de légumes sur patte qui fleurissent dans le métro et les jardins de leurs "maisons de repos"-  combien d'êtres dits "sensibles" poussés à travers les portes de la folie dans les puits sans fond de la démence, réduits à l'éternelle solitude de l'asociabilité programmée, combien faudra-t-il de pétages de plombs...pour que tout ça leur pète définitivement à la gueule?

A encore combien de derniers jugements devront nous faire face pour que eux connaissent notre Jugement Dernier?

Qu'on exhibe enfin  fièrement ces damiers qui nous servent encore de sourire pour leur souhaiter un ultime et assassin "Joyeux Doomsday" avant de pisser nos dernières pluies acides sur les ruines fumantes de ce tas d'immondice qu'ils appellent civilisation...

Crève pourriture crève

S'ils sont la civilisation, soyons la barbarie! Et nique leur civilisation!Ses mensonges, ses rêves insipides et cette fosse commune qu'ils appellent société!

Brûle Pourriture Brûle!

intro-iii.jpg

 "il se fît un violent tremblement de terre,et le soleil devint aussi noir qu'une étoffe de crin, et la lune devint toute entière comme du sang, et les astres du ciel s'abattirent sur la terre comme des figues avortées que projette un figuier tordu par la bourrsque, et le ciel disparut comme un livre qu'on roule, et les monts et les îles s'arrachèrent de leurs places. (...) Car il est arrivé le Grand jour de la Colère, et qui donc peut tenir?"

RADIO KLANDESTINE #30

doomsday.jpg

DOOMSDAY

Instru: ENO KAES 2013 / Lyrics: Enedeka Maska

Enregistrement Avril 2013 Paris XXe Unikogree @ Eno Kaes HomeStudio

Pétage de plomb, y a pas de plan B

Cervelle plombée pour le Doomsday!

ANARCHO CRUNK / KLASS WAR MUSIC

Arnako-punk / Refrain 2pique

Anarchocrunk refrain épique

anarcho punk : Doomsday Graphic

Le train de la vie , moi je l'ai fraudé, toi je t'ai vu j'té ton ticket parterre

C'est vrai que y a de quoi être frustré par l'exploitation hebdomadaire

Sept jours à se faire baiser pour le Week End s'envoyer en l'air

je crois bien qu'un jour je vais me tailler m'arracher vers d'autres atmosphère

les laisser s'entretuer dans un grand Doomsday nucléaires

DOOMSDAY nucléaire

Un jour ça va méchament charcler déjà que le quotidien c'est la guerre

le quotidien c'est la guerre

ça fait longtemps que j'ai choisis mon camps que j'ai dit à ceux d'en face d'allez se faire!

le quotidien c'est la guerre - de classe

le quotidien c'est la guerre- cannibale!

Il bouffe ses propre enfant qui ne demande quà s'en sortir

Parle d'intégration en les excluant, tous, tous, tous à l'école des martyrs

à l'école des martyres!A l'école des martyrs!

Tous à l'école des martyrs

tous tous tous à l'école des Martyrs!

Pas besoin de finir salafistes

pour savoir que ce monde est sale fils

400 000 nouveaux Millénaristes

qui voient ce monde courir sur la piste

du DOOMSDAY planétaire!!

Tous produit de l'enfance atomique

dégénerescence de la course au fric

du Doomsday planétaire (bis)

tu voulais avoir ce dont tu rêves

ils t'ont fait rêvé de ce que t'as

travailler jusqu'à ce que tu crèves

pour faire de toi un zombie de l'achat

zombie de l'achat (bis)

un zombie de l'achat (bis)

il faut bien rentabiliser cette putain de semaine à trimer

ici on rêve tous d'atomiser oui ce système fait pour nous brimer

ce système fait pour nous brimer

système fait pour nous brimer

ta-ta-ta-taliban de l'antifrance

banlieusard des ban de l'anti-monde

on compte plus les siècles de souffrance

on entend plus que la colère qui monte!

plus qu'La colère qui monte! (bis)

Va-z-y ramène tes collègues immondes

écouter la colère qui monte

la colère qui monte (bis)

putain y a plus rien qui t'appartient

ton seul plaisir la marque de tes pompes

tu te demandes bien pourquoi tu tiens

il est temps de sortir le fusil à pompe!

Pétage de plomb, y a pas de plan B

Cervelles plombées pour le DOOMSDAY

ANARCHOCRUNK KLASS MUSIC

ANARKOPUNK REFRAIN EPIK

ANARCHOCRUNK KLASS WAR MUSIC

ANARKOPUNK H-WAR MUSIC

apocalypse.jpg

 

Chose promis chose due,  aprés quelques 15 000 visiteurs perdus nous voilà à fêter la 30eme Radio Klando Permanente dans un vibrant appel à l'Apocalypse de nouveaux Millénaristes  tout aussi prés à se réaliser... Morceau exhibé également à l'occasion de l'imminente sortis de I RAP II KLASS, ce maxi qui n'en est peut-être plus un mais qui reste un Street CD  Violemment Antagoniste et Klassiste, du son pure sang Anti-France Anti-porc des entrailles de l'Armée des 400 000 vomis à la gueule de ce monde de merde...

n2k-madone.jpg

Tout ça devrait voire définitivement le jour en Octobre 2013, du Enedeka Maska, sur des instru Eno Kaes et de Unik Ogree enregistré par Shai Hulud avec un couteau entre les dents et les moyens du bords, tout çe bien sûr illustré par TWK, avec des feat. de Eretik, Unik Ogree et Shai Hulud en attendant la Radio Klandestine volume 4.On ne change pas la recette d'un cocktail qui pète...

I RAP II KLASS (play list)

1) Intro: I RAP II KLASS

2) II COUPS DE BAGUETTES I PAIN DE PLASTIK

3) DOOMSDAY

4)A L'OUEST RIEN DE NOUVEAU ( This is Class War Part.1)

5)LA VIE DES ENCRIERS

6)CARTE A GRATTER

7)DIRECTE ACTION ( This is Class War Part.2)

8)S.K.P. (Squatteur Kasseur Paris)

9)400 000 EST MON ARMEE

10)RK4 (le teaser) feat. ERETIK, UNIKOGREE ( H.WAR Kollektif)

11) OUTRO: BOULLE NOIRE feat. SHAI HULUD

 

Rendez-Vous le Moi prochain avec Un nouvel indédit digne de ce nom.

PS: Enedeka Maska tient à remercier tous les gens rencontré lors des deux derniers concerts au pays des Breizh Brûlantes à Tremargat avec la Rakaï Anarchist Party (le 07/09/13) et à Bovel (Concert Enedeka Maska le 14/09/13). Ciùer pour l'accueuil et tout c'était chanmé. Dédicace à Sylavin,Armand Insolite et sa Compère, Sticky Snake - Alerte Rouge et toute la bande, Fred Fémure, Malaise...etc et tout ceux qu'on a croisé!!

- Cette page est encore en cours de réalisation si vous lisez ces lignes, des problèmes "techniques" font que le texte n'est sans doute pas encore tapé et corrigé complètement et que le morceau n'est sans doute pas encore mis en ligne n'hésitez pas à revenir checker, l'ensemble devrait être terminer avant le 25 septembbre 2013 -

 

A LIRE: L'incendie Millénariste, Yves DELHOYSIE - Georges LAPIERRE, OS CANGACEIROS 1987

 


 

 

intro.jpg

ETE  2013

LE FEU MARCHE AVEC NOUS

 

Cet été, venez checker

 

trois morceaux inédits

 

(live et démo) et en exclusivité pour le 30e  ext

rait de la Radio Klando Permente un extrait du Maxi à venir "I RAP II KLAS KLASS", petite bombe à retardement de moins de dix titres en attendant RADIO KLANDESTINE VOLUME IV pour la fin de l'année...

 

 

ADIO KLANDESTINE PERMANENTE# 29


casses-ii.jpgVENU POUR TOUT PETA

Je n'ai pas de gros lingots / de montres aux prix de clio / de diamants du Zaire de la taille d'un berlingot / pas de propriété d'appart sur l côte d'azure / de villa dans les pyrénées / de belles motos, de grosses voitures / pas de tournées dans les bus de stars, nourris , logés à l'hotel / pas de crédit pour un pavtar / de gros bijoux pour la demoiselle....

J'aurai beaucoups d'choses à dire mais je n'ai rien à avouer / flic maintenant que je ne peux plus fuire tu comprends que j'vais m'la fermer / je n'ai pas d'enfants à part p't'être quelques fils spirituels / quelques biz et vices / quelques fuites fuites d'oseilles...

Je n'ai pas d'attaches à part p't'être les miens et panam / le bruit des crash / et toute pirate qu'elle est ma femme. / Je n'ai rien d'un lâche même prés à affronter l'infame / j'travers les clash, les GAV, les bastons, les flammes.../ Je n'ai pas de grosses ferrari / juste des rêves de gosses de Lambourghini 'vec des portees à ouvertures verticales.Pour les porcs ouvertement impraticable/ je n'ai pas toujours de self control/jamais loin du pétage de cable  / j'aimerai ne pas avoir d'amis en taule / tant de névroses , de potes instables...

J'ai pas "choisis de naître" / maintenant que c'est fait mec je fais avec / je profite car j'ai pas l'temps / c'est "tout de suite, maintenant et à pleine dent" / pas d'autres choix que de rentrer en plein dedans / les mains plein de doigts, les doigts plein d'encre / j'écris plus vite que ça sèche, ce sera la mort subite ou la cale sèche.

Parfois pas de lové / juste de quoi voler et un vélo / une bonne veste un keus pour pécho / une monseigneur, tout part à volo / j'décline ma haine de classe / sur ma bande son basse et violon / pas de pointeurs dans ma bande nous c'est juste les lois que nous violons...

J'ai pas la tric nan...j'ai pas le trac mais pour goleri j'ai sextape de tic et tac (?)  hoo... / j'ai la technique pas la peur du contact / c'est par là / ça bave ça tchtache parceque j'ai les sujets qui fachent / cervelle de moineau moi nan / tu fais le noble nous c'est les manants / on la fera mano à mano/ toi et moi : seul avec ma deban

Pas d'invitation à skyrock/ mais jamais l'dernier à dérappe / t'es premier sur les ventes moi c'est le troque.../ dis moi si je t'éventre tu me rattrapes? / pas de boutique à mon nom mais mon nom dans plusieurs arrière boutiques / on arrive t'appelle le paton quand on part c'est la "symphonie des bips"

j'ai pas de faux espoirs mais j'ai de vrais attentes / pas d'idée du matin du grand soir mais déjà le doigt sur la détente / je n'ai pas encore d'escare mais déjà pas mal de cicatrices si la brulure est un art /la folie et la haine sont des artistes

J'ai pas d'armoires louis XV / Le juge a beau chier dans mon casier/ veulent me niquer en me mettant les pinces si j'ai une balle je serai ou la caser...

J'ai pas de carrière nan, tinquiète j'ai du gros taff / mon combat, ma lutte et ma guerre / j'me lance enragé comme un staff./J'ai pas de piston nan/j'préfère le pisol ouais / 77 93 par python, mon "triste sort" je viens l'braquer / j'fais pas l'aumone moi, ni la manche ni la quete / depuis que je suis mome moi je ne me satisfait pas des miettes...

des strophes , des vers et des lignes : peu importe si les gens applaudissent : c'est la lutte qui rend riche et digne quand ils voudraient qu'on s'appauvrisse (...)

J'ai pas d'assurance vie pas d'idée du temps qui me reste à vivre et : veux mon avis? ce qui compte c'est ce qui me reste à livrer./ Tu te définis par ce que t'as et toi par ce que t'as pas: j'm'en bats les claouis de tout ça, je suis venu pour tout peta / certains se définissent par ce qu'ils ont / la somme de leur passion / diplôme, passages en prison / sans vraiment savoir qui ils sont / pas venu pour faire la leçon, pas venu pour faire la morale/ c'est juste du sky sans glaçon / du gros son et des punch lines...

Tu te définis par ce que t'as et toi par ce que t'as pas / j'm'en bat les claouis de tout ça je suis venu pour tout péta...

 

RADIO KLANDO HORS SERIE # VII

prison.jpg

 

LETTRE AU D3

 

Une lettre qui part au D3
pas pour Gibraltar
putain j'ai la haine dis toi
jaimerais que ci-gissent les brassards
je tourne en rond un pote qui manque
la putain a donné des coups
des équimauses plein le visage à grosse dose dans le virage
il me manque un soss je suis dans le cirage
arrache toi bollos vas y dégage
les mots me manquent j'remplis des pages, 
des pages pleins de manques et pleines de rages
de rage d'apache, la argne c'est le ciment de nos serrages
sache que la sagesse déserte le foyer des momes sans dessert
on reste des bêtes, même alerete, tu sais la faim ça nous dessert
ça focalise les pensées, comme des fouson s'enlise à bosser
le temps a beau passer
toujours le même tableau que je suis entrain de brosser
des heures de taff pour nourrir mon cancer
le bonheur par taff avec elle ou en concert
des éclats de vie dans des journées d'émeute
dans le bruit de vitres les hurlements de meute
c'est ça, c'est ça qu'ils veulent nous faire payer
un mec en taule pourquoi? parceque une  vitre brisé ça leur fait plu de peine et
bien sûr qu'ils veulent faire une exemple
mais 50 exemple par jour il tourne beaucoups ce sample
alors ne tétonnes pas si certains veulent voire couler le sang
ici on ne rêve pas, même pas à la révolution
juste un sentiment qui monte comme une odeur d'insurrection
les humiliations et la honte de rester muet face à l'oppression
c'est toujours le même portrait que je dessine
trait pour traits toujours les mêmes qu'ils deciment
c'est l'oraison funeste l'horizon m'a vu naitre
pour des raisons funèbres j'ai fermé la fenêtre
dites moi maître y a til une chance qu'il en réchappe? "peut être"
mec c'est net que tout les porcs aillent se faire mettre
"wesh grosse pute" y a t il une sinsulte que j'essaierai d'omettre?
petit quand on refusait de sauter du plongeoir le prof nous traitait de "femellette"
est ce que c'est les couilles qui font l'homme et la connerie le mec
ce que tu ne voulais pas devenir en somme essaye de ne pas l'être
une lettre qui part au D3

NI LE PREMIER NI LE DERNIER QUI NE VOIT LE CIEL QU A TRAVERS DES BARREAUX

DE PEUR QU ON S EN PRENNE A LEUR DENIER NOUS FOUT LA HAINE A EN DEVENIR BOURREAUX

TKT QU ILS TRANSPIRENT QUAND ILS Y PENSENT

NOUS SOMMES L OMBRE SUR LEUR AVENIR LE FRUIT MAUDIS DE LEUR INCONTINENCE


 

JUIN 2013
persona-non-grata.jpeg

 

PAGERETE TUTTI

 

ILS PAIERONT TOUS!

clement.jpg

- ni Oubli ni Pardon -

 

Clément restera à jamais dans nos cœurs, dans notre mémoire…la simple évocation de son nom nous serre encore le bide, celle des conditions de sa disparition nous plonge tout bonnement les viscères dans un bain d’acide. Si perdre un frère, un ami ou un camarade est toujours un épreuve. Apprendre qu’il s’est fait assassiné par ceux contre qui nous luttons  , par ce contre quoi nous avons toujours lutté ( la violence fasciste et l’idéologie qu’elle sert) nous renvoit face contre terre, percuté la réalité de ce monde dans lequel on vit…de cette société dans laquelle on crève…

  " Le béton est armé pourquoi pas nous?"

Nous avons respecté le temps de recueillement souhaité par sa famille et ses plus proches ami-e-s. Nous pensons bien fort à eux dans un tel moment …conscient qu’ aucun mot ne saurait calmer l’indescriptible douleur dans laquelle ils ont été plongé par l’arrachage violent à la vie d’un être cher.

L’émotion est vive, au de là même du cercle d’amis qui le côtoyaient régulièrement,  il est bien claire dans la tête de chacun, qu’il aurait pu s’agir de n’importe lequel d’entre nous, de nos proches,  des nos frères et sœurs, de sang, de vie et de combats et qu’il n’est pas besoin d’attendre que cela n’arrive pour que nous nous sentions nous même touché dans notre cher. Si personne n’est libre tant que tout le monde ne l’est pas. Il y a toujours ce sentiment que face à la répression réactionnaire et à la violence fasciste – négation même de cette liberté chérie par-dessus tout – lorsque on touche à n’importe lequel d’entre nousces « fanatiques amoureux de la liberté » comme dirait Bakounine –  c’est comme si on s’en prenait à chacun d’entre nous.

 Lorsque Carlo ou Alexis tombèrent sous les balles de la police, aucune frontière ne nous empêché de ressentir que c’était aussi une part de nous qu’ils avaient assassiné…Il en va de même pour tous les anonymes tombés en Tunisie, en Egypte, en Turquie ou au Brésil et partout sur la planète car il s’agît bien d’une guerre civile mondiale…Nous sommes tous un peu mort à Gênes en 2001, en Grèce en 2008 ou à Paris en ce début de moi.

Aussi il ne fait aucun doute que le meilleur hommage que nous puissions rendre à quelqu’un qui avait pris fait et cause contre les forces réactionnaires qui gangrènent notre existence passe justement par notre détermination à ne rien lâcher dans cette lutte, et bien au contraire d’y insuffler toute la haine et la rage que nous ressentons en ce jour de colère pour que notre détermination n’en soit que décuplé et toujours plus incisive.

Qu’on nous traite d’ Ultra…aucune tolérance n’est possible. Tolérer ? Accepter l’inacceptable ? Devant quelle atrocité encore devrions nous rester des spectateurs impassibles le cul bien enfoncé dans leurs canapés le cerveau guimauve modelé sur mesure par les desseins du soi-disant bon sens démocratique. Cette insipide diarrhée verbale que nous ressert sans vergogne les hauts parleurs de la société spectaculaire marchande qu’ils soient hommes (marionnettes) politiques ou mass média. Ce même bon sens démocratique qui voudra renvoyer dos à dos « les extrêmes » , oui ceux qui luttent pour une société sans classe (donc libre et égalitaire pour tous et toutes) et ceux  qui rêvent de centre de rétention, de prison ou d’ HP pour ces voisins pallier selon si il estime que ces derniers sont soit  de dangereux envahisseurs migrants  ou  de monstrueux gauchistes traîtres à leurs nations.

 

« Notre deuil ce sera le fusil et le poignard »

 beat-the-nazi.jpg

Nous n’avons rien à attendre de la parodie de justice que la Republique Bourgeoise nous tend comme un hochet sur lequel baver et s’exciter pour faire passer le temps, que la tension redescende au lieu que les esprits s’échauffent … tant qu’aux média on les aura vu nous servir avant l’heure leur propre parodie de cette parodie de justice. Ce monde de l’info ou tout doit aller  vite et si possible sentir le sperme, le sang ou le scoop pourvu que l’audimat suive, nous aura en tout cas confirmer dans toute son ignominie la gargantuesque boulimie du spectacle médiatique et sa monstrueuse capacité à tout ingéré, digéré. A intégré l’information tout en retirant sa "substantifique moëlle" pour n’en garder que cette forme scabreuse. Juste de quoi contenter la curiosité malsaine du badaud, tout en ayant tout fait auparavant pour motiver au maximum sa quête de perversion formaté.

Rien n’arrête les pantins de la société spectaculaire marchande. Ainsi on a pu voire  chacun d’entre eux tenter de tirer son bout de couverture de ce qui était devenu pour eux un évènement médiatique. Jusqu’à l’ignominie la plus crasse. Des portes paroles du front de gauche venu immédiatement faire leurs pub, la pointe des pieds sur le cadavre encore chaud de clément, dont le nom ne servait bientôt que de marche pied dans leur  quête d’ apparition sur la scène médiatique alors même que ceux qui le côtoyaient vraiment tentaient vainement de rappeler qu’il était justement critique avec nombre d’idée du front de gauche, on les entendait déjà le présenter comme « un proche de Jean luc Mélanchon » avec l’aide non dissimulé de journalistes prés à tous les raccourcis – l’idée étant de simplifier au maximum la réalité des évènements pour que ceux-ci n’apparaissent bientôt que comme l’expression du spectacle politique dans le réel. Le spectacle politico-médiatique ne fonctionnant que comme l’énonciation d’un  récit spectaculaire, un travestissement des faits consistant en quelques images tape à l’œil saupoudré de commentaire simplistes, l’assassinat de clément ne devenait bientôt pour eux que la transposition du duel théatral que nous joue Marine lepen et Mélenchon depuis quelques temps. Le course d’obstacle à l’indécence n’allait pas tardé à se trouvé d’autres champions élus UMP et PS osant ramené leur sales trognes alors qu’eux aussi faisaient partis intégrante du système contre lequel Clément Méric avait choisis de lutter. L’apothéose étant bien entendu atteind par l’invitation sur les plateaux de l’inénarable Batskin venu nous servir ses meilleurs imitations du Duce à coups de poses bustes en avant et menton levé pour salir la mémoire de notre camarade de tirade ordurière où comme d’habitude il s’agit de discrédité le  camps d’en face par des moqueries servis par un humour potache qui n’a plus rien de drôle quand il  de faire passer le meurtre d’un jeune de 19 ans pour une malencontreuse glissade.

Nous n’oublierons pas. Nous ne pardonnerons pas. Ni les assassins et le camps qu’ils défendent et représentent. Ni l’idéologie raciste et fascistoïde qui a armé le poing qu’ils ont dressé face à nos camarades. Ni les acteurs de ce système spectaculaire marchand qui n’ont vu dans cet évènement qu’un moyen de faire du buzz qu’ils s’agissent de faire parler d’eux, de faire monter l’audimat ou de guetté l’électorat. Batards, crevures et charognards…La place de vos gueules est bien sous nos semelles car vous ne valez pas plus que la merde qu’elles cotoient…

 

 ET CREVE LA VICTIMOLOGIE …

 

Et pour ceux qui cherchent à savoir qui en premier est venu chercher les autres…qu’ils ne s’y trompent pas. Face à ce genre de raclure, honneur à ceux qui ne lâche rien. Qui ne baissent pas les yeux. Qui appelle un chat un chat et un porc un porc, er qui le trâite comme tel lorsqu'il le croise. Qu’il s’appelle Esteban ou qu’il porte l’uniforme des forces de l’ordre réactionnaires. Qu’ils nous rêvent en centre de concentration ou qu’ils envoient nos frères dans des centres de rétention. La salope fasciste et policière a mille visage, il doit en être de même pour la résistance active qu’il faut lui opposer.

  COURAGE FORCE ET DETERMINATION

autonomie-ouvriere.jpg

Nous ne gagnerons rien durablement si on se contente d’accompagner les cortèges funéraires, d’envoyer des mandats au frères et sœurs au schtards…si il est indispensable d’afficher cette solidarité, il ne s’agit que du minimum que nous puissions faire. Et il faudra bien plus que le « minimum syndicale » pour contrer des ennemis qui  ne comptent ni leurs temps, ni leur énergie, ni leurs moyens.

Le meilleur hommage que nous pouvons rendre à Clément, comme à tous les anonymes qui tombent chaque jour dans cette guerre qui ne veut pas dire son nom c’est non seulement de faire preuve de la plus puissante  des déterminations mais aussi de leur opposer  la plus féroce des résistances armées de tous ce que nous pouvons lui apporté. De tous ce qui peut la rendre efficiente.

Et finalement c’est aussi ne pas seulement se contenter de résister, de garder les quelques acquis que nous devons à des siècles de lutte mais c’est aussi et tout d’abord trouver ou re-trouver le goût et l’énergie de l’offensive.

On trouvera ça et là, des donneurs de leçons, tueur de lutte, qui voudront nous renvoyer dos à dos avec ceux que nous combattons, qui nous opposeront que rien ne mérite qu’on meurt à 19 ans. Hors justement il faudrait déjà pouvoir vivre dans un monde ou personne ne meurent si jeune de manière si violente pour de telle raisons  pour qu’il en soit ainsi. Oh oui on aurait aimé que personne ne puisse crever à 19 ans sauf que le monde n’a pas attendu la mort de Clément pour connaître quotidiennement son lot de morts injustes…et rien ne semble ne nous détourner de cette voie dans un monde où rien ne semble pouvoir échapper à la sphère spectaculaire et marchande, et à la violence fasciste et policière qui l'a de tout temps accompagné - et ce, pour des raisons évidentes. Des raisons évidentes dans un monde ou tout se calcule en terme de plus-value , en intérêts, que celui-ci prenne la forme de monnaie sonnante et trébuchante ou d’une « notoriété » synonyme de « pouvoir » dans une société où rien n’arrête l’expansion de l’importance du paraître… Plus nous ressentons la réalité morbide de ce système cannibale et plus nous avons des raisons de nous révolter, et plus les nervis de l'Etat ou ceux qui idéologiquement rêvent de nous voire en cendre pulluleront excité par un système qui les poussera toujours plus à passer à l'acte...

Si tant de monde s’époumone à nous rappeler que la vie n’a pas de prix c’est bien que chacun constate que tout semble prouver le contraire…et ça jusqu’à la nausée…

Pour nous c’est claire. Nous sommes en guerre. Nous n’avons rien à vendre. Rien à brader. Rien à acheter et tout à prendre. Aucun pardon n’est à monneyer. Nous n’avons rien à négocier. Pour l’instant on sert les dents et on hurle en silence…en murmurant qu’il faudra bien qu’il paye…

Conscient ceux qui pensent pouvoir tout acheter ne connaisse pas le prix du sang…

 rigole-bourgeois.jpeg

 

Pour tous les notres qu’ils enferment

Pour tous les notres qui sont morts

 

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #28

 

idees-noires.gif EN CE JOUR DE DECEMBRE

FREE STYLE DECEMBRE 2011- PAROLES ENEDEKA MASKA -INSTRU ENOKAES

a l'intention de ces porcs de batards fascistes avec ou sans uiforme

En ce jour de décembre / Ici pas trop de galanterie, c'est plus Potere Operaio / depuis qu'le beat a ralenti n'importe quel pelo peut rapper yo/ Crise du isque ferment les labels ho.../les rappeurs mettent du labello / lèvres gersés / à force de sucer d'user des codes du New Jersey /t'es plutôt Jay-Z ou Jesse Jame, James et jessy / tu crois bander sur les bandits / le son d'la bande FM n'en est pas le produit / DOA ( dead on arrival) depuis la naissance / DIY ( Do it Yourself) j'draine comme une odeur d'essence...

Le matin j'ai des grosses cernes / matte mon reflet dans la seine / noircis jaunis par la pisse et l' vomis / l'amboance malsaine des soirées parisiennes / Paris, j'aime quan ça saigne sur l'asphalte voil c'qu'il nous enseignent / Paris gêne, Les entend tu qui geignent? / Matte la galère sur notre enseigne.../ Ils en peuvent plus: reportages de peustu / sur le 93 ils donnent la parole aux teupus ./Loin des Koufahrs et des coups foireux / j'ai sentis le coups fourré / pas n de ces canassons qu'on ferre sans mettre un coups d'talon / un coups d'sabot bien ferme / de quoi faire taire donc la ferme! / Sans célébrité, célèbre l'idée de foncer au galop débridé / Pas besoin de lever les briquets on est des lanceurs de brique et / de pavés sur les brutes épaisses de la BAC et des CRS-SS / Est ce la peine de le préciser?/ Brise Lepen et ses idées pas qu'en temps de crise et prés à leur dire de fermer leurs bouches c'est anti-fascistes! /pas juste facile comme de dire que tu niquais Bush!

Moi j'nique l'arnouch c'est du sans retouche / demande à mon nouchma marlou mes p'tits garlouchas craignent le passage de l'arnoucha/ si tu parais louche ça / finit en gardav, en garre-ba grave grave gars / pas fait de cravmagga mais tu is grave de manga? / Gavé de Ken le survivant depuis la naissance...

Depuis que je suis vivant je draine avec moi comme une odeur d'essence

J'AIMERAI UN ACCEUIL DESCENT POUR LEUR PROCHAINES DESCENTES / QUITTE A LES DESCENDRE A LAISSER PARIS EN CENDRE

A FEU ET A SANG EN CE JOUR DE DECEMBRE

pour les fafs, pour les porcs

molotov-molotov-1.jpg

J'AIMERAI UN ACCEUIL DESCENT POUR LEUR PROCHAINE DESCENTE / QUITTE A LES DESCENDRE A LAISSER PARIS EN CENDRE

en ce jour de décembre...

 

f


 

crane-rouge.jpeg

 

AVRIL - MAI 2013

tomahawk-twk-3-anges-noirs-edvard-munch.jpg

 

Quelques soucis techniques et activités parallèles nous ont tenu éloigné du web durant quelques temps mais le site n'est pas mort...

Pour Avril-Mai 2013 venez découvrir d'ici peu le morceau RKP#28 et RKP#29, une démo free style et un inédit avant l'attendu  30 ième RADIO KLANDESTINE PERMANENTE où vous pourrez découvrir en exclu un extrait du disque à venir actuellement en cours d'enregistrement.

 

En attendant un édito du mois digne de ce nom, jetez vous sur le dernier album des SINGES DES RUE, jetez un oeil à COUTO ENTRE LES DENTS et allez pécho PERMAFROST (avec une interview de THOMAWALK!!!! (contacts dans l'édito à venir)

proletariansunite.jpg


,

 

persona-non-grata.jpegFEVRIER-MARS 2013

 

2 mois sans news sur le site ,e signifie pas pour autant qu'il ne s'est rien passé, au contraire, c'est le retour des RAKAÏ ANARCHIST PARTY (R.A.P), interventions Hip-hop pour la propagation de la Kulture de Klasse (à ne pas confondre avec kes Rakaï Komunist Party - RKP - compilations des morceaux de la Radio Klandestine Permanente).Ces événements sont l'occasion de réunir sur scène  les comparses du Kollektif H-WAR ( ERETIK, ENEDEKA MASKA, UNIKOGREE, WESSI) avec d'autres rappeurs SHAI-HULUD, et MOMAC qu'on a pu déjà entendre dans les projets signé COUTO ENTRE LES DENTS ( dont on a déjà venté les mérites ici).

Aussi on remercie le squat du Transfo pour nous avoir permis de délivré une Rakaï Anarchist Party # 7, le 23 Mars 2013, à l'occasion d'un concert de soutien à Squat.net.

prochaine interventions:

RAKAI ANARCHIST PARTY# 8

niikalashnikov.jpeg12 - 04 - 13

à la Miroiterie rue Ménilmontant

ENEDEKA MASKA - UNIKOGREE

SHAI HULUD -MOMAC

ERETIK- WESSI

+ guests

Si pour l'instant les denières interventions ont eu lieu lors de concert organisé par d'autres orgas, le but est bien d'organiser également par nous même de prochains évènements 100% HipHop au cours desquels on aura l'occasion pourront nous rejoindre d'autres rappeurs MC KLANDESTINO ( ex: The KING), SOSO, OPIKANOBA ou JIMMY JUSTINE. Autant de talents qu'on invitera avec plaisir à rejoindre la dynamique qui s'est re-lancé dernièrement.

 

UN MAXI DE ENEDEKA MASKA A TELECHARGER LIBREMENT DEVRAIT EGALEMENT VOIRE LE JOUR A LA FIN DE L'ETE

UNE SORTE DE TEASER AU RADIO KLANDESTINE VOLUME # 4  (RK4) ATTENDU DEPUIS PLUS D'UN AN MAINTENANT.

 

NIIK

niik-beton-arme.jpg

I RAP II KLASS

 

L'occasion de découvir des morceaux plus récents et plus "propre" que ceux que l'on vous fait découvrir au court des Radio Klandestine Parmanente qui présentent des titres plus ou moins récent, ou plus ou moins bien produit (les démos), l'accent étant plus mis sur le propos que sur la qualité du son dans ces cas là. Mais loin de nous l'idée de croire que l'un est incompatible avec l'autre comme on a l'a déjà démontré au cours de différents projets. Si on attend pas de sortir de studio et une super production pour sortir des albums .ça et là on s'attèle aussi à faire vivre un rap de qualité dans le fond et la forme. Et vous inquiétez pas...evc force et détermination, nos stakanovistes du son parviennent à faire monter le niveau même avec le peu de moyen du bord.Sans pour autant s'interdire de lacher quelques free-style et / ou démo comme lors des RKP ou quand l'urgence qu'on prête à la situation ne nous laisse pas l'occasion de faire autrement ( quand il s'agit par exemple de répondre sur le moment à des faits d'actualité);

Ecrit autour de 2010 et censé à la base sortir la même année, le projet "Anatomie de la Haine" portait toute une réflexion sur ce début de millénaire et à ce qu'il annonçait  à l'instar de "2.0.10 HARDCORE".Le RKP#26 revient lui sur LA FURIE DE NOS ANNES 2000...pas de fausse nostalgie, si on sort les mouchoirs ce sera pour les imbiber d'essence et les enfoncer aux gouleaux des seuls cocktails que méritent chaque journée de ce nouveau siècle...pour tout c'qui nous reste à cramer!

niik.jpeg

LE FEU MARCHE AVEC NOUS

 

 RADIO KLANDESTINE PERMANENTE # 27

niik-furie.jpeg

LA FURIE DE NOS ANNEES 2000

Lyrics: Enedeka Maska / instru: ENO KAES / Enregistrement-mix (demo): Unikogree

Certains rêvaient d'un "empire de mille ans" et toi de quoi rêvais tu pour tes années 2000 hein? / Certains rêvaient d'un "empire de mille ans" et toi de quoi rêvaient tu pour tes années 2000 hein? /petit tu croyais qu'y aurait des voitures qui volent, en 2000, plus de villes, plus d'oxygène dans l'atmosphère / et en 2000 pour te nourrir c'est dans les magasins qu'tu voles et pour trouver un toit il faut ouvrir avant l'hiver / Kho rappelles toi de tes années 2000 en cette dixième année de cette décennie qui se termine, des années décimées pour dessiner un avenir / l'heure a sonné de les désosser pour le meilleur et pour le pire /ainsi va l'temps, j'vais 20 ans et en vain tant de vin a coulé dans les gosiers / à débattre de nos déboires, à coups de battes et à s'égosiller : p'tits futés, j'ai luttés contre les putes les joueurs de fluttes et / sans jamais baisser mon fûte, j'ai suivis mon but affronté ces brutes é/paisses à la main leste de la police et des GPIS / des BAC aux RG en passant par les CReuS et jusqu'aux 'leurs je les déteste / laisse des rues entières en cendres,que les porcs aillent se pendre, prés à les niquer jusqu'en grèce /j'suis pas v'nu pour me vendre, j'suis pas prés à me rendre, , j'ai pris des coups dûr à encaissee.

C'était la furie de nos annes de nos années 2000 / à s'démener à déminer des rutes où tout peu se terminer/ des annes de mauvaises mines, on se tappe l'avant bras pour les mimer.

J'ai su monté les gammes sans apprendre à lire une partition, déçus de descendre des grammes à me pendre ivre en perdition / Les porcs dans la ligne de mire, pas du genre à faire des pétitions, j'ai pas de martyres à admir', du genre à m'battre à coups de tesson / quand les dés sont jetés, y a plus dété sur la jeté/ y a aucun souvenir à jeter, j'me rappelle des squats ou j'étais / faut pas se rappeler que des drames mais aussi des fou rires/ trop de choses tristes sont comme des arbres qui cachent la forêt / avec Jael ou Ogree on en a passé du temps à goleri / à s'tapper des trips sur Ötzi, jpense aux 400 000 autres aussi / aux silences que laissent nos disparus, absences si denses qui se tressent comme une triste parure / que l'on porte autour du cou pour toujours s'en souvenir / on les transporte avec du coups jusqu'au jour ou ce sera à nous de venir...

En attendant vogue la galère / lutte pour remplir le frigidaire / ceux qui n'ouvrent plus avant l'hiver, taffent pour engraisser l'propriétaire / qu'on soit marré qu'on aît souffert  on a dit au monde entier d'aller se faire c'est dans l'effort et les enfers que j'ai su reconnaitre mes frères!

Cétait le furie de nos années 2000 / j'les ais touché dans le mille ces années de mines / à s'démener à déminer des routes où tout peut se terminer / des années de mauvaises mines, on s'tappe l'avant bras pour les mimer

 

Dédicacé aux 400 000 , aux pigeons morts, à l'Anti-France, aux Femmes Pirates et à toutes la mif....Les vrais savent

 

 

SUPPORT YOUR LOCAL

O-V-P

 

cops-kicka.jpg

Squateur- Kasseur-Paris


 

 

crane-rouge.jpeg

JANVIER 2013

RKP # 26 "COKTAIL MALAKITE" et RKP HORS SERIE V "EL CAMINO", deux morceaux démo issu du projet ANTOMIE DE LA HAINE  de 2010 à écouter

 

2013

Et toujours les mêmes qu'on baise!

niik-damnes-de-la-terre.jpg

UNE SEULE REPONSE

REALISATION DE L'ANTAGONISME DE CLASSE PAR LA GUERRE ASYMETRIQUE ET LA LUTTE CRIMINELLE

80er-barri-brennt.jpg

A TOUS LES ETAGES, DANS TOUS NOS RAPPORTS

proletariat.jpg

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE # 26

COCKTAIL MALAKITECOCKTAIL MALAKITE

Lyrics: Enedeka Maska / Instru: Eno Kaes 2009 / Enregistrement: Unikogree @ homestudio gare du nord

 Ma couleur c'est le noir comme la malakite et  j'me bat pour ceux que j'aime, ceux qu'j'ai du mal à quittter / avec toi et c'que tu m'as fait comme mal je crois pas qu'on est quite et / tu kiffes, tu joues les gros mâles mis on sait pas qui t'es!

J'en ai connu des déceptions pas des histoires d'ados / on te sourit comme à réception avec un schlass dans le dos / et toi tu prends un coup lorsque t'es au plus bas / tu t'y attends pas tout à coups lorsque t'es peinard tranquile  au plumard / ça fait ce genre de blessures d'celles qui font mal / maintenant face aux gens t'es pas sûr il ya bien des vil-cis avec des pumas / tu croyais griller les vigiles juste parcequ'ils sont plus mate / va falloir revoir ta vigie avant que l'un d'eux te mattent!

Malotru, j'veux du mal au truie puisque je veux voire le porcs morts / malapris, je sais pas quel mal m'a pris je recommencerai encore / à donner des conseils dire ce qui me colle aux viscères, fait tourner le cocktail, la 'teille que j'me re vi-ser

J'ai des trous dans le bide c'est pour ça que je vomis sang / des retours acides ça fait déjà dix ans / mon avenir une terre aride sur laquelle je sue eau et sang / pas le temps d'attendre les rides pour vivre à 100% / le procureur me voulait  en cage je lui ai dit "nique ta mère" / le juge que je cesse d'avoir la rage , le baveux d'être amer / je suis encore là et je suis toujours le même, / dehors donc ça va mais c'est toujours la merde / toujours 1 monde, 2 putains de classes, une guerre / mille millions d'injustices peu de raison que ça change guère / alors qu'est ce tu veux qu'je change, je suis pas prés de lacher le mic / tant mieux si ça dérange, je suis pas venu jouer au maqu' / pas un redresseurr de tort, ni un donneur de leçon  / ceux qui m'accusent à tort le font pour d'autres raisons / les rageux peuvent user de leur salive / jamais lacher d'aveux ces merdes flippent qu'on arrive...

Malotru, moi j'veux du mal aux truies puisque je veux voire les porcs morts / Malapris, j'sais pas quel mal m'a pris j'recommencerai encore / à donner des conseils, dire c'qui me colle aux viscères / fait tourner les cocktails, la 'teille que j'me re vi-ser

Ma couleur c'est le noire comme la malakite / j'te jette un regard un noire comme la malakite / moi j'brûle les drapeaux pour qu'ils soient noirs comme la malakite / mon étendard noir comme la malakite / enedeka en lettre d'or sur fond noir comme la malakite / la haine de classe précieuse comme la malakite / précieuse pression sur la gachette contre l'oppression baiser les puissants avec passion c'est mon obsession

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE # 5

 tomahawk-twk-marchant-vers-la-mort.jpgEL CAMINO

C'est pour les pirates, pas les corsaires / ceux qu'on incarcère / les soldats communards qu'avaient "la crosse en l'air" / C'est pas les gros salaires qui vivent dans  les boîtes de conserves / pas besoin de glossaire pour le langage qu'on s' sert / et mon coeur s'sert pour les enfermés les frères pour qui on a fait des concerts / pour ceux qui gardent leurs ceintures et la serrent / ceux qi se servent de leurs bras et de rage parfois les lacèrent / rappelle toi de kopp la bonne époque "fais pas de garot avec les lacets" / c'est pas fait pour frimer un glock, gros, on en a assez / de voire nos mères qui pleurent et nos frères sans repère / et nos soeurs qui ont peurs que leurs frères fassent comme leurs père / qui sont nombreux à se perdre à rentrer dans un rôle / à finir dans la merde à trouver ça moins drôle / une fois qu'o réalise juste le mal fait au sien / ne serait ce qu'à celle qu'on idéalise qui jadis nous donnait le sein / y a faire des choix et les assumer , les principes qu'on laisse choire et ceux qui se font fumer / mais toujours le même constat on est face au système / qu'on hurle ou bien qu'on s'tappe, si t'aimes pas ou si t'aimes / c'est les mêmes marécages chacun mènje sa galère/  quite à finir ou même les tripes à l'air / c'est un combat de chacal on py perd c'qu'on y gagne / on perd l'espèrance en gagnant l'expérience / pas besoin d'analyses sociales, d'experts rances / pour savoir quels soucis sont al, comment notre espèce danse / dans ce monde infecte seules résistent les choses vraies / tu trouves immondes l'insecte quand y réside un met / apprécié par tant d'autres bah la vie c'est pareil  / y a soi et puis les autres et nos richesses mutuelles / pour un rien on s'égrorge pour un Dieu on lapide / on peut dire aux siens "dégage" quand l'homme pieux juge l'impie. / Mais où est donc la piété, la morale, la ,justice / y a tes priorités et c'qui te rend juste triste / juste différentes cultures, des Histoires et des manières de voire / nos choix faces au futur et c'qu'on accepte de croire...Tu vaux pas mieux qu'un autre mais veux tu en apprendre?/Ou finir sur une fausse note / si la vie était rose et les hommes bien vieillants, j'crèverai pas d'une cyrrhose, y aurait pas de surveillants....

 

"Par la plume et l'épeé, par l'action et l'écrit, sur mon coeur je vous promet une guerre sans merci..."

la-plume-et-l-epee.jpg


 

n2k-intro-aout.jpeg

DECEMBRE 2012

 

la faim d'un monde...

wesh et d'un paquet d'monde qu'a faim d' tout niquer, d'allez se servir là où on nous demande de rester gentiment à baver devant les vitrines, d'observer les façades des immeubles inhabités, quand la rue nous guette ou quand les taffs légaux qu'on nous laisse suffisent à peine à s'entasser dans quelques appart' où la grève des loyers a vite fait de devenir une nécéssité, sans parler des revenus de substitution...juste pour pas péter un cable en crise de manque, tel les toxs à la thune qu'ils ont su faire de nous.Et qu'on vienne nous parler de "légalité"...

"L'Anti-france préfère le luxe à la misère"

Dans un monde où satisfaire ses besoins vitaux et quelques envies de bases en devient un pour la majeur partie d'entre nous : Comment pourrait-il en être autrement?Par quelle autres mesquine petite entourloupes petite bourgeoise certains gauchistes parviendraient-ils à nous expliquer ce qui semble être pour eux la "plus-value exotique de la clochardisation"?!Qu'on rougisse quand on n'demande qu'à reprendre ce que la vie nous doit.

Des cadavres dans la bouche de ceux qui ont choisis la misère comme posture politique et leur sale odeur de putréfaction sophistiqué quand les relans de leurs bonnes consciences éclairées parviennent jusqu'à nous.La même que ceux qui nous parlent d'anarchie pour mieux jouer les petits chefs.De communisme, pour ne partager que la misère de nos existences.De remise en cause des rapports pour ne faire que gravir les échelons de leurs petits milieux...qu'on leur laisse sans mal tant ils ne font de toute manièrque que façonner tout ce qu'ils touchent, tout ce qu'ils convoitent à l'image de ce qu'ils disent détester...

molotov-iii.jpeg

RIEN A PARDONNNER.RIEN A OUBLIER

Prenons. Prenons tout ce que nous pouvons prendre.

 

Et rendons. Rendons  coup pour coups.

pillages.jpg

 

"Rejoins l'anti-france.Le seul risque tu cours c'est de n'pas mourir pauvre"

ANTI-FRANCE VAINCRA

 

 

 

 

 

VENDETTA CONTRE TOUS LES BATARDS!

 

cops-on-fire.jpeg

----------

aprés

"Le flicage citoyen à porté d'pied"

le fracas de notre arrogance à porté de vos oreilles

 

pochette-t-etonnes-pas.jpg

 

CD T'étonnes pas à télécharger

http://www.mediafire.com/?px08461k2xn33vw

 

De mauvaises intentions solidaires et le maxi "t'étonnes pas", jusqu'ici uniquement street cd se retrouve dispo sur le Web à l'adresse ci-dessus,

avec en prime sous peu un "Ecoute moi bien" morceau inédit.

 

Les paroles du skeud sont déjà dans la rubrique lyrics.

cimer à tous ceux qui ont participé et rendu ça possible, 

dédicasse à toute la mif !

"400 000 est mon armée! Nique les petits chefs et le pouvoir qu'ils rêvent d'avoir"

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE # 25

n2k-outro-aout.jpegECOUTE MOI BIEN

lyrics: Enedeka Maska : Instru: Eno Kaes 2012 / Mix: Unikogree / Voix: Enedeka + back : Shai Hulud Unikogree

 

(Enedeka Maska /anarcho-crunk / Klasswar music)

Ecoute moi bien / J'ai pas fait le tour du monde mais y a du monde autour de moi / à l'intèrieur ça gronde je sens cette fureur qui monte en moi / vas pas penser qu'un jour les politiques te mentent moins / Pas de complot mis à jour ça fait des siècles qui te montent - au moins - / au service de leur classe,  mais qu'attends-tu du camps d'en face? / Penses tu que les chefs laisseraient leur place dans une ultime action de grace? / T'as pas trouvé ta place dans ce système? - Ecoute moi bien - Prends là dans cette guerre qui fait rage! / Cette guerre de classe - tu le sais bien / Pas un conflit d'un autre age il t'nique ta race - je n't 'apprend rien / ils se rappelleront d' notre blase avant qu'on parte - c'est pour les miens - que je tiens à dire ces quelques phrases, en héritage, je porte le bien le ,bien pour les miens -  pas juste une phase tu le sais bien / Ecoute moi bien / c'est pour les miens / tu le sais bien

Si je cris de trage et de colère : C'est pas juste pour porter mes couleurs : rouge de rage et colère noir / tu veux des baffes? Eh bin colle leur! / Ceux qui le mérite doivent se sentir chez eux nulle part: tu sais que ces porcs de flics m'irritent, on va pas gentiment leur dire "pars" / quand ils viennent occuper le tiekar et chasser les sans-pap et les roumains / dans cette guerre aux pauvres, pas de quartier que tout s'écroule comme l'empire romain / Demande aux tun-si si si la pierre est dans tes mains / c'est le troisième tour si si t'es prés à te battre pour demain / Arrête moi si j'me trompe - porc - tu taffes pour les gros tronpa / j'm'arrête si j'me trompe si tu m'arrêtes c'est que j'me trompe pas / Porc tu sais que tes mains sont déjà couverte du sang des miens!

J'ai pas trouver ma place dans ce système - écoutes moi bien / j'la prend dans cette guerre qui fait rage cette guerre de classe / tu le sais bien / c'est pas un conflit d'un autre age ils t'niquent ta race / je n't'apprend rien / ils se rappeleront de notre blase avant qu'on parte - c'est pour les miens / que j'tiens à dire ces quelques phrases en héritage je porte le bien, le bien pour les miens, le bien pour les miens pas juste une phase tu le sais bien / c'est pour les miens.

 

---------------------------------------------

quelque soucis techniques ont laissé couler quelques fautes de frappes dans le dernier textes et du temps depuis le dernier édito ( le problème étant plus quand la faute de frappe met en danger le sens la phrase)

cimer à Shai Hulud et Unikogree pour la participation, Rap de classe Vaincra!

continuez de check Couto entre les dents - nouvelle net tape!!! à écouter abolument -   Unikogree @ TonioHwar, Eretik, Wessi et les camarades de Singes des Rue, Exxon Vald-s et tout ceux qui font vivre le rap qui claque et tappe où ça fait mal...

 


 

crane-rouge.jpeg

NOVEMBRE 2012

 

"Remue le couteau dans la plèbe / mais dis toi bien que la plèbe t'emmerde /de cette plaie nous sommes la gangraine,vois donc où la fureur nous mène (...) Amer, armés de nos rages de nos peines / sanglants on le sait des coups que la vie nous assène/ Vivants on le sent  car à chaque moment nos coeurs saignent (...) Sept ans , sept ans déjà depuis Zyed et Bouna / 5 ans 5 ans pour rien pour tantd'autres comme Kanté Mara / 15 ans pourquoi? Pour vivre et la vie est combat "

Retourne le couteau dans la Plèbe

morceau à venir

Eh oui 7 ans déjà

" Rappelles toi de Novembre...en attendant des cendres"Disait déjà un morceau de l'époque ivre de fureur, de fureur de vivre, de vaincre et donc d'abord de l'envie d'en découdre...Du besoin répondre à l'appel ardant qui raisonne en chacun de ceux qui refusent de de baisser les yeux.

Baisser les yeux devant la chronique programmée de notre reddition. Déjà écrite, ils nous la rejouent chaque jour à grand renfort de l'arme de l'époque "la communication". Le pilonnage d'information, sans dialogue, sans en remise en question ni doute, sans appréciation des limites...Et c'est nous qu'on accuse de faire de la propagande. Là où nous le reconnaissons fort bien.

Car tout " spectacularisé" qu'il soit par moment, l'affrontement auquel nous ne pouvons que prendre part n'en est pas moins une guerre ouverte.Une guerre qui dépasse largement le cadre de ce cirque politique dont ils voudraient qu'on se contente - en simple spectateur. Une guerre qui ne s'arrête pas à la fin de leurs représentations, qu'elles prennent la forme de talk shows politiques ou d'AG étudiantes, là où chacun se cantonne sagement au rôle qui lui est impartis.

Quand Mélanchon et Marine Lepen débatent apparemment vigoureusement sur nos écrans. Une fois, le générique passé, ils se serrent la main, s'excusent presque de leur apparente virulence...(1) " Ne vous inquiétez pas, se disent-ils entre intermittents du spectacle politique, pas de malentendu. Tout ceici n'est que mise en scène;Retournons à nos moutons - pourvu qu'ils se tournent vers nous"

Dans un interview au Monde, le président lui-même, ne s'embarasse plus de rappeler ce que nous n'avons cessé de répéter depuis fort longtemps, ce qui berne de moins en moins de gogos, en expliquant que si la droite était passé les mêmes réformes auraient été appliquées, simplement de manière plus brutale. Dans la forme. Le paraître , l'art de communiquer. Avec ou sans Vaseline? Un ùmonde décathlon quoi.."à fond la forme" tant et si bien qu'on ne cesse de retoucher le fond...

Mais quand le rideau se baisse, quand le générique passe, pour nous, ni gala, ni petit fours... si nos cocktails,sont molotov, c'est que, quand bien même on la décrirait à travers une chanson, la réalité à laquelle ils nous acculent nous affecte bel et bien dans le fond - et pas seulement superficiellement. C'est l'aliénation du travail salarié ou celle de la survie au jour le jour...la réalité d'une vie qui nous échappe. Nos rapports qui se détériorent. Notre rapport au monde. Nos rapports aux autres.Notre rapport à nous même.

Quel regard pouvons nous donc porter sur ce à quoi nous avons laissé place, une fois délesté des illusions que la réalité aura vite fait de nous faire perdre - quand on a encore eu la chance d'en avoir un minimum...c'est à dire suffisament pour pouvoir se projeter dans un avenir non pas en fonction de ce qu'on attend de nous, mais de ce que nous voulons être...

"Je veux devenir ce que j'aurai du être"

La domination de classe s'expose de tout son être dans les rapports qu'elle détermine.Dans les monopoles qu'elle engendre et qu'elle entend maintenir, et ce, afin que les privilèges qui en découlent restent bien sûr entre les mains de ceux qui les détiennent déjà. Par le spectacle de masse, on cherche encore à faire rêver la jeunesse exclu de fait de cet avenir radieux. Il s'agit de leur faire croire que s'ils se plient sagement aux exigences du régime dominant, s'ils embrassent ses valeurs, sa morale, sa religion du "self made man", prêt à tout pour gravir les échelons, peut-être - mais alors "peut-être" - qu'une petite élite décrochera la timballe en devenant footballeur, rappeur commercialement rentable ou plus communément chef d'entreprise - qu'on enverra parader dans les émissions sensé prouver que " si ! Cette société laisse une chance à tous".

 Combien y en a t-il concrètement comparé aux nombres de ceux qui de 7 à 15 ans n'ont que ce rêve à la bouche tant on ne cesse de leur farcir le crâne des soi-disants bien faits de la société de consommation auxquelles ils n'accèderont pleinement que s'ils se soumettent à ses règles.

Rapidement pourtant, il faudra prendre conscience qu'entre les bien faits promis et l'envie de pouvoir jouir de ces nouveaux besoins crée de toutes pièce par le flot interminable de réclames qui rythme nos vie, se dressent une vitrine blindé, un prix, un code barre, un portillon, un vigile, des controlleurs, des caméras, des flics, des lois, des procs, des juges, des matons et des prisons...

A L'arrivé la désillusion est grande.Surtout quand on se rend compte qu'on était arrivé depuis le départ. Et on a toutes les raisons de foutre le feu à ce spectacle macabre dont nous avons été les tristes pantins aussi longtemps que nous avons fint d'y croire. Car leurs valeurs, leurs morales sont précisément à l'opposé de celles auxquelles nous devons justement nos réelles chances de survivre dans ce système, mais encore mieux, d'essayer d'y vivre en dehros des créneaux pré-programmés de la misère.

Des valeurs qui n'ont d'ailleurs pas attendu les conditions des classes populaires modernes pour voire le jour, mais qui ont fait leur preuve tout au long de l'histoire de l'humanité - et ce, à l'inverse des nouvelles doctrines qui nous sont professés, celles qui nous expliquent que l'homme ne peut-être qu'un loup pour l'homme, un être qui ne peut s'élever qu'en grimpant sur le cadavre du semblable qu'il aura écrasé pour se faire.Quand au contraire tout nous montre qu'en des époques plus hostiles, c'est bien la coopération entre hommes qui a permis à cette espèce de survivre même s'il lui manquait "les traits physiques hautement spécialisé permettant aux autres espèce de se défendre (de grandes dents ou des griffes), de conserver la chaleur (une foururre épaisse) ou de fuire ( de long membre)". La force spécifique de l'espèce humaine tient outre sa capacité à utiliser ses mains pour manier les objets, au fait qu'l puisse utiliser sa voix pour permettre à ses membre de communiquer entre eux, " s'interroger, étudier, tirer des conclusions générales sur son environnement, et aussi de transmettre au cours de longues années d'apprentissage des enfants, des techniques et leurs savoirs" .Un savoir et des techniques partagées qui pourront être à leurs tours perfectionné par les générations à venir.Sa force c'est sa capacité sociale à coopérer.C'est en mettant en place des stratégies communes, en étant solidaire des siens, que l'homme a pue parfois dompter un environnement qui avait toute les chances de n'en faire qu'une bouchée s'il n'avait su s'en,tendre avec ses congénères.Et comprendre que c'est avec et dans l'autre qu'il trouvera les clefs de sa survie et les voies de son émancipation. Jusqu'à comprendre l'absolu de cette pensée universaliste. L'idée indomptable que personne n'est vraiment libre tant que tyout le monde ne l'est pas.

Ils nous ont vendu un mensonge dont nous continuons chaque jour à payer le prix.Celui d'un salut qui n,'apparaîtraît qua dans la "réussite individuelle", une réussite individuelle indissociable de l'idée de propriété privée - celle qui fait que l'on possède quelque chose dés lors qu'on en prive les autres.Bref, un salut qui à la base n'est prévu que pour une élite et au dépend d'une majorité à qui on continue à faire croire qu'il reste encore à certains des chances de rejoindre la classe du dessus - à condition bien sûr de tirer un trd'abandonner ses préoccupations vis à vis du sort de sa classe, de tirer un trait sur le "bonheur" des siens", de ceux qui ont partagé les mêmes con,ditions de vies, la même jeunesse, les mêmes aspirations déçues... 

On nous fait coire que l'"insertion" ou la "ré-insertion" à cette société passe par le respect des lois et de ceux qui nous forcent à s'y soumettre à copups de tonfa, de gaz lacrymo et d'hyumiliation en tout genre. Il aurait fallu se taire quand en France les forces de l'ordre en place pourchassaient des gamins et les laisser crever dans un transformateur électrique en ironisant sur leur chance de survie.Quand en d'autres temps en d'autres lieux en Italie ou en Grèce les mêmes force de l'ordre provoquaient la mort de jeunes contestant le pouvoir en place et les injustices dont il est responsable. Combien sont morts en Tunisie, enEgypte ou en Syrie?Combien d'anonymes tombent chaque jour, sous les coups ou les balles de la police dés lors qu'ils s'opposent frontalement à l'injustice du sytème en place ou qu'il refuse simplement la survie misérable que leur réserve la légalité du monde capitaliste.

Ce constat valait en 2005. Il n'est pas moins valable en 2012.Et en 2005 qui s'est exprimé? Si ce n'est le sentiment d'appartennirQuoi à une même classe d'individus oppressés par les contrôles incessants, exclus, bafoués, laminés, humiliés par un système auquel beaucoup ne demandait finalemen,t qu'à s'intégrer...pour qu'à leur expèrience de l'exclusion raciste qui gangraine les arcanes de notre société s'ajoute celle de l'exploitation classiste inhérente au fonctionnement du système capitaliste.

On est de cette même classe d'individu meurtris dans leur chaire le jour où sont morts deux jeunes qui auraient pu être n'importe lequel d'entre nous, n'importe lequel de nos frères...sans slogan , ni revendication, c'est le feu qui a parlé pour nous.

Car le feu marche avec nous

Et voilà 2012...Les premières années de la décennie 2010...définitivement hardcore...

Peut-être qu'aprés tout, notre dernier espoir était la fin du monde dont ils nous avaient tant rabaché les oreilles. Car si la prédiction avait été juste, ce qui est sûr c'est que le monde qui se serait écroulé n'est pas pour nous.Oui, c'est bien le monde dans lequel on vit, qu'on le veuille ou non, on y participe comme tout un chacun, on produit, on consomme, on paye des imôts ne serait-ce qu'en achentant un paquet de clopes ou un pack de bière.21% pour l'Etatvia la TVAapital., le reste pour le capital. Donc la question n'est pas de prétendre pouvoir vivre en dehors d'un système auquel on échappe que le jour de notre mort. Mais faute de pourvoir couoper les ponts, à nous de déterminer notre relation à ce système...à la lutte qui s'y joue? De quel cotés sommes nous? Quel est notre niveau d'antagonisme à la classe dominante? A nous de nous battre pour choisir autant que nous le pouvons les rapports qui nous lient. A ce qui nous entoure. A ceux qui nous entourent. Ceux qui nous aiment, ceux qu'on aime. Ceux qui nous oppresse.

A quoi bon "jouer le jeu " des élections, du cirque politique, quand nous sommes systèmatiquement les dindons de la farce?Les faire-valoir d'un pouvoir dont les élections ne sont que la caution pseudo démocratique - quand on nous répète pourtant sans cesse que le vrai  pouvoir lui est économique. Dans le portefeuille pas dans les urnes.Dans les salons Feutré où es vrais décideurs proposent fortement quelques idées à la marionnette du moment. Elle dégagera bien un jour.Les grosses compagnies elles resteront. Toujours prête à glisser quelques idées à l'oreille de la marionnette du moment rose, bleu ou jaune pisse...plus de couleurs dans la zone grise. Alors....

A quoi bon?

Ah quoi bon agir pacifiquement quand en face tout n'est que violence?Où à l'exploitation de classe s'ajoute le racisme latent d'une société sclérosé, dont la classe dominante a bien compris que pour survivre les forces qui lui sont antagonistes doivent rester divisés. Et la différence de traitement entre blanc, rabza, renoi... nous floute la réponse de classe en créant des urgences différentes qui n'en ont pourtant pas moins le même ennemi, la même logique cannibale.

ça se passe ici.

Ici et maintenant

Et c'est pour cela que la vie est une guerre . Car elle ne peut être que l'affrontement perpétuel qu'il existe entre nos asîrations à se réapproprier nos vies et leurs vélléité à en garder un contrôle absolu. En  nous poussant à n'être que l'ombre de nous même lorsque nous nous cantonnons aux rôles misérables qu'ils voudraient nous voir jouer dans ce spectacle pathétique, ce cirque en déliquescence qu'est leur système.Un cirque qui n'en est pas moins chaque jour de plus en plus meurtrier.

En face chaque coups que nous lui portons est la praxis de notre aspiration à vivre.

Vivre pour Combattre

car Vivre c'est combattre et combattre c'est vivre!

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #24

 idees-noirs-ii-twk.jpg

A QUOI BON?

Paroles: Enedeka Maska / Instru: Eno Kaes 2010

 

Tu m’dis d’attendre? j’te réponds à quoi bon / ils veulent qu’on se rende alors dans l’attente y a rien de bon / prendre du recul d’accord si c’est pour sauter plus loin / ils nous encule dans leur accord ça j’l’ai compris très bien / me dis pas « kho c’est comme ça que tourne le monde » / on t’entourloupe te roule tant que tu trouves même plus ça immonde / car c’est fait de telle manière que c’est toujours les même qui se servent / toujours les même qu’on sert et les même qui t’asservent / alors arrête de me dire que la roue tourne que demain on bouffe hein / si aujourd’hui tu leur sers de bouffon, tu seras jamais plus qu’un biffin / dans ce système de classe on la connaît ta place / fais pas celui que laisse de glace pendant qu’les porcs te castrent / dépossédé de ton temps, dépossédé de ton énergie tu taffes / ta vie c’est du taff et des temps libre qui sont pas tant libre que aç / stérilisé – tes rapports, dépossédé de ton propre corps tu passes à l’as tes propres désirs d’abord faut payer les factures ça casque / le taff ça casse, ça lasse, même tes collègues et leurs vieilles blagues salaces / mince les soucis s’amassent, moins que les besoins de soins et les rentrés sont minces… / Boulot-métro-dodo et mal de dos poto, ils disent que c’est « du taff de roloto », à en devenir toto / ouais gros à, moins de gagner à l’euro-million ou au loto…

Le patron, m'dit d'attendre, j'lui répond à quoi bon? / attendre qu'ion se pende et pour les noirs "un sourire et un yabon" / c'est finis le temps des colonies patron! /Des expos dans les zoos pour montrer à quoi ressemble le Gabon / il dit "bon gos, joue kle bon gars, le bon sauvage au gros nez , le bon n..." / Un pote m'a dit "Quand on nait "nègre" on nous fait trop souvent comprendre qu'on est de trop / trop nombreux ici ou trop pas assez d'ici" / remarque de merde genre "c'est quoi cette musique de nègre?" pas du ACDC kho/ joue pas l'anti-héro(s) quand tu mets ta métha dans le syrop...ta vie a un goût de pisse de cyrrhose

Et tu m'dis "c'est pas l'esclavage c'est du salariat" / mais dis mois qui joue le salarié? Qui joue le "sale aryen"? / c'est sale c'que je viens narrer ouais j'suis un scélérat j'ai la couleur des porcs qui en tuant les fedayins disaient "chasser les rats"

Kho on prend des couips et on rend moins qu'on prend : aloàrs quand je parle de dégout j'espè_re que tu comprends : si mes paroles te parlent c'est bien qu'il faut qu'ils prennent/ pas parceque c'est deds "visages pâles" / mais bien parcequ'ils se prennent pour nos lmaîtres / ils veulent nous matter, nous maltraitent, nous traite comme des esclaves, les poukaves, les expoiteurs, les traitres qu'ils ailent se pendre que je m'eclaffe/ Avec c'qu'ils méritent de prendre qu'ils aillent se pendre que je m'esclaffe"

Et là on rigolera bien dee leur réflexe radin ils se retrouveront seuls à capter que personne les aiment / et là on rigolera bien de leur réflexe radin ils ont de quoi se sentir sale car il y a personne qu'ils aident...Ils voudraient que tu te contentes d'attendre et te mentent pour que tu rentres sagement chez toi ce soir /c omme si, alors qu'il y a encore tant à prendre , il s'agissait de silencieusement s'assoire...

Pour les oubliés du système : tous les pauvres qu'il dénit / la souffrance nourrit la haine : la misère est son nid : combien de fois me suis je dit "est ce que je suis maudis?" / car je cède à) la haine en sachant où ça mène en sachant que ça ne m'aide pas./ Merde je cède à la haine en sachant où çamène en sachant que ça ne m'aide pas / Trop tard dans cette direction j'ai déjà fait trop de pas / perdre mon sang froid aliors que j'essayais surtout de pas / me comporter comme une bête que je ne suis pas / j'essaye de changer je ne fuis pas ...

J'essaye juste de cibler ma haine /car lorsque elle est aveugle c'est au mien que je fais de la peine quand c'est sur eux que je beugle >/ y a trop de rage ici donc je rêve de régicide / kestu veux que je réponde au petit quand il me dit " à quoi bon avoir des bonne notes pour finir au chomage aussi? / est ce que tu voudrais que je lui dise t'inquiète on est maudis"/ Wesh Medhi, wesh petit quand on parle d'apprendre sache que tout est bon à prendre / ce que tu sais on te le retireras pas / et de toute façon sans savoir sûr que tu t'en tireras pas...

Quand j'te parle de connaissance j'te parle pas de carnet de notes / ma politique sent l'essence et brûle leur bulletin de vote / depuis qu'on est neuijeu, ils veulent noyus faire rentrer dans des cases / à quoi bon rentrer dans leur jeu suivre ce destin qui nous écrase?

A quoi bon? ça veut pas dire qu'ikl y a rien à faire / c'est juste qu'il y a pas moyen d'être peace >/ t'inquiète les maîtres je suis venu leur dire d'aller se faire et que c'est sur eux que je pisse!

On me dit d'attendre, j'répond "à quoi bon?" / on m'dit d'me détendre jrépond "à quoi bon?" / quand on me dit "sois polis, sois plus lisse et respecte la police" j j'répond vas te faire foutre sale con! Faire ce qu'ils attendent de nous, à quoi bon?attendre que les problèmes ne se dénouent à quoi bon? à quoi bon attendre que les notres montent au ciel pour que leur vie soient belles?

 

 

 

 

idees-noires.gif


 

 

MI - OCTOBRE 2012

el-camino.jpg

"L' IMPORTANT C'EST LE CHEMIN"

 

A  VENIR

 

Radio Klando Permanente - Hors Serie VIII

EL CAMINO

-previous unreleased 2010-

 

 

CLASS WAR IS NOT OVER

molotov-to-the-cops.jpeg

 

FUCK JUSTICE - FUCK PEACE - FIGHT DA POLICE

cops-on-fire-ii.jpeg


 

octobre 2012

crane-rouge.jpeg

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #24

c-est-la-racaille-1.jpgPOST SCRIPTUM (2012)

 

paroles: enedeka maska / instru: Eno Kaes / Enregistrement home studio klandestine music P-20

 

 

2012 peur au trousse, j'écris un post-scriptum / c'est pas la chute de la bourse mais le post-war syndrom / c'est la vie pas une pièce de théatre, envoie moi le baveux et le psychiatre / ça sent la merde à toutes les étapes, Al' dit qu' c'est le système qui se dilatte!

Tu fais d'la taule pour un loki / quand les autres détournent des lion-mis / il est tend de faire goûter du low-kick / à ces bâtards qui nous l'ont mis! / C'est la rue qui t prend et qui t'éclate / te casse en deux comme un Kitkat / les claques fortifient le mentale / ou t'brisent d'une manière lamentable... / J'arrive comme un bonne paire de gifle / glisse sur l'hiver comme sur le givre / c'est plus un skeud mec c'est une ogive / nucléaire attack dans les gencives!

Gamins speedés sous ritaline / hyper-activité-déprime / nation plongée sous codéïne, tabac, alccol et caféïne / à chaque coin de rue des pharmacos vendent bien plus que le subu pour les toxos / oublie la grande époque des bracos à la voiture bélier - envoie l' tacos! /dans la vitrine de ce spectacle en pleine descente / l'ère est au victime, la mise enscène dans l'indéscence/ brime le pauvre et sa classe pour une société qui s'enfonce / les riches s'en iront dans l'espace / nous laisseront juste de quoi se défonce...

Comme une marée noire sur tes plage / j'sors l'drapeau noire et tu dégages / l'désespoir, la haine et la rage / la colère d'une jeunesse en cage... /J'arrive pour un nouveau big-bang / cavalier de l'apocalypse / on va t' niquer avec ma bande / message à décoder sans ellipse / c'est du gros son right from Paris / c'est la krieg mec, c'est le blitz / nique la france et sa police / et sa bande de millions de fascistes! / Internationale est la brigade / un millénaire en débandade / c'est ton fils que j'embrigade / c'est la brute, le truand, le bad...

La nuit appartient aux incendiaires! / je vais te parler de 2005 / j'vais t'ramener des accents d'hier / on va tout cramer avec mes zincs / dans ma bouche ce goût de poison / en plein hiver avec passion / dans la cave comme un poisson / j'vais t'faire taire, laissé mon poinçon... sur ta gueule ouverte, ouais sur ton  front / c'est pas du Prévers, ma ligne de front / du fond de ma ligne, de ma tranchée / j'peux te dire qu'il y a plus d'une gorge à trancher / j' t'indigne d'un crachat de ma pensée / d'une vomissure de ma trachée...ça y est tout s'explique, tous s'exilent / avant que le système n'implose / les riches dans les îles  / pour les pauvres la trique les impôts, la prose économique mondiale / comme la guerre qu'elle détermine / elle est civile et loin d'être une passade/ le capitalisme un vaste champs de mine...

 

La nuit appartient aux incendiaires / j'vais te parler de 2005 / j'vais t'ramener des accents d'hier / on va tout cramer avec mes zincs / dans ma bouche ce goût de poison / en plein hiver avec passion / dans la vie comme un poisson / j'vais t'faire taire laisser mon poinçon!

La nuit appartient aux incendiaires / j'vais te parler de 2005 / j'vais t' ramener des accents d'hier / on va tout cramer avec mes zincs!

 

 


intro-iii.jpeg

SEPTEMBRE 2012

 

pillages.jpg

"Fondre ces bandes en une force invincible qui détruira tout sur son passage - telle sera l'oeuvre de notre organisation, de notre conspiration, tel sera notre but"

Netschaiev

nechayev.jpg

A l'heure ou le pouvoir en place mise sur l'apathie estivale généralisé  par l'illusion d'un changement que serait sensé apporté l'alternance des stars du spectacle politique, les camarades qui se sont affrontés aux cognes dans les quartiers Nord à Amiens,et les réactions des nouveaux représentants de la classe dirigeante aux affaires ne nous ont que trop rappelé que si changement de tactique, il y a, on n'en est pas moins les deux pieds dans la même guerre.

Aprés la guerre des chiffres de l'air Sarkozy qui devait rassuré le populo à grand coups de sondage, voilà les zones de sécurité prioritaires,de la bonne vieille guerre de terrain...rue par rue , quartier par quartier. Le mot Karcher est bannis mais le "nettoyage" reste l'idée maître. Et la liste des quartiers visé, énoncés ces derniers jours dans les journeaux ne feront que rappeler à ce qui ne l'auraient toujours pas intégré, qu'il s'agit toujours de mettre au pas la classe dangereuse. Les laissé-pour compte toujours plus nombreux de leur système en crise, doivent être encadrés pour crever la bouche ouverte,le ventre vide et la main tendue en atendant les miettes promis par un socialisme guimauve qui a pourtant bien prévenu que ceux qui tiennent veritablement le pouvoir sont bien ceux qui tiennent les cordons de la bourse. D'ici qu'ils les déserrent, on aura bien le temps de se serrer la ceinture ( et même s'y trouer deux ou trois crans).

S'il est évidant qu'il va bien falloir s'organiser contre la nouvelle occupation policière qu'ils nous promettent sur les quartiers populaires...à nous de leur montrer qu'on ne se laissera pas entraîner dans le piège d'un affrontement  où ceux qui tiennent le haut du pavé choisiraient eux même la date , l'heure et le terrain du moment ou ils chercheront à nous écraser.

GUERRE ASYMETRIQUE DANS TOUTES LES METROPOLES

Il est donc d'autant plus urgent de frapper là où ils ne s'y attendent pas. D'amener l'affrontement hors de leur zone prioritaire, et tout faire pour leur empêcher de faire de ces quartiers des prisons à ciel ouvert.

 

"UNE SPECIALE POUR LES PORCS

ON LEUR FERA PAYER LE PRIX FORT

POUR TOUS LES NOTRES QU'ILS ENFERMENT

A TOUS LES NOTRES QUI SONT MORT"

 

Voici " Requiem III " pour en terminer avec cette trilogie qui date du début de Enedeka Maska, et qu'on vous aura fait découvrir tout au long de cette RADIO KLANDO PERMANENTE; Aprés "REQUIEM I - dés la naissance" (RKP#2) et "REQUIEM II- Mon Epitaphe" en live ( RKP#21), voilà "REQUIEM III- Tango serré avec la mort" enregistré en 2010 avec Unik Ogree et qui aurait logiquement dû se trouver sur l'album évoqué il y a deux mois.

 

RADIO KLANDO PERMANENTE #23
tango-serr2-avec-la-mortii.jpg

Parfois, je pars quand je devrais resté / je reste avec ceux que je devrais laissé / ça me pèse, je suis comme lesté / un bléssé qu'on aurait molesté / Aucune bonne raison pour cesser d'exister / j'aime la vie autant que je hais le monde que ce système me fait détester ...

Venu saigner le silence, jusqu'à ce que mort s'en suive / je cris, mes écrits, mon encre (ancre) d'or et les morceaux se suivent / enfoncé au sol par de là les fonds au rythme des flowx acérés / messages rafiots échoués / sur le massif de l'indifférence, total, je suis venu, nocif / pollué par vengeance les plages de mes skeuds, de mon essence / je turbine à la nitro et à l'hémoglobine...

J'ai été de beaucoups d'extrême, j'ai cherché mes limites / quitte à me brûler les ailes, à vouloir vivre trop vite / y a des morts sur ma route, des cadavres dans la soute / sur les avants bras des entailles , des cicatrics dans les entrailles /Pas mort donc plus fort comme le dit le dicton/ sous les pompes les ressorts que m'ont offerrt mes leçons / que j'ai apprises sur le tas / quand j'ai pris des grosses baffes / dans la gueule et au coeur quand la vie m'a tabbasse

Je me suis retrouvé à genoux, je me suis retrouvé parterre / à encaisser les coups, j'ai même chialer ma merde / dans des moments de déprime où chaque coups assassine / je me suis relevé plein de haine et encore plus vénère!

Je suis en guerre contre le monde, le système m'a baisé / à l'intèrieur la rage gronde, Paris et le reste doit cramer / je suis pas seul dans ce ces, pas une raison de calmer /plus on est de fou, plus on rigole / prés à tout faire cramer.

Je sodomiserai leur édifice, je plastiquerai leurs orifices / toi j't'encule sale pute / pas pour l'amour, mais pour l'insulte / de la braise dans les amygdales, je les boufferai comme Hannibales / je veux voire leur Capitale en ruine, leurs rues calcinées de nos crimes...

Rien à perdre, tout à gagner / tout à ken car tous baisé, par leur règle par mleur règne / y a une note salée à régler / une spéciale pour les porcs, on leur fera payer le prix fort, pour tout es notres qu'ils enferment pour tous les notres qui sont morts / c'est une histoire de classe, c'est comme un long film de guerre / qui se joue depuis des siècles ; même depuis de smillénaires / c'est l'histoire des privilèges et de ceux qui en vivent / c'est l'histoire de la misère et de ceux qui en crèvent / la rage de vivre, la haine de mourir / à petit feu dans un système carcérale contruit par et pour ceux / qui se nourrisent de nos galères, s'enrichissent de nos misères / qui s'empiffrent qui s'engraissent sur le dos de ceux qu'ils enterrent...

 

La vie généreuse comme une putain, tango serré avec la mort

La faucheuse mène cette danse sans lendemain / le dernier baisé sera le plus fort

Parfois je pars quand je devrais rester / reste avec ceux que je devrais laisser / ça me pèse je suis comme lesté, un bléssé qu'on aurait molesté /aucune bonne raison pour cesser d'exister / j'aime la vie autant que je hais ce monde que ce système me fait détester / parce qu'elle est belle/ comme A. / comme moi / juste galère à apprivoiser / file moi ton phon-tel que j't'appelle  / on va pas rester là à pavoiser / vaut mieux être belle et rebelle que moche et re-moche j'l'ai pas contester /c'est ça la vie une danse mortelle qu'a pas finis de nous faire tanguer // c'est ma vie, j'l'ai choisis c'est la-celle / l'impression que mon sort est scellé/ comme sur un étalon sans selle qui ne cesse jamais d'accéler/ la vie généreuse comme une putain... mais une putain si belle qua sans pitié j'ai demandé sa main...

 

 

 

 

 

 


AOUT 2012

twk-n2k-cavalier-de-l-apocalypse-requiem-ii.jpg"Une irrésistible puissance me force à dire vite et confusément ce qui doit se passer confusément et vite. J'  écris sur les ruines d'un monde; Coment ne seais-je pas agité? J'annonce l'universelle anarchie : quel ordre pourrrais-je observer?"
 
"Hurrah! En marche armées! Courez sur les veines de fer, les veines de la vieille Europe, hurlez, chargez; défiez vous, machines contre machines,esclaves contre esclaves. Hélas! Hélas! Que de famille en feuil! Que d'hommes mutilés! Que de larmes! Que de dents qui grincent! Que de veuves! Que d'enfants perdus et semés partout!"
(...)
Hélas! Hélas! Que de villes en cendre! Que de de richesse abandonnée sur tous les rivages - Hurrah!"
 
RADIO KLANDO PERMANENTE # 22
 
 
REQUIEM II - MON EPITAPHE
2004
Enedeka Menace masquée d'un massacre de masse au m-16 / Alarme de destruction massive mission mentionnée par missive / c'est la mitraille ds missiles de mes skeuds à tes seufs ma prière sans messe / sous un masque musique de Mozart, mise moins sur les scle-mu que sur les me-sar / Déçu par les dessous de cette société sans dessus dessous / cousin j'ai vite sur que sans un sous, la réussite n'est pas assuré / soulé par les sermons / soulé par les sermons de ce monde de citoyen-curetons / j'assume ma désertion, je sucerai pas l'institution
Ni de l'Etat, n i du patronat je ne veux être la putain / faudrait qu'on soit tant à s'entendre pour atteindre la républicatin pour l'étendre / alors en avance, je compose déjà, mon requiem / Plus t'en imposes face au système plus y a des chances qu'il te ken!
S'il me force à les suce, je leur arracherai la pine / quite à pomper la tige des pisssenlits par la racine / teint livide, avis de détresse , je tourne avide de rêve de feu nourris de flingue / de flamme et de terebanthine
Gagné à la haine du systême sans envie du vide qu'ils ont fait de nos vies / haine du keuf au bide, tête de mort sur la poitrine / réserve ma place au cimetierre, préparez mon épitaphe / gravé dans la pierre,la vie c'est la merde et aprés...plus rien. ça s'arrête, paf!
J'ai pas le temps d'attendre de mourir pour réclamer une vie / plus de chance à l'Euro million que de gagner le paradis / dans le doute, rien à foutre, s'il faut vivre comme un fou, si j'ai pas de quoi gagner ma vie, moi je la volerai c'est tout!
C'est un feu-follet de marécage qui peut disparaitre en un souffle / je veux pas finir dans une cage, je ne veux pas que les miens souffrent / faut plus de 80 jours pour faire le tour de l'immonde / si certains meurtriers méritent uneballe alors ce monde mérite une bombre
 
 
 
"Vous, fléaux nos alliés, peste à la peau sordide, choléra décharné paraissez! Et vous concupiscence monstrueuses, crimes inouïes, famines sombres, meurtres d'hommes et meutre des peuple, cherchez des cadavres dans les rues! Lugubre incendies, atroces naufrages, tremblement de terres, éléments en fureur, donnez vous carrière partout! L'espèce humaine doit recevoir à nouveau le baptême du sang! - Hurrah!
 
Dans le fracas  des armes, je jetterai ces lignes. Comme elles me sont venu, on les lira. Elles devenceront de peu de temps ce qu'elles prédisent. On les nommera éclair du grand Orage. Ce qui va s'accomplir est écrit - Hurrah!"
 
Ernest Coeurderoy, XXII, La Révolution des Cosaques
 
RADIO KLANDO PERMANENTE - HORS SERIE VII
 
VIDEO #4
 
 
 
HURRAH
Quelques mots de Coeurderoy, parfaitement dans le thème...
En attendant la Bande son des nouvelles Invasions Barbares, RAKAI KOMUNIST PARTY VOL. I ( RKP Vol I la compilation des morceaux RKP sur CD soutient aux taulards). De l' anarchocrunk pure klasse par les nouveaux barbares pour les nouveaux barbares...S'ils sont la Civilisation, soyons la barbarie...et à nous les nouvelles invasions.
Invasions du langage, d' la plume et du couteau.Tout est bon pour ne rien leur laisser...aucun répit.
Pas de no man's land quand la guerre est partout.
 
Les empires d'aujourd'hui sont les cendres de Demain...
SOLIDARITE AVEC LES FRERES QUI SE BATTUS A AMIENS
VENDETTA CONTRE TOUS LES BATARDS

"

"J'ai 29 ans. J'ai fort à faire pour racheter la première partie de ma vie par la seconde, pour compenser mes année s  d'esclavage par des années de révolte, pour verser sur toutes les plaies de mon humiliation, le beaume de mon orgueuil. J'espère vivre assez cependant pour fournir à mes contemporains l'exemple d'un homme développant complètement les contradictions de sa nature, poussé vers de grandes lutte par le seul mobile de l'amour-propre, et mourant en affirmant sur les jours de sa vie, l'omnipotence du Droit, la stérilité du Devoir, le jésuitisme de la modestie, le majorat de l'individu et l'excellence des Passions"
Ernest Coeurderoy
 n2k-outro-aout.jpeg

tete2mort-flingue.jpg
JUILLET 2012
 
 voilà encore un nouveau son pour ceux qui savent
Aux spartiates modernes de la galère quotidienne
A la classe combattante, à celle qui lutte, celle qui conspire et s'organise...
En attendant que certains se rappellent que pour ceux qui les ont pourtant déjà bernés tant de fois
"les promesses n'engagent que ceux qui y croient"
Un nouvel Hymne à ceux justement qui ne croient plus en rien...
 
En rien d'autre que la destruction de ce système de merde.
Nique tout.
Nique la taule
et toutes les prisons dans nos villes, dans nos têtes, dans nos vies.
Nique les rapports de merde auxquels on voudrait nous voire condamné.
A faire de nous des cocottes minutes lancés à pleine vapeur vers l'implosion totale.
Des petites bombes à retardement dont le tic-tac ne rythme que la misère de notre quotidien, le délabrement de nos rapports,
dans un étrange écho aux cliquetis des nos enchainements à l'auto-destruction.
Lorsque le cynisme glaciale du rappel à la réalité l'emporte sur celui des combats qui nous restent à mener.
Tant de frustrations étouffées, de colère qu'on ravale ou pas.
De haine à retourner contre ceux qui en sont les réels instigateurs.
Autant de raison qui es pousse à nous détourner de ce constat bien simple à grand renfort de divertissement...Du pain, des jeux...Le RSA et Tf1 ...
 
"C'est pas la complainte du vaincu, mais le tambour d'une armée en marche
indifférent à leurs vains cultes, on fera tout pour s'armer en marge"
 
Les fronts sont multiples
Et la guerre commence en chacun d'entre nous.
Tant d'armes dont ils ont tant voulu garder le monopole.
Tant d'armes à se réapproprier
EN CHAQUE HOMME RESIDE UNE ARMEE
 
 
RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #21
 
 
SOLDAT DE MA CAUSE
 
Lyrics Enedeka Maska / Instru Eno Kaes / Images: fuck youtube
soldat de ma cause en chaque homme réside une armée
regarde comment tu causes tu comprends que je sois énervé
"oser lutter, oser vaincre" donc d'abord "oses!"
Pas de lutte larvée!
Constat des forces en puissance, faire des atouts de nos faiblesse,
augmenter notre force de nuisance, découvre que l'Anti-france d'en Bas blesse!
J'te parle pas de Matrix, mais dune Guerre Asymétrique
Guette les porcs dans le guet-apens, use de ta force à leur dépends
Peu être peu nombreux mais mobiles, avec connaissance du terrain
eux, lourds et lents commedes gardes mobiles: victoire à chaque homme à terre, hein
Petite guerre urbaine, guerilla, c'est de la poésie moderne
même si les pèriodes de déprimes s'alternent c'est du boum au coeur pour les Kaotens
Vivre ne serait-ce que pour voire encore les rues des villes qui s'illuminent
les gling gling des bruits de vitrines, les porcs couverts d'hémoglobine
 
Soldat de ma cause, soldat, soldat de ma cause
soldat de ma cause
en chaque Homme réside une armée
 
Pas de soldat sans auto-discipline, même dans les "pires" moments du spleen
même quand tes pieds ne touchent plus terre, lancer de cock', j'ai vu la lumière
"et j'ai crié" Adrénaline! Qu'on les aligne pour qu'elle revienne
Il est grand temps qu'on élimine cet ennemi qui nous aliène.
Tu me dis "chacun sa merde", "chacun sa haine"
La mienne est classiste et masquée
On le fera.
Pour Oim, et ceux qu'on aime:
cist-ra , fascistes aux bouts du mousquets!
Tu vois "la vie en rose"?
Moi "Rouge Sang" et "Noir Doberman"
en lettre d'or opère ma prose
Montreuil à la défense, d'Ivry jusqu'à Auber Man
Et dans toute la banlieue planète terre
mec c'est la guerre..
pirates2hj6.jpg
 SOLDATS DE MA CAUSE
EN CHAQUE HOMME RESIDE UNE ARMEE

s


 
JUIN 2012
Pour fêter la 20eme RKP,
un hommage à la classe combattante, d'hier, d'aujourd'hui et  demain!
pirates5or4.jpg
Soldats de ma cause!
 
une Video  
à voir, télécharger et faire tourner
 
partage, courage , force et détermination
 
 
 
RADIO KLANDESTINE PERMANENTE HORS-SERIE VII
 
 
 
 
LUTTE CRIMINELLE POUR MA KLASSE DANGEREUSE
 
lyrics: Enedeka Maska / Instru: Eno Kaes 2011 / enregistrement aktion k - Home studio Pirate 4 Klandestine Music Only
video sur fuck you tube
VIDEO #1

 

lutte-kriminelle-pour-ma-klasse-dangereuse.wmv

 

 
Une 20eme Radio Klandestine permanente,
et "toujours l'même tableau que j'suis entrain d'brosser"...l' Anatomie d'la Haine...
La haine de Klasse Maskée
 
 
RADIO KLANDESTINE PERMANENTE # 20
 
enedeka-anatomie-de-la-haine.jpg
ANATOMIE DE LA HAINE
 
 
- Version Demo -
Lyrics: Enedeka Maska / Instru: Eno Kaes 2010 / Enregistrement: Unik Ogree - HomeStudio Klandestine Recordin'
C'est Enedeka Maska / encore venu pour vous offusquer 
Quand d'autres chassaient les pascales / je venais déjà vous brusquer
c'est pas pour le fric, / j'ai jamais changer mon fusil d'épaule
plus de dix ans de 'zic / eh ouais, mon gars, j' joue toujours pas sur une LesPaules
Jamais avare pour un bon mot, / j'peux changer de falsare comme Boumbo
l'apparence change mais j'reste le même / j'crois qu' c'est pour ça que les miens m'aiment...
Le flow comme un tire de kalash / va-z-y j'me tire, viens , on s'arrache!
ça sent les faux flingues et le frime / c'est fou comme les "faux dingues" me dépriment. 
Tous les milieux sentent la carotte, / les yeux tournés sur leurs nombrils
s'inventent des dieux , vénèrent leurs crottes / regardent les autres comme des débiles...
 
Autonomes et Pirates urbains / On est des vandales! Des casseurs!
ça vient d'la zone et ça sonne bien / moi j'aime les scandales et ta soeur!
C'est pas la complainte du vaincu / mais le tambour d'une armée en marche,
Indifférents à leurs vains cultes / on fera tout pour s'armer en marge.
 
J'ai la diction définitive / chants de guerres et musiques épiques
c'est ma définition active / comme une abeille je crève et pique
J'ai le Poum-tchack qui te percute / directe ça fuse depuis mon skeud
en full-contact mon hyper-cut / c'est mon "J''accuse", mon missile SCUD
J'arrive sur scène comme sur un ring / directe ça saigne dés que ça dring
directe ça pète et sans blingbling / même dans ladéfaite j'reste digne
 
Ma critique est dialectique, / aboutit dans son dépassement
Rien à voire avec celle que tu pratiques / quand tu t'foues d'la gueule des passants.
Toi, tu t'opposes pour t'opposer / ma démarche est à ton opposé
quand accompagné de ton possee / tu ne cherches qu'une manière de poser
Tu prends l'étiquette du "rebelle" / comme celle qui décrète qu'elle est belle
Pas b'soin d''stickers, de A cerclés / Moi, ce que je suis, je le sais...
 
Si le savoir est une arme / je veux que CD soit une armurie
c'est ma mission, c'est son âme / 'vant d' décéder j'veux qu'mon "art" mûrisse
un outil au service d'une cause / dont le combat s'mène sur bien d'autres fronts
c'est ainsi qu' j' utilise ma prose / cible ma haine et mes affronts!
 
Crane rasé comme Yule Breiner / noir foncé est ma bannière
Personne ne peut maquer / la haine de classe masquée
en mode "automatique" / la mine guide le stylo et le stylo, la main
idem pour la musique / paraît même que j'en fait trop, "combien d'ici demain?"
 
Je martèle cette mélodie / j'ai un opéra à graver
c'est mortelle cette maladie / sûr qu' l' opéra-tion va l'aggraver!
ça dégringole sur le clavier / sur le billard, une partition...
rature, gribouille sur le cahier, / j'suis un pillard en perdition
 
J'fais une instru par jour, / j' finirai bien par jouir!
Pas de ceux qui tendent l'autre joue / pas prés non plus à fuire!
Si j'ai la rime malsaine / ma mine ne porte pas le mensonge
moi, j'écris, j'mexprime comme je saigne: / je cris, m'escrime et puis j'éponge.
C'est un massacre alphabétique/ de syllabes mitraillés
Je manque, comme un diabétique, / de jeux d'mots détaillés...
Dans ma tête c'est le bordel / faut que je noircisse le cahier,
la chanson sera p't'être belle / haineuse à en crever
j'décris l' Anatomie d'la Haine / la Haine de Klasse Maskée!
Je cris, m'exprime comme je saigne / c'est Enedeka Maska!
 
enedeka-anatomie-de-la-haine-II.jpg
 
Enregistré avec une quinzaine d'autres morceaux en 2010, "Anatomie de la Haine" aurait dû être l'introduction de l'opus du même nom, prévue pour la même année. Album dans lequel devait d'ailleurs se trouver à juste titre le fameux "2010 Hardcore" '(RKP#5), constat accablant de l'année alors en cours, prophétie pas vraiment hasardeuse sur la décennie à venir, et par la même...appel manifeste au Jihad de Classe. Réponse sans concession à l'apocalypse merdique, libéral et policier  auquel se promet lui-même le monde capitaliste*. Pas à pas, et inéluctablement...le vers étant dans le fruit pourri depuis qu'il en a pris la forme.
 
Pour des raisons qui pourraient paraître bien sombre aujourd'hui, l'album a été reporté, et , comme nombre de projets qui ne dépasseront jamais le stade fatidique de..."projets", il a toute les raisons du monde pour ne pas voire le jour.
Dumoins sous la forme sous laquelle on se l'imaginait à l'époque....car aujourd'hui l' "Anatomie de la Haine" auraît visiblement plus de chance de paraître sous la forme d'un receuil de textes, lyrics et d'illustrations ( avec Twk bien sûr! - et d'autres surprises peut-être - via un format libéré de l'écran auquel nous a habitué le site).Tout ça accompagné d'un skeud? Peut-être... mais en tout cas quelque chose qui n'aura plus grand chose à voire avec le résultat de cette signature enragée, prise sur le vif de l'époque via ces sessions d'enregistrement réalisé grâce et avec le talentueux Unik Ogree.Camarade émérite que je ne remercierai jamais assez et à qui je me permet donc de rendre hommage à travers ces lignes tant ses contributions ont été plus qu'importante dans la plus part des projets relayé ici. Et pas seulement concernant le kollektif H-war ou N2K. Bref, une nouvelle invitation à allez voire ce qui se trame de son cotés ( les derniers morceaux sont des tueries!!) comme de celui d'Eretik et de tous les camarades déjà évoqués à travers ces pages de Singes des rues à Couto entre les dents en passant par the King et Exxon Vald-s...etc etc ( et je sais : raisons de plus pour mettre à jour cette putain d'rubrique "liens, clins d'oeil et références"!!!).
 
Des projets tombent à l'eau, d'autres émergent de nos volontés incendiaires, mais quoi qu'il arrive c'est le bouillonnement perpétuel...Ainsi va la vie, dans les artères du Rap de Klasse et de la Klandestine Music...
Et on est d'accord, c' n'est pas d'un énième receuil de textes dont a  le plus besoin ce monde en ce moment - mais plutôt d'un receuil de grosses mandales!!!Et pour c' qui est des nôtres, de manche retroussées, de solidarité de classe, de force, de courage et de détermination!
"Alors en attendant"...en attendant quoi d'ailleurs !? Non, justement! Sans rien attendre! Chacun de son cotés, et/ou  - encore mieux - ensemble, collectivement on met sa pierre à l'édifice...enfin...sa pavasse dans l'édifice ou au moins à travers sa putain vitrine!!
Et son pied dans la gueule des batârds qu'on croise!
C'est pas la révolution , mais on s'laisse pas faire...ou au moins, on essaye!
On s' redresse. "Les épaules larges".Et nique!
 
On fait c'qu'on peut avec c'qu'on a....Avec les moyens du bord!!Des putains d'pirates urbains! Et à force d'arpenter le bitûme, dites vous qu'il y a des lames qui s'affutent! Les pensées s'aiguisent au hachoir. "ça s'précise" comme dit l'autre.
Parfois on s'prend des murs c'est clair. Mais c'est pour se relever, " et encore plus véner!"
 
C'est aussi ça l'anatomie de la haine.
 
C'est l'histoire de nos vies écrites en cicatrices...Des baffes dans la gueule et d'la terre plein la bouche.Des morsures et des plaies. Des coups d' tête-balayette 'vec un goût d' "reviens-y" et d' "t'inquiète on est là".
 
Une pensée à ceux en taule, à ceux qu'on juge ou qui attendent de l'être.
 
Nique la justice! Nique tout! Et Vendetta contre tout les batards!!!!
 
 +++
 
*-que son libéralisme soit celui à grosse couille de la "droite décompléxée" ou  sa version "avec vaseline svp" de la sociale démocratie, le capitalisme n'en est pas moins et ne peut être d'ailleurs que l'exploitation de l'homme par l'homme - qui ne peut perdurer qu'avec l'appui de son pendant "naturel": l'oppression policière.
- que son flicage prennent le visage de l'omniprésence citoyennste et/ou de la cyber-omniscience et/ou qu'il garde le cap de la militarisation des forces de l'intèrieur ( témoignant ainsi de la reconnaissance grandissante d'un guerre civile ouverte, à l'échelle mondiale - comme ne cessent de nous le montrer les "évènements" aux quatre coins du globe : une guerre dont ils tairont d'autant plus le nom qu'ils la mèneront d'une main de fer).
 

 
tete2mort-flingue.jpg
 
20 MAI 2012

 

Ca y est, les électeurs français se sont bien tartinés le cul de flambi. Tire la languette et découvre ton nouvel étron présidentielle. Le PS nous avait habitué à la rose, les cinq prochaines années la vaseline du gourdin exécutif aura des relans de caramel…

 

Pour l’occasion,RKP #19 présente un vieux morceau démo sortie des tiroirs, TOUJOURS D'ATTAK qui n’en annoncent pas moins un projet futur,  puisque comme vous allez l’entendre, il a été écrit dans l’idée de la compilation avenir RADIO KLANDESTINE IV – qui verra le jour dans le moi avenir comme réponse violemment antagoniste à cette période abêtissante et pacificatrice.

 

Changer le capitaine du navire, ne change rien au fait qu’on reste bien dans la même galère…Une galère qui prend l’eau…et où comme partout des mutins conspirent et aiguisent leurs armes dans l’ombre. Lames aiguisées, et sourires carnassier…aujourd’hui des murmures pour des lendemains hurlants.

 

Plus que jamais…

 

COURAGE, FORCE ET DETERMINATION

VIVE LA KLASSE COMBATTANTE ET LA LUTTE CRIMINELLE

SOLIDARITE AVEC TOUS LES CAMARADES DE LA GUERRE CIVILE MONDIALE

 

 RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #19

 2564338721-small-1.jpg

 

TOUJOURS D'ATTAK

 

2011 … 

« Il a toujours autant de raisons de brûler le bonze » et / toujours autant de chasse à l‘étranger bronzé / toujours le même tableau que je suis entrain de brosser, / y a treize piges le charter était socialiste , la rose avait des ronces et / les prisons étaient déjà pleine / ses idées s’imposant sans peine /  Monsieur Lepen voit sa politique qui le précède / sous le zen / à l’Elysée / allez-y élysez ! Critiquez les, méprisez les, élisez les, ils s’en branlent / ils ont bien le temps que ça empire avant que leur empire n’ s’ébranle !/ Critiquez les, méprisez les mais lisez les, analysez, analysez les…

Les acquis des luttes d’hier c’est leur cruel butin de guerre,  / facile de vaincre quand ne se dresse aucun adversaire/ « écarte les fesses camarade prolétaire, le vaincu n’a plus que son derrière ... » / « Leur servir de festin est-ce le destin de la classe ouvrière ? » : à c’qu’ils disent, à c’qu’ils pensent / quand ils t’enfoncent ce couteau dans la panse ! / Même plus besoin de passage en force en France / « Quand c’est qu’on fait péter l’usine ? » / Baisé par le marché, sabotons  la machine, imagine : des quartiers qui se soulèvent, des millions de voix qui s’élèvent / les rebus, les damnés, dont on a voulu voler / la sève en ce début d’année le même mot d’ordre aux lèvres /400000 bandits en ordre de bataille / les pauvres et les bannis, la rage de leurs entrailles…

 

C’est Enedeka Maska , Radio Klandestine IV / tu te demandes pourquoi, je suis encore d’attaque / car celui qui pose les armes a déjà perdu / mon âme sera en flamme jusqu’à ce que je sois pendu !

La guerilla urbaine c’est la seule poésie moderne /  que les pauvres saissisent l’aubaine de saisir les bourges par le benne / Retour à l’envoyeur ! / Ils ont bradé nos valeurs ! / C’est l’armée des voleurs , des pauvres venus d’ailleurs / car nous sommes tous des banlieusards - tenus dans la périphérie , notre absence n’est un hasard   / on traverse le périph' sans ferry ! / éloignés du centre névralique des instances du pouvoir / le RSA comme analgésique, insuffisant comme t’as pu le voire / maintenu dans la misère comme en état de manque / je pense à mes frères, à mes sœurs / comme moi, humiliés par leurs banques / sans apriori attachés aux pilori, la vie c’est pas du Lorie, on meurt puis on rit !

L’atmosphère est pourri sous le ciel de Paris / car seule les rimes sont riches , alors on frime comme on triche / couvert de marques de la tête aux pieds, comme un panneau publicitaire / les bourges que ça sidère, oublient le rire du suicidaire, vide comme le frigidaire./ Avec toutes les mères seules que je connais / on pourrait remplir cette salle à s’y cogner !

C’est Enedeka Maska , Radio Klandestine IV / tu te demandes pourquoi, je suis encore d’attaque / car celui qui pose les armes a déjà perdu / mon âme sera en flamme jusqu’à ce que je sois pendu !

La guerilla urbaine c’est la seule poésie moderne /  que les pauvres saissisent l’aubaine de saisir les bourges par le benne / Retour à l’envoyeur ! / Ils ont bradé nos valeurs ! / c’est l’armée des voleurs , des pauvres venus d’ailleurs / car nous sommes tous des banlieusards tenus dans la périphérie / notre absence n’est un hasard   / on traverse le périph'  sans ferry !

C’EST NIIK MASKA, RADIO KLANDESTINE IV

TE DEMANDE PLUS POURQUOI JE SUIS ENCORE D’ATTAQUE

 

 

Dans la même veine, morceau sortis des cartons de démo prévu pour les projets à venir, petite dédicace pour le nouveau locataire Elyséen…de quelques bord qu’il soit !

 

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE HORS-SERIE VI 

 

images-for-NIIK1.jpg

TRIPES SUR LE PAPIER

 

Face au système pas encore une menace, mais déjà au stade de la métastase 

 impossible que ça passe à l’as / pas avec les années que ça s’tasse 

, elle passent, s’écrasent sous la somme des peines qui s’alourdissent 

 paraît que faut les dépassent, 

c’est pas la bataille de la somme mais les nôtres qui périssent ! 

 

 Au prise avec le risque de passer ses jours sous les barreaux, 

 j’me fait plez à faire des disques, majeurs dréssés à nos bourreaux 

 le futur pour que ça glisse faudrait le lisser à la graisse de porc 

 faudrait les pendre à l’Elysée, s’en prendre à ceux qui s’engraissent d’abord !

Les solutions sont pas dans les textes d’un rappeur 

faut changer nos rapports ! 

 j’viens pas étouffer les flammes comme un sappeur mais foutre le feu, d’accord ? 

 En premier lieu j’m’attaque à ce qui me concerne au premier abord 

 je schlapperai ces messieurs, ces hyenes qui nous citent dans leurs rapports 

 si je règle mes comptes avec les cieux 

c’est pour mes peines, dans mon âmes, dans mon corps 

 j’m’attaque à ceux qui sans haine, niennent mêler Dieu à leur sort 

 

 avec ou sans ton assentiment, j’viens donner le fond d’mon sentiment 

de front, avec le sang qui monte, quand je chante c’est pas du son qui ment 

 tout rouge j’viens déverser des litres de tripes sur le papier 

 de rage j’vais hurler mes versets, des titres qui triperaient bien palier 

 des choses que j’arrive pas à dire à mes proches, à m’em maudire 

c’est dingues ce que les mots tirent de mes viscères, mon rap sait pas mentir !

Pour les notres qui tournent en rond dans une cage, pour les frères qui cantinent 

 ceux qui kiffent le bon son, si ton fils a pas l’age, j’écrirerai une contine 

 préparer les packtage ! / j’milite pour passer au partage /

 la haine du porc pas que dans les tatouages / je la porte par rage !!!

J’déverse mes TRIPES SUR LE PAPIER ? ATTEIND LE DERNIER PALLIER

T’es dans ton – trip qu’sur l’papier – et ça, tu peux pas l’nier !

Qui est street au sens strict ? Qui s’étripent ? Qu’essait-t-on de pallier ?

Sous tise c’qu’on ravale en stip-tease un ticket pour bad-triper… C’est juste mes TRIPES SUR LE PAPIER.

j’déverse mes TRIPES SUR LE PAPIER. T’es dans ton TRIP SUR LE PAPIER

et ça tu peux pas l’nier ! Qui est street au sens strict ? Qui a les Tripes le papier ? JUSTE MES TRIPES SUR LE PAPIER…

 
 

images-niik.jpeg
 

MAI 2011
 
"Dégoûté et sceptique, je jette un oeil sur les affiches électorales qui m'appellent à m'unir à d' autres Français, au nom de l'avenir radieux de la France.
Ils vont nous niquer, me dis-je en moi-même, en crachant. Ils nous ont toujours niqués partout et tout le temps. Pourquoi, tout d'un coup, ils ne nous niqueraient plus? Pourquoi leur nature aux chefs, changerait-elle cette fois-ci?"
 
 Limonov, Discours d'une grande Gueule coiffée d'une casquette de prolo,1991
 
 
 
 VENDREDI 25 MAI
 
CONCERT DE SOUTIEN AUX INCULPES ANTIFASCISTES
80er-autonome.jpg
ENEDEKA MASKA
(RAP DE KLASSE - feat. ERETIK et UNIK O'GREE  - Kollekif H-WAR)
 
TEAR ME DOWN
(HC PUNK de ROME)
 
20H, TURKU BAR, METRO: PORTE DE MONTREUIL
 
proletariansunite.jpg


A VENIR D'ICI LA PROCHAINE ARNARQUE PRESIDENTIELLE
RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #19
 
acab.jpg
EN ATTENDANT
N'OUBLIEZ PAS
and-it-burns-burns-burns-korea.jpg
 
FRAPPEZ VITE, FRAPPEZ FORT
 
 
FAFS, KEUFS, PORCS
 
beat-the-nazi.jpg
HORS DE MA RUE, DE MA VIE, DE MA VUE

 

AVRIL 2012

persona-non-grata.jpeg

POUR UN JIHAD DE KLASSE

Que pourrions nous donc hurler d’autres dans une telle pèriode ? Véritable croisade des élites politico-médiatique contre l’intelligence de tous et chacun… Les vedettes journalistiques et politiques s’alternant  toutes deux pour rebondir  ensemble sur tels ou tels faits divers que peut leur offrir la misère quotidienne  et les pétages de câble auxquels elle conduit quasi inéluctablement   - que ceci soit passé sous silence ou sous la lumière des projecteurs selon les besoins du moments de ceux qui en ont les moyens.

Aux périodes estivales ses reportages bucoliques sur les régions de France, leurs terroirs et leurs folklores…Et aux périodes d’élections - pourvu que ça gicle, qu’il y ait du sang, des larmes et de « ce qui laisse sans voix » -  toutes les occasion de rebondir encore et toujours, rebondir sur et  pour enfoncer le clou…le clou du spectacle, ou plutôt le piolet. Ou en tout cas tout ce qu’il nous fourrait bien en travers du crâne, pourvu que le résultat soit le même. La lobotomie. Par tous les moyens possibles et inimaginables. Pourvu qu’on se retrouve suffisamment décérébré pour leur offrir le plébiscite qu’ils recherchent. Qu’on aille glisser le petit billet témoignant de notre totale irresponsabilité politiqueface à un monde qu’on ne comprend pas de toutes façon - ou qu’on réponde par une neutralité qui ne peut être que partisane dans un monde ou la guerre est ouverte.

sarko-salut-nazi.jpg

Voilà même qu’un candidat aux élections présidentielles – par ailleurs déjà président  - propose d’attaquer tous sites dits « jihadistes ». Le flou restant bien sûr suffisamment entretenu sur la définition de ce qu’ils ciblent pour que comme d’habitude, la « guerre au terrorisme » garde son but premier de mise à l’amende de tout ce qui peut relever de la remise en cause frontale du système actuel ; que les citoyens apeurés ne distinguent au loin que les vociférations politiques et l’agitation policière …gesticulations théatrales et mise en scènes hollywoodiennes – discours enflammés et barbus enchaînés. Ce qu’ils pensent avoir eux-mêmes réclamer après qu’on les ait bien abreuvé des pires horreurs belle et bien produites pourtant par ce même système que ces mêmes porcs défendent l’arme à la main et l’insigne au veston. Le même bon vieux système qui leur est vendu électoralement, sourire en bandouillère , agence de com’ dans l’oreillette et institut de sondage aux ondes, histoire de leur rappeler ce qu’ils pensent. Tu veux t’attaquer aux appels au Jihad ?

Le notre est de classe, ordure …

Et notre détermination sans faille.

 emeutier.jpg

 Voilà donc… Une nouvelle radio Klando, enregistré et inspiré dans l’urgence du moment… «Enragé » dédié à tous ceux qui le sont…

chiens-enrages.jpg 

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #18 

le-fusil.jpg ENRAGE

 

 Paroles: Enedeka Maska / Instru: Eno Kaes 2012

« (…)  je mords. Attirant et venimeux. Des gens comme moi, on devrait les fusiller, qu'ils n'aillent pas répandre leur venin. Les États ont bien raison, ils s'y prennent même trop tard, il faudrait abattre préventivement les êtres capables de détruire. Je suis un chien enragé. »Edward Limonov (Le Journal d'un raté, 1982)

chiens-enrages-ii.jpg

 "Je suis un chien enragé ", comme dirait Edward Limonov, pour m’dégage faudra plus que me limoger, me loger ou me faire une autre offre. Klébard à la machoir bloqué dés il mord, mes cocktails sont molotov ; ma haine, de classe ; et les porcs , outragés. Une baffe à ceux qui me prennent en toph’ quand dans la rue, je viens m’amuser entre deux gorgées d’Eristoff, la voix enrouée, l’estomac troué… On draine une odeur de katastropheN2K-tana pour Hara-Kiri. La vache ! Tu dégaines plus vite que Lara Croft !

« Fumer tue » ? La police aussi ! Y a comme un « hic », selon leur (propre) logique, faudrait donc faire disparaître les flics de tous les lieux publiques…et privé !!Qui pleura si on en est privé ? A part les merdes qui votent FN dans l’espoir de s’faire sauter  quelques PV ! S’ils pouvaient s’passer de préfets pour chasser le sans pap’, ces empaffés bien sûr qu’ils le feraient : ces enfoirés rêvent de justice digne de milice privé. Tu serais arrêté selon tes habits, ta couleur, ta longueur de pif et tes idées…Voilà, ce dont rêvent ces nazillons zélés. Et c’ qu’oublient ceux qui votent FN pour un « coup d’gueule », comme Scooby Doo, teubê, feignant la surprise devant le visage du « mal » sous le masque. En tout cas c’est c’qu’ils disent !En rendant hommage à la pire trahison de classe…Et quand en plus c’est des arbis qui jouent les Harkis, c’est trop zarbi…   « t’sais que derrière ton dos, il te traite de rat, le gaouri !? ».

catho-integriste.jpgintegristes-catho.jpgintegristes-catho-ii.jpg

Les cathos intégristes viennent jouer les guerriers, dans les rues de Paris engrainé-e-s par un curé de St Nicolas du Chardonnay – chappelle de fasciste !Jihad Klassiste contre Croisade Raciste.

communiste.jpgcommunistee.jpghere-we-go.jpg

Nos sœurs s’démènent pour sortir de traditions qui ne voient en elles que des mères, pas de « tous les mêmes »  - c’est comme nous – même « Red » , on s’ comporte pas tous comme des Khmers rouges… et noires, bien sûr qu’on est bien en guerre ces merdes !T’inquiète pour être notre ennemi pas besoin de s’appeler Angela Kel-Mer. Putain quelle merde… ces périodes d’élections : rien de mieux pour rappeler à quel point libre est l’électron, face au consumérisme politique. A leurs risques et périls, face à Poutine reconductible :

Vive PUSSY RIOT *!!Wesh les filles !!!

pussy-riot.jpg

 

Ils risquent bien de nous mettre en file, leur liste n’est ni de Schindler, ni un film : s’il juge l’ « ennemi intérieur » crédible, la Terreur aura ses crédits … et sans fusibles.

la-douleur.jpg

Demain, il ne restera que le fusil, car dans l’autre main, le livre semble déjà écrit. Demain, il ne restera que le fusil car dans l'autre main, le livre semble déjà écrit.

morts-commune.jpg

Un passé, pas si noire et gris quand Vichy reprend des couleurs : au pilori, fliqué-e-s, yé-gri, on en avalera des couleuvres…

kalashnikov.jpg

Demain, il ne restera que le fusil, car dans l’autre main  - on the other hand –  le livre semble déjà écrit. Il ne reste que le Fusil, quand le livre est déjà écrit.

le-fusil.jpg

  * PUSSY RIOT: Camarades Russes qui se sont opposé à Poutine à travers plusieurs interventions donc voici quelques exemples...Depuis, l'écriture de "Enragés", suite que trop évidente arrestation de nos Tovaritch femmes-pirates de l'est...Avec un risque d'au moins de 7 ans de prison au bout du procés. Vive Pussy Riot!Solidarité Internatinale!! A tou-te-s les Enragé-e-s!!!!

         

I GUERRE II KLASSES

rakai komunist

RAKAÏ KOMUNIST DE TOUS LES PAYS UNISSEZ VOUS!!

Prés de quatre ans aprés...retour de la Rakaï Anarchist Party (R.A.P.), tous les deuxièmes Samedi du Mois, au programme concert rap, interventions, open mic, tables de presse,Gratuité.

 

CONCERT R.A.P. #5

eretik-recto.jpg

 

le 14 Avril 2012

au MIMS , blv Menilmontant, Paris 20 ieme

-de 17H à 22h-

à l'occasion de la sortie récente des Noces Alchimiks de Eretik ( MC également membre du Kollektif H-war, du groupe Terrain Neutre), venez le découvrir en concerts feat. Unik Ogree et Enedeka Maska + Guests et Open Mic en Intro.

 

 


 

 

twk_toxique_tomahawk.jpg

15 MARS 2012

Pas le temps d’attendre…

Pas l’temps d’attendre Avril…News, et RKP en avance…comme une expulsion en pleine trêve Hivernal. Trêve hivernale, qui prend fin aujourd’hui, qui n’a jamais empêché les porcs de la maison poulagat de foutre dehors des squatteurs dits « sans droits ni titre » - puisqu’elle ne concerne que les logements locatifs.

L’occasion de dédicacer un morceau à tout les galériens, aux zonards de l’anti-monde pour qui l’hiver , lui, est sans trêve... La galère  quotidienne, et la misère sans fin.C’est pas le printemps en fleurs, c’est "L’Hiver en Fraude"RKP # 17 . Crasse journalière, entre plans à l’arrache et taff pour des miettes… quelques mètres carrés à bien trop cher, pour bien trop d’monde, en attendant les seuls 9 mètres carrés que nous promet l’Etat, des Baumettes à Fleury Merogis… A tous les frères aux placards…à tous les enfermé-e-s, dans les usines à mort lente de l’univers carcérale ou dans le gris d’un quotidien sans autre relief que celui de la misère salariale…

Metro Alexandre Dumas, 13H , 17 Mars, pour la gueulante.Venez Nombreux...

 

Avec, bien sûr, une nouvelle illustration de TWK … à qui je me suis permis de faire une petite dédicace à travers le morceau suivant, RKP Hors-serie V – (1) - « COMME DANS L'UNIVERS DES DESSINS DE TWK »…et c’est bien le minimum que je puisse faire pour rendre hommage au merveilleux travail de ce camarade de toujours, compagnon de route et d’illustrations depuis tant d’année…et quand ces dessins n’illustrent plus mes morceaux, je ne trouve que rarement autre part que dans son univers un écho aussi juste à ce que je peux faire dans ma parti…donc, voilà, les mots me manquent,beaucoup d’admiration, de partage et d’amour fraternel pour celui qui est justement, d’abord et avant tout de chose… un frère…Parole d’iroquois. Occasion rêvée pour vous annoncer - conjointement - l'ouverture d'un site Aktion K (!!!) - K comme Kollektif de propagation de Kulture de Klasse et ce, depuis 2000, si je n'me trompe pas... pas d' bougie à souffler, mais 400 000 brasier à allumer pour ce monde de merde! Ce sera l'occasion de rendre disponible, au fure et à mesure, ce que le collectif a pu produire depuis le debut du siècle, des Albums de Nocifs, à la compile Vive les mutins, en passant par le zine Outrage et plus récemment la Radio Klandestine III -Feu aux centres de détentions.

http://www.aktion-k.com/

Bref, pas mal de news, c'qui n'empêche pas d'aller jeter un oeil ( et une oreille) - si ce n'est déjà fait - au News de début Mars avec le RKP # 16 (Le seum II), le RKP HORS SERIE IV (J'Baiserai la France avant qu'elle même me baise), et le Communiqué #7 ( Archives)...on va pas devenir le CNN du rap de klasse, où une info chasse l'autre pour ne laisser qu'un grand flot de...rien.

Courage, Force et Détermination...Salutation Rakailleuse Komunist!

 

(1) Encore un hors-serie ! Bientôt plus nombreux que la série elle-même !!Qu’est c’qu’on s’marre…Des limites du ritualisme…

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #17

univers-toxiwue-twk.jpg

L'HIVER EN FRAUDE

- paroles/Musique: Enedeka Maska aka Eno Kaes - Illustration: Twk -

C’est frais l’hivers en fraude , sans fard est sa faune, et sa flore alors ? Tu désespères, mais elle n’est jamais morte… des faits d’hiver en forme de chauffards aphones et de corps à corps mortels pour quelques hommes encore…Entre prendre un coups d’ poignards et être retrouvé gelé sur une bouche de métro … Entreprendre un destin de bagnard ou être jeté par celle que t’aimais trop …Quel sort viendra frappé à ta porte ? Dans ces nuits noires, où même la lune est morte…de peur, caché(e) derrière un nuage blafard , quel destin arrivera plein phare ? Pour te cogner, t’éjecter sur le trottoir ou ces chaussées, champs de bataille d’un soir, qu’on déflore au hasard d’une rencontre de bâtards…

Dans l’hiver en fraude, y a pas de Paris en fleurs…on y paris la faute, et maudis le footballeur ! Hooligan ! On y brise la glace – même sans stade …Bourgeois, elle méprise ta classe !C’est son style ! Nous en Smith-Stan, on s’tappe et tayo, tayo on s’taille…En smith-stan on casse et tayo, tayo on s’taille !22 , V’la les keufs !400 000 V’la les reufs ! L’hiver en fraude on garde pas de toph’, mais c’est parfois l’hiver en teuf… des garre-ba qui finissent en gardav, gaffe, de gros sdars en GAV qui s’finissent au card-pla…grave…L’hiver en frode, l’aire grave, j’erre, gars, j’ lère-ga , enchaine les après midi pourrave, tout c’que j’bais(s)e c’est ma guette-bra…ho…même pas de quoi s’acheter une guette-ba. J’avance en sket-ba après un bon resto-basket, bah, j’digère le (bout d’) gras, j’erre grave, j’voudrais pouvoir dire que je gère grave…J’m’inquiète pas, je sais que les frères graffent, que sur les vitres du RER s’ gravent quelques blases…L’hiver en fraude, on s’accroche à c’ qu’on peut, un poêle en fonte pour se réchauffe, c’est pas si vieux,en 2004 on s’ caillait grave dans un squat sans chauffage, du genre à se gratte sans se plaindre du chômage… et puis y a ceux ( et ce) qu’on éclate, à croire que ça réchauffe la rage…L’hiver en fraude…

 RADIO KLANDESTINE PERMANENTE - HORS-SERIE V

univers-toxique-ii.jpg COMME DANS L’UNIVERS DES DESSINS DE TWK

 Comme dans l’univers des dessins de tomaswalk, TWK / le monde est plein de moda fucka, besoin d’un thé,  double fé-ca / j’ai des exceux-qui-vont-mourir.jpg-images1.jpgcroissances cérébrales, des doux leurres abominables / quelques citations célèbres al, j’suis plein douleurs abdominales ....

N2K Maska, personne ne pourra m’acheter 

 De Posada à Twk, rêve de voire débarquer Machete !

Lassé des flows de désinformations putrides / met le cd, pour l’animation et puis plus rien / que des visions de visages plein de rides , / des zombies avec plus d’incantations qu’un druide…

Univers toxique à la tomawalk,  / prés au meurtre dans la course au fric ( besoin d’un avocat ?) / ce système annthropophagique bouffe en premier les plus fragiles / les plus sensibles aux abîmes, tandis que les autres s’agîtent…

La résistance a la face squelletique. / Notre défiance à la face de l’éthique d’un monde qui justement n’en veut plus / pour faire de ses fils des esclaves, de ses filles des teu-pu … / Honnêtement , je n’en peux plus, /dans ce vêtement je n’entre plus, /tu sais cet uniforme sur lequel tout doit glisser…/nous sommes des hommes plein de séquels, humains aux cœurs ciselés…/Dans cet univers qui se mord la queue, où la fin n’en est qu’au début / donnes moi un flingue que je les braque, / je ne resterai pas victime des abus…

twk_machete_police_nationale.jpg Univers Toxique, à la tomawalk, quoi / il est temps de tuer le flic qui est en toi, parole d’iroquois / Univers Toxique à la tomawalk, il est temps de tuer le flic qui est en moi…Parole d’iroquois. /Dans c’t’ univers toxique comme dans les dessins de TWK, il est temps de tuer le flic, parole d'Enedeka Maska/Univers "TOXIC" , dessins TWK, « Il est Temps de Tuer le Flic », paroles Enedeka Maska.

 


 

 

12 MARS 2012

ça y est, chose promis, chose dû, le COMMUNIQUE VII est à lire dans la rubrique Archive et les textes de la Radio Klandestine Vol. I sont désormais tous à redécouvrir -ré-illustrés - dans la rubrique Lyrics.

Certains lyrics du Kollektif H-war disparaitront pour un court moment, pour réapparaitre dans une nouvelle page qui leur sera consacré, sur la Rubrique à venir "liens, références et clins d'oeils".En attendant n'hésitez pas à aller voire les pages d'Eretik , d'Unik Ogree, ainsi que celle de The King, Coutoentrelesdents ou Exxon Vald-S, dont on a parlé récemment. On vous tient au courant trés prochainement pour les concerts à venir.

 www.myspace.com/exxonvald-s

 Pour fêter le 20e morceau sortis sur la Radio Klandestine Permanente ou peut-être le dix millièmes visiteurs sur ce site de propagande de pirates du  bitûme, vous pourrez bientôt télécharger la totalité des morceaux de la Radio Klandestine Permanente (RKP), à l'occasion de la sortie de la Street-net-tape Rakaille Kommunist Party volume I.

 RKP EN FORCE!

soviet-propaganda.jpgRKP FUCK DA COPS!!

 

 

"FUMER TUE? LA POLICE AUSSI" brule-le-flic-1.jpg

 

 "FAIRE DISPARAITRE LES FLICS DE TOUS LES LIEUX PUBLICS"

N2K in "Enragés"

 

 


 

MARS 2012

images-niik.jpeg

Ce mois-ci, Radio Encore, Klando Toujours!

Dédicaces aux émeutiers de la Réunion, aux camarades en Lutte en Syrie, en Grèce, et à toutes les insurrections dans toutes les artères  de l'Anti-Monde, deux morceaux démo une fois de plus. "LE SEUM II", comme Radio Klandestine Permanente #16. Vous connaissez le  fameux "Je Baiserai la France jusqu'à ce qu'elle m'aime"  voilà  "JE BAISERAI LA FRANCE AVANT QU'ELLE  MÊME...ME BAISE". Petit clein d'oeil au (trés bon) groupe Tandem, et gros doigt d'honneurs à ces batards qui nous demandent de bourrer les urnes pour  mieux nous l'bourrer tout court ... C'est un geste citoyen, qu'on vient nous dire - Et mon poing dans ta gueule? - Un geste pour participer...participer, mais participer à quoi?

 

A ce Cirque électoral gerbant. Cette merde à l'image des porcs qu'il maintient, du spectacle pathétique qu'il entretient et du système assassin dont il sert de faire valoir soi-disant "démocratique"...machine à engrosser l'électeur qui s'y  laissera  prendre quand il promettait pourtant qu'on "ne l'y reprendrai plus"... Eux ne se lassent jamais de la leur mettre, de toujours la leur refaire à l'envers...à rigoler gracement dans les cocktails où ils se retrouvent tous ensemble entre deux élections; entre deux fausses joutes surjouée pour la survie d'un même système, sur lequel ils s'engraissent tous autant qu'ils sont...

Ici, le cocktail est Molotov, la colère est viscerale et la Haine est de classe...

armes.jpg

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #16

ceux-qui-vont-mourir.jpg 

LE SEUM II

lyrics: Enedeka Maska / Instru: Eno Kaes / Enregistrement démo

Moi  j’assume d’avoir le seum / même si je suis seul j’assomme / j’ai le seum depuis l’enfance /la violence, j’en ai dépassé le seuil en somme / les raisons d’avoir le seum s’amoncellent, s’additionnent / j’ vais pas me jeter dans la seine mais tout faire pour que ça raisonne !

 Hey son, j’ sonne l’alarme / tout autour de moi c’est harram / j’ai la haine, je suis hargneux, j’te juge pas je suis guère mieux / constamment en état de guerre, même avec ceux que j’aime / même si j’essaye de gère / ce qui germe dans mon crâne malade / face à cette mascarade , pas de gêne, pas de ceux qui geignent / à fond dans l’escalade, espèce de taré, verdâtre / face à tant de diarrhées verbales / parle pas man, où ça va finir mal ...

 Pour un mauvais regard ? une pavasse / tu m’ mets une baffe ? j’ te sors un schlass / tu sors le couteau ?ho…t’as plus de futur / je lance roquette, gros, vise sous la ceinture / ta version de l’honneur pue l’ toner / photocopie, sa mère ! / ton « un contre un » ne me tente pas / ce sera : " dans le noir à dix et par derrière, le jour où tu t’y attends pas ! "

 Pah ! Pah! Pah! Tu veux me faire sortir le panpan là pile sous ton nez ?/ qu’au loin raisonnent les pinpons à cause de mon pistolet ?/ dis pas que t’es là à cause de ton papa, que t’es pistonné !?/ tellement vu de porc, porc, que je crains que rien ne puisse m’étonner / détrôner l’aversion viscérale que j’éprouve pour ces encéphales / et ces fachos, mort aux vaches ! aux matons ! Feux aux cachots ! / j’ crache aux visages de tous les falsh qui acceptent de marche(r) au pas / ceux qui portent les trousseaux des clefs de nos cages / mec qu’on s’arrache ou pas /qu’on leur arrache des mains ! Qu’on leur arrache le bras ! / c’est « abracadabrantesque », dantesque / pas qu’ (en France) dans les tèces que on veut faire plus que sépar pouvoirs àa la Monstesquieu / on vient les désintègre(r)/ rien que des lascars intègres / teigneux /comme des tigres, depuis qu’on est tipeu / nos oreilles saignent et c’est pas une otite / y a pas de trithérapie pour nous soigner de ce badtrip / t’étonnes pas si j’l’ai pris en grippe / pas que pour le clip / j’ t’ agrippe avec mon cutter pour griffe / je te taille les hiéroglyphes de ma haine dans les entrailles / bye bye, pigs, murderer,  la pitié t’en mérite que dalle ! / Die mother fucker ! die ! mother fucker ! 

 J’ai le seum pas qu’en fin de semaine / saigne ma haine depuis que j’ai perdu le sommeil… / Titube et les hyènes s’amènent ! / Réveille pas la bête qui sommeille ! / parce que les porcs c’est « all da same », les forces de l’ordre ça se saigne ! / J’ai le seum en somme, seul ou ensemble sûr qu’on assomme !/ Depuis l’enfance j’ai le seum, la violence, j’en ai dépassé le seuil en somme / les raisons d’avoir le seum s’amoncellent et s’additionnent / j’vais pas m’ jeter dans la seine mais tout faire pour que ça raisonne ! / Moi j’assume d’avoir le seum, même si je suis seul, j’assomme…

 

 

RADIO KLANDO HORS SERIE IV

twk_tomahawk_marche_no_librale_sarko1.jpg

 

J'BAISERAI LA FRANCE

AVANT QU'ELLE MÊME ME BAISE!

Lyrics: Enedeka / Instru: Eno Kaes 2011

 J’baiserai la France avant qu’elle-même me baise, mec / j’serais anti-faf sans que les SS reviennent, même ! /J’baiserai la France avant qu’elle-même me baise, mec / j’serais anti-faf sans que les SS reviennent, même ! 

 J’ferai 10, 8, 1000 seizes pour te dire que je les baise tous / J’suis pas v’nu pour parler de mes ex, couz’ / ils peuvent appeler leurs keufs à la rescousse / ils débarquent tous, tous avec 1000 excuses / ils arrivent en socket pour pas choquer / faut un lance-roquette pour la Santé / t’es fait une ‘tite crête pour les sauter / mais les vrais « punkettes » n’aiment pas les porcs, t’es mortel-ment c’est mort t’es pathétique / donc sors t’es hors sujet, hors contexte / ici la vie, y a pas de tipex / on efface pas les erreurs, les aigreurs passés, elles ne disparaissent pas, / les douleurs, même avec un procés / donc leur société de victime c’est un leurre / leurs discours sert de vitrine, disent enfermer les dealers / mais comme d’hab c’est la chasse aux pauvres / ils enferment nos srabs avec ou sans preuve !/ IIs ont développer les épreuves / les yeux bandés, la justice aurait plutôt des airs de pieuvre, les tentacules servent de police !

Dans l’enfermement prolixe, policia / qu’est ce qui va mieux qu’avant, mon fils ? / Nique sa mère la police de proximité ! A qui cette « promiscuité » profite, hein !? / A chaque guerre ses profiteurs, / ses marchés noires, ses déserteurs / ses drapeaux blancs et ses seigneurs / ses hommes en rang, ses francs tireurs / quel est ton camps, « veulent-ils des armes ou du beurre ? » / tant d’hommes à cran sous came pour calmer la douleur / y a pas de mi-temps, ils jouent à domicile le tireur / c’est pas au flan qu’il tirera, droit au cœur ! / Y a pas de code, c’est Enedeka pas WindTalker / Avec ma bande, on ira piller le Foot-Locker ! /

 J’serai Anti-France même sans que ce soit la hess , mec ! / Je serai anti-taule même sans avoir de potes au hebs ! / Je baiserai  la France, avant qu’elle-même me baise / je serai anti-faf même sans que les SS reviennent !/ C’est N2K Maska, j’baiserai la France , avant qu’elle-même me baise…

  

Quelsques Ajouts dans la Rubrique, Lyrics, sur la page Radio Klandestine Permanente et refonte la page sur les Lyrics du Radio Klandestine Volume I page I, occasion de découvrir ou re-lire de plus anciens lyrics...

Le Communiqué #7 sera édité sur la page Archive. A suivre...

Projets de concerts fin Mars et Avril pour certains membre du Kollektif H-WAR, on vous tient au courant.

Commentaires, contact pour proposition de concerts ...etc écrivez à n2k@laposte.net

 


 

333.jpg

Sous les pavés...Les Cognes!

twk_toxique_tomahawk.jpg

FEVRIER 2012

ce mois-ci 2 morceaux, "C N2K pas Moussié Tombola" et "Lutte Crimminelle pour ma classe Dangereuse", à lire bientôt le communiqué #7 pour accompagné le second morceau, qui même s'il date un peu, m'a paru particulièrement d'actuallité suite à la lecture de certains commentaires sur le net concernant les dernières émeutes en grande bretagne.

  DEDIKACE A LA KLASSE COMBATTANTE

niik-autonome.jpg

« Le type de luttes menées par une classe ouvrière numériquement restreinte au XIXe siècle, une classe ouvrière plus large dans la première moitié du XXe siècle, et une classe ouvrière bien plus importante dans le dernier quart de siècle, sera répété au XXI e siècle par une classe ouvrière qui compte déjà des milliards d’individus.De ces luttes émergeront de nouvelles tentatives pour remodeler la société autour de valeurs de solidarité, de soutien mutuel, d’égalitarisme, de coopération collective et d’usage des ressources démocratiquement planifié. Les classes dominantes du monde comme leur prédécesseurs pendant 5000 ans, feront tout ce qui est en leur pouvoir pour faire avorter ces tentatives et déchaîneront, si nécessaire, une barbarie sans nom pour s’accrocher à ce qu’ils considèrent comme leur droit sacré au pouvoir et à la propriété. Elles défendront l’ordre capitaliste existant jusqu’à la fin, même si ce doit être la fin de la vie humaine organisée. »

Chris Harman, in Une Histoire Populaire de l’Humanité, ed. La découverte 2011

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #15

n2k-gun-et-bouquin-contrastee-zoom-tete-1.jpg

C'EST ENEDEKA MASKA PAS MOUSSIER TOMBOLA

 

Lyrics: Enedeka Maska / Instru: Eno Kaes 2011

Pas des tinys toons même tiny d’nuit les tun-si débarquent de Lampedusa par ici, sisi /comme partout ailleurs il y a besoin de thune aussi /  v’la des BAC aprés tout ça, c’est Paris, sisi / Demande à da King, la tête te tourne aussi / Le silence des tombes creusées par les troupes de  rie-Sy (Syrie). / Aussi peu libre que des élections de Russie, / impossible de vivre une érection réussie…/ Est-il possible de vivre une révolution libre si / la population ne vibre qu’au son du fusil / des militaires, qui confisquent le pouvoir comme au temps du FIS / soi-disant pour éviter la guerre ou les terroristes…/ Comme Chirac élu à 80 % à la Ben Ali bis / en 2002 tu l'as dans l'cul c'est le Le Pen Alibi / Quand la jeunesse doré d'Europe lève les bras à la Ibiza / demande aux Kurdes le nombre de vies que le chimik Ali brisa / D'un point à l'autre du globe, il y a les prod' et les Mensonges qu'on gobe...

Vert comme un gobelin, j'vais dégobiller plus qu'un gobelet  / Omar, le coffre est plein, oh merde ça sent les gros billets, / donc les grosses emmerdes, ça pue sa mère / partout ou ça paye, ça pèse / un Snuff movy planétaire, dans son someil c'est le peuple qu'on baise / c'est la télé pas le GHB , qui permet tant de léthargie / à coups d'analgésique aidez les, regardez dans quel état j' gis...

C'est Enedeka Maska pas Moussier Tombola / ça sent le Big Massacre / Ils seront nombreux à tomber là....

Prés à tomber l'arme à la main... Pestes! Tu t'es trompé l'homme à la main leste / Tant de frustrations ravalés qui sortent violentes comme une pluie de pavé / tant de crispations, on a déjà tous merdé, donc viens pas me dire que c'est pas vrai. / D'hommes violents en foyers déchirés, d'cicatrices de vies saccagés / le quotidien d'une misère qui nous asservit, nous dessert.../ Vies brisées en fragments épars, pour recoller faudra plus que de la soudure / dépasser ce qui nous sépare, car l'union fait la force,même si c'est dure.

C'est NIIK Maska pas Moussier Tombola / ça sent le big massaka / Ils seront nombreux à tomber là...

 

ok, ok...

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE

-Hors Serie III-

jesse-james.jpgnechayev.jpgniik-damnes-de-la-terre.jpg

LUTTE CRIMINELLE POUR MA CLASSE DANGEREUSE

 "Notre Deuil ce sera le sera le fusil et le poignard, nous nous battrons jusqu'à la mort" / Même 80 années plus tard; ces mêmes paroles raisonnent encore / Lampaio et Maria Bonnita, Los Cangaceiros n'est pas mort! / face au capital et l'Etat, tous Tovaritch à la mort! / Comme La Kaïna ou Phoolan Devi, j'rends hommage aux reines des bandits! / D' Louis Mandrin à Gaspard de Besse, à chaque époque ses Jacques Mess'

A quand une histoire populaire!? / De tous temps ré-écrite par les vainqueurs / ceux qui les déclarent ne font pas les guerres / mais on nous apprend l'histoire des seigneurs! / La rue a ses héros et le ghetto, ses légendes urbaines / s'ont Louis XIV, nous la Bande Bonnot / z'ont Adolf Thiers,nous Jesse James!

Beau comme l'évasion de Ferrara et la Mutinerie de Claireveaux / C'est pour Pascal Brozzoni et laurent Jacqua! / A toutes les p'tites mains et les gros cerveaux! / Catéchisme Révolutionnaire par Netchayev et Bakounine! / Il n'y a que deux camps dans une guerre: c'est soi Makhno soit Dénikine! / Nos barbes noires du bitume peuvent bien ne pas connaître Edward Teach! / Un drapeau noire et tout s'allume! Si t'as trop faim, bah Bouffe du riche!

C'EST POUR MES BANDITS, HORS-LA-LOI / AS DE LA RAPINE ET DE LA DEBROUILLE / CLYDE, BONNIE, L'OLONNAY FRANCOIS / DEMANDE A RUINES, SYSTEM D COMME DEPOUILLE!/ PAR L'ESCROQUERIE, LE LARCIN / LUMPEN PROLETAIRE, CLASSE DANGEREUSE / J'VAIS M'EN REMETTRE UN MORCEAU / NIQUE LES FLICS, LES PROCS, LES DONNEUSES!

Parti Mafia Guerilla : tu devrais te méfier car il y a / pas le choix  car guerre il y a / Fidel a la linea! / Mais dis moi de quel choix on parle? Finir sous une Quechua ou au bagne? / Ce sera la morgue ou les Assores! / La prison, combien s'en sortent vraiment? C'est bien le sort des véhéments! / "Amoureux fanatiques de la liberté" / pas d'autres choix que de se battre ouais!? / On crie "Hurrah!" comme (Ernest) Coeurderoy! / B.O. pour les nouveaux tartares! / Robin ne traine plus dans les bois / les nouvelles invasions barbares!

LUTTE CRIMINELLE POUR LA CLASSE DANGEREUSE!

LUTTE CRIMINELLE POUR MA CLASSE DANGEREUSE!

REFRAIN

A quand une histoire criminelle !? / pour ma classe et mes frères!? / Qui défièrent la terre et le ciel / ces hommes et ces femmes qui résistèrent! / Toujours les porcs qui veulent nous faire taire! / cette histoire qu'ils veulent enterrer / ces mémoires qu'ils veulent en terre / et ces espoirs qu'ils violentèrent ouais! / C'est bien la lutte des classes / l'histoire de l'humanité entière / elle est en toi, elle te dépasse! / L'histoire de ses combats de ses guerres!

bonnot-1.jpg

C'EST POUR MES BANDITS, HORS-LA-LOI / AS DE LA RAPINE ET DE LA DEBROUILLE / CLYDE, BONNIE, L'OLONNAY FRANCOIS / DEMANDE A RUINES, SYSTEM D COMME DEPOUILLE!/ PAR L'ESCROQUERIE, LE LARCIN / LUMPEN PROLETAIRE, CLASSE DANGEREUSE / J'VAIS M'EN REMETTRE UN MORCEAU / NIQUE LES FLICS, LES PROCS, LES DONNEUSES!

 

C'EST MA LUTTE CRIMINELLE POUR MA CLASSE DANGEREUSE

anarchistes.jpg

LUTTE CRIMINELLE POUR MA CLASSE DANGEREUSE!!!!

bakounine.jpg

A ceux que ça intéresse...

INSTRUIRE ET S'INTRUIRE POUR LA GUERRE CIVILE

A lire bientôt une rubrique " Dédicaces, Liens, Clins d'oeil et Références" qui nous permettra de revenir un peu plus longuements sur certains sujets, évènements et personnages évoqués ça et là dans les morceaux, et particulièrement dans celui-ci. Histoire de ne pas en rester là...Loin de tous ceux qui s'amusent à ne prêcher que des convertis, et à se lancer des oeillades entre "gens qui savent"... D'autant que c'est bien connue, la culture confiture moins on en a plus on l'étale!

 A nous de faire vivre notre culture de classe!

barricade.jpg


tete2mort-flingue.jpg

JANVIER 2012

 

une nouvelle année qui commence

dans le vacarme incessant de l'agonie d'un système qui n'en peut plus de pourir...Triple ha!

Pour toutes les Kaïras Komunists, les nouveaux millénaristes, criminels en lutte et 400 000 qui s'ignorent, et pour tous ceux qui savent...Au rythme du fracas de notre arrogance.

Un retour aux fondamentaux?!Comme s'il était besoin de rappeler c'qu'on fait ici...

Voici "Un Rap de klasse", Radio Klando #14, on est là oui.

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #14

niik-i-rap-ii-klasses.jpg

I RAP II KLASS

lyrics et chant : Enedeka Maska / Instru : Eno Kaes / Enregistrement démo

Gros beat, grosse nappe / En un titre j't'assome plus que des litres de schnaps / Gros Hit, grosse basse / Mon instru sur un street j'minsinue dans la nasse / 11 titres, 1 trace, / un crachat de sperme dans le néant, une poussière dans l'espace / Un rap épik et de klasse - deux classes / Chacun est le fils d'un accident, d'où la solitude de la masse / Mon esthétique te fige sur place !? / Juste mes miasmes qui te glacent le sang quand je sors les grosses brass.../ Ma dialektik est tenace / mais tendu vers son dépassement et le rite qu'elle embrasse / authentik hors syntaxe...

Désolé si je cite Nietzsch, pardon d'avoir lu Marx, / lui n'était pas marxiste, moi je marche en AirMax / entre l'purgatoire et le Styx, l'apocalypse dans l'espace / d'un instant donné et j'ai tant donné / que je vais t'en redonné / j'suis pas venu prendre ta place, moi je n'rêve pas d'ordonner! / "(Les pères) doivent-ils donner de l'or où donner de leur temps?" / Question conne dés lors que tu penses que "le temps est de l'argent" / et t'es l'argement déjà mort / si t'y crois, et qu'tu crois t'en sortir lachement. / Si j'te dis qu'on s'en sort c'est que franchement là j'ment...

Gros beat, grosse nappe, en un titre j't'assome plus que des litres de schnaps / gros hit, grosse basse,/ mon instru sur street j'm'insinue dans la nasse / 11 titres, une trace, un crachat de sperme dans le néant, une poussière dans l'espace un rap épik et de klasse

UN RAP, DEUX CLASSES.

La "volonté de puissance", d'accord.../ mais l'impuissance face à l'involontaire alors!? / A mes violons tu veux mettre un terme, ho... / ils resteront violent, volontairement jusqu'à l'enterrement. / Est-ce que j'pense à long terme moi?! / A ma volonté de nuisance, juste de l'essence avec des relans de néant / nez à nez, han, avec ma volonté de vivre / vivre oui... mais comme Unik, vivre libre! / Communique le chaos, pire qu'à Brazzaville.../Suis-je un brasier qui se vide /  par le ventre ? / Tout s'évente, et c'est ton sourire qui déchante comme par enchantement. / J'veux écouter comme lorsque chante 'man / Comme les histoires du grand-père - attends moi, sous la dalle de ciment / j'suis d'une meute de loups solitaire / Camarades, j'vous salue solidairement!

En un titre j't'assome plus que des litres de schnaps / gros hit, grosse basse,/ mon instru sur street j'm'insinue dans la nasse / 11 titres, une trace, un crachat de sperme dans le néant, une poussière dans l'espace un rap épik et de klasse

UN RAP / DEUX KLASSES

 

dédiée à la Mémoire de Karel Hendrik Coenraad C.

 

ENEDEKA MASKA tient à remercier tous les organisateurs du concert du 5 janvier.

KLASS WAR IS NOT OVER

 affiche-concert-3.jpg

En parlant de concerts, une RAKAI ANARCHIST PARTY devrait avoir lieu d'ici peu - on parle du deuxième Week-end de Fevrier.On en reparlera...

Pour ce qui est du site, vous avez pu remarqué quelques changements, plus de clarté, big up a Toto... Au fure et à mesure les lyrics des morceaux RKP - écoutable dans la page musique - seront transféré de la page d'accueuil à la page lyrics qui leur est dédiée.

A bon entendeurs!


persona-non-grata.jpeg

FIN DECEMBRE 2011 

Pour commencer une petite présentation de l'album Noces Alchimiks par Eretik

eretik-recto.jpg

NOCES ALCHIMIKS, 1er EP d'ERETIK , 9 titres avec la participation de R2Rime, Enedeka Maska et Unik Ogree.Ce sont des morceaux écrits, enregistrés, mastérisés entre 2007 et 2011. Les instrumentaux de l'album ont été composé par de nombreux beatmakers: DSDS, Ker, Prod Paris, Eno Kaes, et Unik O'gree avec la participation d'Eretik. Le skeud est disponible en prix libre. Vous pouvez me contacter à cette adresse eretik_77@hotmail.fr ou voir mes nouveautés sur le net - sounclound.com/eretik par exemple ou - en recherchant eretik et rap (!) en attendant le site...

Vous êtes les bienvenus aux Noces entre le rappeur et la musique, entre la musique et la peinture, entre la terre et le ciel, entre le rêve et les paradis artificiels, entre le corps et l'esprit, entre les origines et le futur, entre amis contre l'état, entre personnes de tout horizons contre les fashismes de toutes sortes, bien de cette terre non de ce pays, de cette planète, plus de votre monde, entrez bandits !

ERETIK

 

et pour continuer, comme promis, Conspiration de Conspirationnistes, extraits de l'album en question pour le Radio Klandestine Permanente #13

RADIO KLANDESTINE #13

images-2.jpg

 

CONSPIRATION DE CONSPIRATIONNISTES

Eretik feat. Enedeka Maska

Enedeka Maska:

Au pouvoir, c'est le non sens / alors que la bêtise circule / c'est quand le savoir avance que la bêtise circule. / C'est quand le savoir avance, / que leur emprise recule. / Fragile existence, / qui ne tient qu'aux crédules. / Ils maintiennent l'ignorance, / et les fausses certitudes./ Ils maintiennent l'ignorance / et les fausses certitudes / Car tous les territoires, / leurs états, leurs frontières, / ne sont que des manières de voir / imposées par la guerre, / tout au long de l'histoire, / au cours des millénaires. / Il n'y a jamais eu de lignes noirs / qui parcellisent la terre.

Eretik:

Conspiration de conspirationnistes / un antisémite vaut autant qu'un sioniste !/ils poussent à des conflits nationalistes / Enedeka ? Eretik ? On analyse /L'homme fait insulte aux primates / lorsqu'il s'animalise /Derrière le culte aux pays se cache le cannibalisme/ des civilisations détruites par des partis réalistes. / Ca réussit à qui? Toujours aux riches! / Qu'est ce que le réel, sinon ce qu'on en fait, pillons leur oseil, faisons les trembler! / Oeil pour Oeil pour deux dents, tu leur refais le portrait / avec discrimination face à la loi du talion, / t'es comme le skinhead: la gloire des cons / A l'image de l'esprit des nations! / Finissons pas sous le voile de la télévision. / L'identité nationale n'est pas que le film de Besson. / J'appelle porc le faf! / Porte le feu à Hortefeu! / Eventre le!, leur grand jeu, leur bouche est grande / qu'ils engrangent notre triste histoire / mange notre trottoire, ça c'est gole-ri / faut les gomme oui avant qu'ils avancent encore en vente / je pense en bande , / les gens que j'aime ensemble de France - ou de tout angle - ou de toutpar le monde / toubab qu'envoie desbombes parlantes :

 Je regarde pas la peau en premier quand je rencontre quelqu'un, j'aime pas les drapeaux sans me renier  même si c'est le tien /je préfère mes idéaux, ils m'appartiennent / que de devenir collabo de n'importe quelle idéologie aryenne /c'est comme les tatouages je les ais sous la peau / Cheyenne parlait d'être humain de tout âge / chemin d'arc en ciel à travers les nuages. / Le colon a apporté le feu qui crache et les breuvages / Les résistants ont sortis l'blase d'apache, la hache  de leur crane, le scalp / C'est qui les sauvages? / reptile de leur morale / qui serpente, dans leur guerre de billets de banque / dis dessine moi un tank / mon rap n'est pas racistes, je calcine [les racistes] / jusqu'à ce que tout se partage quand il y en a pour 3 y en a pour 6 / au lieu de prendre sur le fric ta part et de divise, comme le dit le vice du système qu'on reproduit [sic] / Enedeka, Eretik, on essayera de faire mieux, pour ceux qu'on aime...

 Enedeka Maska:

Conspiration de conspirationnistes." T'oses me traiter d'antisémite quand j'hurle contre les sionistes!?!? "/ C'est la même merde, les même hyènes, qui justifient les même haines - ici celle des feuj - vaine tentative de couvrir leur bêtise malsaine de l'aura palestinienne./ Comme [ si à Gaza] ils avaient besoin de ça! Déjà bien assez de peine.. /Comme toute domination l'impérialisme est mon ennemi - qu'il porte la barbe ou le fusil, la bible ou l'uniforme de Tsahal. /Etre contre la détention c'est être contre toute forme de son-pri - D'Abou Ghraïb à Fleury commme à cuba : on ne veut aucun goulag!Toi et moi: [on est] pas du même camps / t'as la solidarité assassine et / tu hais le juif, moi l'occupant  et le fait qu'on cherche à opprimer.Face aux négationnistes, nous ne négocierons rien! Et la Shoah ne justifiera jamais le génocide palestinien.../ L'esclave ne sort pas de l'esclavage lorsqu'il devient lui-même un maître  : c'est tout un système qui l'arnache . / Accepte sa morale pour te soumettre./ Israël: cruel exemple pour que tu contemples / le piège qu'ils tendent / quand ça te tente de croire un sinistre état qui terrorise ceux qui résistent en les tritant de terroriste: ils terrorisent ceux qui résistent en les traitant de terrorristes! / L'idée d'une "justice au service des victimes" / que la classe dominante impose : vitrine de cette morale débile qu'ils dilapident dans leur prose / Considère chaque quartier comme un "territoire occupé". / Ici le "génocide" c'est la soumission et la détention des plus lésés./ Pour justifier aux autres l'écrasement de toute résistance / au lieu de parler de leurs souffrances, ils accusent les pauvres de malveillance / Au lieu d'accepter l'absence de futur, on triche  en évitant l'usine, brûle des voitures, vole les plus riches en cassant les vitrines./ Voilà comme ils nous la mettent, justifient comme ils nous traitent. /Sous l'eau ils nous maintiennent la tête / se plaignent qu'on frappe sur la cuvette. / Ils t'écrasent la gueule parterre, te condamne quand tu te débats : ils te maintiennent dans la misère,  "t'es en colère?! C'est que tu méritais ça!" . L'église est cathodique, l'inquisition, médiatique. La vie est dans la critique. Haine de classe: dialectique hérétique.

 

Eretik: Ceux qui les empêchent de faire leur fraiche  sont pris pour cible : Mafia d'Etat / comme des parias, elle nous punis / Mafia d'etat : un scarla cunni' à carla Brunni / parlons des médias / Qui t'a dit d'aimer ta patrie ? Si ce n'est la TV / c'qu'elle émettait / relate nos vies / qui n'ont rien à voire avec la vérité / exemple: Guy Moquet s'est disloqué / le disque bloqué / Les fils de pétain sont convié au festin et les pierres n'y changent rien. / Les philistins (palestiniens) c'est David contre Goliath / l'acide contre la ratp' / il y a des mythes coriaces / t'es là pour la bite rapace / la connasse a sauté / je suis sur le beat, j'fracasse / vos phrases je vais m'poser / perspicace il y a de la place pour tous monter / aux cieux, sûrement/ il y a de la beauté pas que dans nos yeux / y a de la place pour les moches et les mauvaises haleines / je viens pas de Mars mais /  je suis téléguidé par les aliens / pour tous vous niquer / faire les poches / taper le système/ - sous le son des sirènes-  ne pas me jeter à la mer  / en suivant Moïse ou en disant carpe diem comme Thelma et Louise / Il y aura la guerre jusqu'à ce que la paix règne / Pas de lois si ce n'est celle du coeur, telle est ma loi /quand je rap en concert / je n'ai pas peur / j'attrire les khoi par la foudre / j'suis un goy in da hood / un peau blanche qui vire à la peau rouge ou orange, ce qui t'arrange / pour que tu me ranges dans un schéma / mange, bois / avec les potos qui aboient / c'est comme ça qu'on se sent chez soi....

Génération jaune, noire, beige, white /Purée! Cherchez l'erreur!  /  Mon frère , ma soeur, vous laissez pas abuser par les couleurs ( on est humain  avant tout)


 

"Notre deuil, ce sera le fusil et le poignard. Nous nous vengerons jusqu'à la mort"

Os Cangaceiros

DECEMBRE 11

ON APPROCHE DES FÊTES...JOYEUX BORDEL A TOUS!!!

QUI VA FAIRE PETER LE SCORE DES CAISSES CRAMES DU 31 DECEMBRE?!?

BONNE CHANCE A TOUS LES KAOTEN, VANDALS ET CASSEURS, DE STRASBOURG A PANAM COMME AILLEURS!!!!

et en attendant la suite... voilà deux surprises "RKP hors-series", la première "RF 2011" et une collaboration avec VAN PATTER, membre du nouveau Kollektif des INTERNATIONAL BRIGADES, dédicaces aux gens des Sorins en lutte, la seconde "PERSONA NON GRATA" est une réponse aux crapules politicardes clientèlistes qui ne voient les luttes que comme un moyen d'augmenter leur électorats et pour qui (biensûr) notre parole n'est pas la bienvenue.

Une fois de plus, enregistré "live" et one shot avec les moyens du bord, en mode démo, on les redecouvrira peut-être sous d'autres formes plus tard.

A part ça, ça y est! Les lyrics des morceaux de la Radio Klando Permanente qui ont disparu de la page d'acceuil faute de place, commencent à réapparaître dans la rubrique qui leur est consacré. C'est l'occasion de redecouvrir, les textes des RKP #1 et #2 à savoir REQUIEM I et BANDE SON POUR LES NOUVELLES INVASIONS BARBARES, textes toujours d'actuallités... La Radio Klando Permanente commençant à s'étoffer, il est question d'en faire une net tape téléchargeable RAKAI KOMUNIST PARTY, également dispo en cd prix libre soutient aux taulards quand y aura de quoi remplir une gallette à rabord.De quoi faire de la place, et permettre à chacun de pourvoir écouter les plus anciens morceaux sans revenir sur la page Musique qui compile tous les morceaux de la Radio Klando. A bon entendeurs!!

 

 

 RADIO KLANDESTINE PERMANENTE

-Hors Serie I-

republik-francaise.jpegREPUBLIK FRANCAISE 2011

 

ENEDEKA MASKA feat. VAN PATTER

Instru: Eno Kaes / Lyrics: Enedeka maska  / Van patter

 

Enedeka:

Dans un stade boulevard de Chanzy/ c'est juste la lutte qu'on choisit / des gamins au milieu des tentes, mordu par le froid de novembre / c'est bien les années 2000 en pleine Republique française / comment la retenue pourrait être de mise? , quand c'est toujours les même qu'on laise / reconnu soixante ans trop tard, le rôle des tirailleurs sénégalais / des murs,des routes construit par des noirs, leurs enfants sont là entrain d'se les cailler / pour revendiquer quelques droits, quelques miettes à grapiller / nettoient ta merde, montrés du doigt, quand il s'agit de sortir les billets / "c'est pratique hein, des travailleurs sans pap sous la main!?" / tu cotises, rien, dis pas qu' "ça paye bien "pour du gros taff du soir et matin.

C'est bien l'année 2011 en pleine République Française / z'ont pris les diamants, l'or et le bronze / maintenant c'est leurs petits enfants qu'ils baisent / ils ont fermésles frontières / l'Europe fermé comme un bunker / je me battrai pour mes frères, international franc-tireur

-Van patter part I-

Matte les orgas gauchistes, venu faire leur beurre / à coups de couplets misérabilistes, pour reloger quelques leaders / pas de cas par cas / faudrait que ce soit tout le monde ou personne / sort la cagoule sous la parka / c'est le cri des frères qui raisonne / montre ta tête à la télé, femmes et enfants en première ligne / "commission d'attribution"!? Aidez les! / ici la lutte est klandestine / quand tu vois ce à quoi se destinent, les orateurs et jeunes soutients / eux c'est leur carrières qu'ils dessinent, quand toi tu crèves avec les tiens.

Je me battrais pour mes frères, c'est enedeka et Van patter!

-Van Patter part II-

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE

HORS-SERIE II

twk_machete_police_nationale.jpg

PERSONA NON GRATA

Instru: Eno Kaes / Lyrics: Enedeka Non grata

Enedeka c'est Persona non grata / Salut moi c'est enedeka maska / j'suis juste persona non grata / au mic, j'ai la vérité qui blesse / j'les .., la caviaro-cratie je la baise / pas un adepte de la bienséance, je préfère réviser mes sciences / "Prolétaire, ta meilleure amie c'est la chimie" / chimi yeah chimi yo / ma gueule c'est cheum comme la chimio / j'lis la peur sur leurs visage "faites les taire, ils ont trop la rage " / tu peux dire que mon rap est vulgaire / juste bien moins que cette guerre / qui met ses enfants sur le trottoire / quand s'enrichissent les putes en costard / chacun sa vérité, la mienne est crue comme la cruelle réalité / c'est pour ça qu'il faut pas m'inviter si ça trop peur d'être irrité / par la rappel au réel, mon message n'est pas un poème / en impro j'aime, fleurir leur tombe de chrysantème / j'm'attèle en plein anathème à démolir le modèle / de c't' arnaque qu'ils disent née à Athènes / j'ai des loups sur mon Totem / j'attend pas le traineau, trainée / j'sais bien c'qui est entrain de se tramer : / ils sont prés à se jeter sous le trame et / tu débarques, tu jactes et promets / à tour de bras, "bon débarras" / c'est leur rage que tu veux évacuer / désolé, moi c'est enedeka maska / la haine declasse que tu peux pas maquer!

 

++++

debut décembre:

 

A l'occasion de la première année de la Radio Klandestine Permanente, ce n'est pas un mais deux morceaux qu'on vous présente ce mois-ci.Le premier, "Rigole Bourgeois, je creuse ...ta tombe!" est un petit enregistrement live sortis des cartons de 2010, à la Klando style!!Chose promis, chose due, le RKP #13 sera un extrait du premier album d'Eretik et sortira dans le courant du mois à l'occasion de la sortie de celui-ci...

Aprés un concert en soutien au collectif de la rue des Sorins ( avec notament l'excellent Exxon Vald-s à découvrir absolument...on vous lachera les contacts de CHECK LIST ,  son album gratuit) et une apparition à l'installation de notre camarade Ruines à Montreuil 93, on murmure que les membres du Kollektif H-WAR         ( Eretik, Unik O'gree, Enedeka Maska, Wessi) devraient montrer leur croc sur d'autres scènes...notament autour du 11, 12 décembre...on en reparle.

Quite à lancer les rumeurs les plus extravagantes, plus de trois ans aprés, on parle du retour des Rakai Anarchist Party pour janvier 2010...

Au programme, gros son, free style et rap de klasse...à suivre.

anti-poukave.jpg

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #12

rigole-bourgeois.jpeginstru: Eno Kaes 2010 , Lyrics: Enedeka Maska 

RIGOLE BOURGEOIS, JE CREUSE... TA TOMBE

Le souffle court, comme un goût de sang dans la bouche /comme un son sourd...pas eu le temps d'trouver ça louche /je m'écrase, lourd, et le pavé me touche / j'ai dans le crane un tambour, un fusil à pompe, une cartouche.

Pas d'la musique de chambre, mais les orgues de Staline; / Un flic qui m'enjambe dans les éclats de vitrines, / l'écho d'un  porc qui rigole, envie de vengeance incandescente. / Attends un peu que brûle leurs métropoles que les bourgeois déchantent...

Une machine, un bip d'hosto / j'ai pas besoin de pacemaker / pas déchine à courber, costaud / c't'odeur de pisse mécoeure / j'suis pas un peace maker /c'est du h-war je chante la guerre civile / la paix t'a laissé choire / ici il n'y a guère de civil / pas d'innocents, ici, ils vivent, naissent et meurent servils / avec notre sang, ils nous décrivent comme des êtres si vils...

La vie est merveilleuse...même sous intra-veineuse / ça s'finit en boite avec comme une odeur de sapin. / Séduisante, cruelle et vénéneuse... devine qui mène la danse? /Un tas de matière cancéreuse...vaut mieux pas qu'on y pense.

L'esprit plein de rage, pas un lache, pas un de ceux qu'on achète. /Dans cet océan de merde, je nage,le doigt sur la gachette./ Sois scred avec tes proches si tu veux pas qu'ils trouvent ta cachette / j'ai pas un sous dans les poches, mais la main sur la machette.

Attends un peu que brûlent leurs métropoles, que les bourgeois déchantent...

Comme tenu à la vie par un défébrilateur / la vie ne tient qu'à un file, certains la fuient par peur / "t'inquiète mec, c'est c'qu'ils souhaitent / va pas déranger leurs affaires" / mais moi mec, rien ne m'arrêtent / t'inquiète je sais c'que j'ai à faire ... / pendant que certains attendent / d'autres s'activent dans la pénombre / j'ai le doigt sur la détente / la foi en l'armée de l'ombre.../Il 'sagît pas de ceux qui s'agitent / s'noîent dans la bave de leurs palabres / pendant qu'ils se mesurent la bite / s'astiquent dans leur palais de marbre / comme dirait pog: " la jeunesse lumpen en cage, fait des peupoms sous cachetons / tandis que les bourges [règnent sans partage] et jouent à la révolution"

Alors que brûlent leurs valeurs et leurs manière de faire / les plus cruels des voleurs, c'est sur les pauvres qu'ils font leurs affaires / Brûlent leurs rôles et leurs masques / ce par quoi ils te trompent / quand toi tu colles à leurs basques en attendant que quelque miettes tombent...

Rigole bourgeois! Je creuse...mais je creuse ta tombe.

Si ta femme est heureuse c'est sûrement qu'elle te trompe.

 

 


Novembre 2011

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #11

 

twk-jugements.jpg

La Mort Au Tournant

Lyrics:enedeka maska - instru: eno kaes - enregistré "live" - Mars 2011 - no studio no mix -Paris XXeme

illustration: TWK

Des p'tites phrases, des piques, nique les timiniks sa mère/ les timiniks ça mène à ces techniques amers / ça couine, ça geint pour attirer l'attention / aveugle, sourd et muet comme le singe, ça m'attire que de la tension / attention, chacun attend son heure et les temps sont  dures / donc les tensions durent et s'amplifient / tu noircis ton caleçon ture- / ceinture sur les genoux / succins les regards dures- dans la main un zeudou / un flingue à la ceinture? comme dit l'autre "pas d'yeux doux"...

A t'en taper la tête parterre / à en finir en nage / tu ne sais pas quel choix il faut faire / alors fais celui du courage / la vie est courte, la vie est dure / donc profite de chaque instant / mieux vaut quelques heures d'aventures qu'une éternité de néant...

On a arpenté le bitume / monté mille fois ces quatres étages / c'est sans regret, sans amertume / qu'on avance avant de prendre le large/ à chaque jour qui passe / à chaque heure qui s'envole / c'est le temps qui se casse, trépasse / dans une nouvelle parabolle...Avec la mort au tournant...

On ne pourra pas tout prévoire / on ne pourra pas tout préparer / chacun sort de son "terroire" / à l'assaut d'la vie comme un taré .../ Qui surgira sur ta route ? / Qui se fera écrasé? / Qui sera celle qui te mettra le doute / sur ton quotidien de "mec casé"? /Qui saura gravir les échelons / pour mieux s'écraser comme une merde? / Qui sera manquant comme le chainon / le jour où tu te verras tout perdre? / Qui sera là pour te tendre la main / pour mieux te mettre un doigt? / Qui verra un signe du malin / quand tu penseras faire ce que tu dois? / Qui sera à l'origine de ta chute? / Si ce n'est le reflet dans ton miroir, / quand tu les traiteras de fils de putes / tellement sûr de t'être fait avoir.../ Mais qui aura commis ces choix / que t'as tant d'mal à assumer ?/ Et toutes ces larmes, qui les sèchera? / Et cette main, qui va la lever?Avec la mort au tournant...

J'ai le tournis en m'retournant / j'suis étourdis, la mort au tournant / Bien entourés dans les tourments, j' fais la tournée des mauvais tours en / hurlant à la mort / j'suis mort en tournant.../ Tu sais, que la belle dort et qu'on crève en se tordant / de rire face à l'avenir qui s'évade / j'suis qu'une poussière qui s'efface / je trace ma route sans perdre la face...'vec la mort tournant...

 

 


 

OCTOBRE 2011

La Radio Klando Permanente #10 est un morceau à part ,"Reste en Guerre, dernier salut au P4" est dédié à Wok,

ami et ex chanteur des P4 alatak qui nous a quitté en Septembre dernier...

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #10 

 

wok-niiik-1.jpg

"RESTE EN GUERRE", DERNIER SALUT AU P4

Ce putain de telephone qui sonne / la faucheuse a encore frappé / c'est jamais  juste quand y a mort d'homme / à croire qu' faudrait être pourri pour rester / la liste s'allonge , nous laisse aphone / chaque nom qui s'ajoute  vient nous lester / te fait réfléchir à quand tu déconnes / au temps que tu perds à te détester ...

Mon frère, que voulais  tu faire sur cette terre / que je puisse continuer / je sais que tu fais partie de ceux que l'enfer / ne peut qu'épargner.../ si tant est qu'il existe.../ le paradis, belle idée  pour les mères tristes/ tu nous laisses là, on reste les deux pieds dans la matrice / maintenant ce s'ra aussi en ton nom qu'on résiste / tristes sires, en deuil de ton empire / on avance "groupiert", j'fais l'pitre sans oublier qu' ça empire...

Conscient qu'nos noms de guerre, nos poses, ne peuvent suffir à te faire revenir / mais si on oublie c'qui nous oppose le temps d'un fou-rire ça devrait t'faire sourire / peu  importe où tu te tiens / saches que j'porterai toujours un regard sur les tiens./ Wesh mon pote, que le diable nous emporte / si on oublie qui sont les notres...

A croire qu'elle tape à l'aveugle cette sotte.../ la mort, cette salope, a mis ton nom sur  son bulletin de vote / tu payes la note, et c'est une part de nous que  t'emporte, / j'ai la rage...mais à qui la faute? / si ça prend une tournure si glaugue.../ Un banal accident d'scooter./ La vie d'ma mère, j'sors le glock si ils viennent me dire que c'était ton heure!/ Y a pas d'heure pour  partir comme ça / j'manque pas d'air, mais défie les cieux / d'm'expliquer qu'il y a une logique à tout ça, / ferait mieux de pas exister le vieux.

Nous en veux pas si on sort / les vynils du temps où tu chantais encore / souvenir d'une vie pris à bras le corps / dans une tourmente de nuits blanches un putain d'corps à corps./ Sois fier de c'que t'as fait tu sais que / c'est déjà un canif planté dans  l'échine du siècle!

PAS DE R.I.P./ICI C'EST RESTE EN GUERRE/ C'EST LE SALUT DU P4

MEME SANS REPLAY / AUJOURD'HUI COMME HIER / DU TEMPS DES VIREES EN 104

Missile tomawak / qu'explose dans la nuit / comme une charge de c4 / tu nous laisse en choc / une dose de vie / dans nos coeurs à jamais intacts / l'image de ton visage, le son d'ton rire et 400000 souvenirs gravés dans la mémoire / de tous tes refrés réunis pour le meilleur du pire dans l'adversité d'un soir / de septembre.../qu'on t'enterre ou que s'envole tes cendres / dans l'air raisonnent les mots en sang et les sanglots des amis qui te chantent...

l'âme en peine, aux tiens je souhaite la paix, dernière virée, funéraire est le fiacre

pas de RIP, ici c'est "reste en guerre", dernier salut au P4

 

Un pensée également pour tous ces proches et amis ...

et à la fratrie des pekatralatak..

j'pense fort à vous....

 

 

 

ENEDEKA MASKA et UNIK OGREE, ainsi que toute la petite bande qui les accompagnaient, remercient tous les gens rencontré aux Schrotbar pour ce concert mémorable du 11 septembre en Suisse, et nique les douaniers qui ont essayé de nous empêché d'arriver!!!

Une pensée aussi à M. arrêté en marge du dernier concert du Kollektif HWAR à Fontenay puis incarcéré à Fresnes pour 4 mois ferme, ainsi qu'aux camarades qui ont pu sortir libre de garde en vue tout en prenant quand même 4 mois ferme!! Y pas d'justice, juste une justice de klasse!! Nique les porcs! Vendetta contre tous les batards!!

 

images-vita-bellum-est1.jpeg

 


 

tRADIO KLANDESTINE PERMANENTE #9

  

 

J'ATTEND RIEN DE DEMAIN

Forcément j'suis affligé par les MC's et leurs postures

Dans les mêmes rôles, ils sont figés, s'affiche jusqu'à l'imposture

Bain d'acide dans l'bide, j' m'esclaffe et j'vomis mon sang

Mon blaze, appel à l'homicide, j'tire une taff et j'vous met mon son

Va-z-y fais tourner ton micro, j'débarque avec mon équipe

Moi, j'Kick avec Uniko, braille sur les Back d'Eretik

du rap de klasse, hardcore par définition

je dérape et je déclasse, du vécu pas de la fiction

je suis venu squatter la vie et voler tout c'que je peux dedans

que les porcs viennent m'expulser je n''partirai qu'avec les deux pieds devant

le poing tendu vers le ciel, en faisant un gros oid'

à tous ces porcs qui me foutent la haine, à ces porcs qui m'restent à haggar

rien, on a rien sans rien

nan, rien qu'est ce qu'on attend rien

nan, rien, qu'est ce qu'ils nous offrent rien

rien que des mensonges qui viennent nous hanter jusque dans nos songes

rien j'n'attend rien de demain

moi, tout c'que je veux c'est faire le bien pour les miens

faire c'qu'il y a à faire, l'arracher de mes mains

j'laisserai pas ma vie être un spectacle dont je s'rai le témoin

(...)

- partie de Uniko-

(...)

On a tout à perdre à attendre quand on s'bat pour les siens

faut qu'on s'organise , on est beaucoups de petits

faut qu'on les destabilise, 1,2,3 c'est partis

tu t'sens impuissant face aux choix d'la vie

face aux puissants imposant leurs avis

t'és né à poil et tu finiras poussière

à part les riches, ceux qui sont "au poil" c'est ceux qui poussaient d'jà hier

oublis ta morale de catho, la vie est une catin

personne te fera d'cadeau, ici t'as rien contre rien

mec tu n'auras rien en restant poser sur ton cul

rappliques on verra bien, c'est déjà mieux quand tu t'occupes

si tu t'occupes pas de politique, les politiques s'occupes de toi

dans la réflexion sois prolifique, si tu veux t'récupérer toi

veulent faire de toi une larve, branchée à ta télévision

que tu restes ici et qu'tu baves, attends de voter aux élections

votes, rien ne changera rien

quand tu votes, ça tu le sais bien

c'est juste choisir selon leur désir

le prochain sir qui mènera le cirque

comme un spartiate moderne, j'préfère les occire...

 

 

 

 


aout 2011

   Solidarité avec les émeutiers de Londres ( Tottenham en force!), Liverpool, Manchester

GUERRE CIVILE MONDIALE A TOUS LES ETAGES

VENDETTA CONTRE TOUS LES BATARDS!

 

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #8

 

 

VITA EST BELLUM  

LA VIE C'EST LA GUERRE

-version demo-

Lyrics: ENEDEKA MASKA ; Instru: ENO KAES ; Enregistré par Unik Ogree aux HWAR HOMESTUDIO 2010

 

J'ai balladé mon regard /tai t'fais latté quand tu t'égares /découvre que même tes potes t'en mette une / je me suis retrouvé écorché /obligé de dégorger / ce trop plein d'émotion à l'arraché /pour éviter de m'égorger /aprés un pétage de cable / alarme assaut de paranoia / mes démons et mes haines qui s'attablent / victoire d'un K.O par noïade mais aprés tu t'attendais à quoi? / tu croyais que je resterais là / harassé à me laisser menacer /pensais tu que j'étais si las /que tu pourrais enfin me tabasser / exhausser tous tes fantasmes pervers /à se laisser rabaisser /on termine dans les faits divers / toi tu rêves de dominer /les êtres qui t'entourent / les priver de liberté /en leur parlant d'amour /tu confonds le respect, la crainte et le dégoût /tu parles de respect, penses inspirer la crainte mais provoques le dégoût /c'est dingue, hein!/ certaine relation semblent recréer les logiques du système /ça te flingue, hein... /cette manière de reproduire les mécaniques des rapports qui nous gangraine / merde... /je ne rentre plus dans leur jeux /j'ai finis par comprendre c'que j'avais à y perdre /ce que j'aurai dû comprendre neu-jeu /à écouter ceux qui s'prennent pour tes chefs/ en te parlant d'anarchie /critiquent, condamnent ce dont ils rêvent / s'astiquent sur c'qu'on croit qu'ils conchient...

 

J'ai essayer d'affronter ma haine /j'en ai décrit l'anatomie /j'ai composé mes requiem /chanté la mort pour vivre ma viepartout ce même constat de guerre / mène ma réflexion sur la violence / libératrices et suicidaires /mes conclusions et mes errances/mon discours cruellement sincère / rend mes questions existencielles /sans aucun détour je m'incère /dans l'insurrection essentielle /y a pas d'accouchement sans violence /j'ai déchiré le placenta /un hurlement à la naissance /pour le reste chéri, tu patienteras/ partout j'ai vu des lignes de front des champs de batailles et des tranchées /quand la forme élimine le fond/ le camps des "rataïs" nous a tronché / réappropriation prolétaire /pour que cet outil soit mon arme /face à la domination se taire /c'est lui dire "oui", perdre son âme... /porter l'écho de ceux qui luttent /nos cris de rage et de vengeance /sortir les crocs, hater leur chûte /briser nos cages et cette engeance /que nous reste-t-il à vivre camarade? /j'ai ce goût de sang dans la bouche /mon coeur ivre qui bat la chamade /et ces coups de sang à la louche/j'ai choisis l'antagonisme/ comme valeur pour désigner ma classe / que fais tu lorsqu'on agonise /face à la peur et à leur caste?/Un pauvre qui leur sert de matton/ qui enferme d'autres pauvres en cellule / qui va jouer le flic pour les patrons /dis moi est ce ton frère qui t'encule? / et un ouvrier qui ratonne / pour oublier sa frustration / oublie -t-il que le "crouille" qu'il bastonne/connaît bien la même condition?

Dans un système de lutte de classe /je ne reconnaît que celle qui lutte/ si t'aime les brutes qui nous écrasent/ crève donc avec ces fils des putes! /On plus c'qu'on fait que c'qu'on dit/ce combat se mène dans tous nos rapports /aprés tout je ne suis que ce que je suis / un Jihad intèrieur d'abord.

La vie m'a mis K.O. / j'me relève et j'l'étale / faut toujours un Chaos / pour faire naître une étoile...

LA VIE C'EST LA GUERRE - VITA BELLUM EST

JE FAIS PAS QUE LA FAIRE, JE SUIS LA GUERRE- ENOKAES BELLUM EST

LA VIE C'EST LA GUERRE

EH BIN MON FRERE ON VA LA FAIRE

QUITE A FAIRE DE TOUS LEURS PARVIS DES ENFERS

 


 

 

juillet 2011

 

 

cimer au Mim's et au groupe basque OPOR 11 pour le concert du 27 juillet!!!

L'illustration de la radio klando permanente #7 est un collage signé SHAVED WOMAN une précieuse camarade de Belgrade.

Profitez en pour jeter un oeil au WONDERFULL WORLD OF DOOMSDAY GRAPHIC from serbia moda fucka!!!

 

Radio Klandestine Permanente #7

 

LA VALSE DES PENDUS

PAROLES: ENEDEKA MASKA / INSTRU: ENO KAES

je regarde avec ironie la valse des pendus /ils peuvent matter l'émeute pas la menace qu'elle brandit /peu importe le temps que ça prendra, peu importe le nombre d'année/on sait que c'est lui-même qu'il se pendra, que ce malade est condamné/désolé si j'ai le sourire glaçant et tendu /mon ton peut bien être cassant chaque jour ce sont nos frères qu'ils tuent/je regarde avec ironie la valse des pendus/ils peuvent matter l'émeute pas la ,menace qu'elle brandit/ le système s'achemine doucement vers une route qui se termine /car aujourd'hui les foules fulminent/tandis que les dirigeants font mine/ils font mine de diriger,/mais ils ont du mal à digérer/le fait qu'ils puissent voire/que le système pète du fait de ceux à qui ils ont laissé tant de pouvoir/des golden boys qui traitent leur pays comme des entreprises /faites pour enrichir les traders qui risquent pas de lâcher prise /chaque jour les technocrates font semblant,/font semblant de decouvrir /les raisons qui font que quand on sera ensemble, /il leur faudra bien courir /ils ont jouer nos vies comme des jetons sur une table de poker /c'est à leur tour d'avoir les j'tons, et pas seulement des pickpocket /je regarde avec ironie la valse des pendus /ils peuvent matter l'émeute pas la menace qu'elle brandit /ils peuvent nous envoyer leur flic /et dépenser leur fric /tout faire pour nous rayer de la terre/on refusera toujours de se taire, mec /empêcher de décoller le charter sur le tarmac /ils nous prennent pour leur pute, il est temps de tuer le mac/ok/ la peur nous a trop souvent condamné au silence /l'espoir de paix est un vain mot tant que ces squellettes dansent /ils nous brandissent comme une carotte /un espoir de croissance /ce n'est qu'un espoir pour le CAC40 /le notre est dans leur déchéance/on a déjà vu ce que ça donne lorsque ces porcs nous dominent / il est grand temps que ça détonne, trop longtemps que c'pays est leur domaine/ je regarde avec ironie la valse des pendus /une dernière pour la route, le sole devient glissant et pentu /désolé si j'ai le sourire glaçant et tendu /mon ton peut bien être cassant,chaque jour ce sont nos frères qu'ils tuent /toi t'es là, comme aterré /comme un gamin qui se serait perdu /qu'a passé l'aprèm' à errer /à prendre des routes qu'il aurait pas dû /ils ont abuser de ta confiance/ tu t'retrouves comme paralysé/ c'est bien ta souffrance qu'il finance /va falloir finir par l'analyser /t'as tout fait pour t'insérer /signé les papelards à la banque /c'est dans ton cul qu'ils s' sont réinserré /en te prenant pour un branque /personne ne s'étonnera si un jour tu pètes un cable /c'est sûr un jour ça détonnera comme les deux tours de Manhattan... /en attendant je regarde avec ironie la valse des pendus /ils peuvent matter l'émeute pas la menace qu'elle brandit...


 

 

juillet 2011

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #6

 

 

"COMME DANS LE POEME DE SHELLEY"

 

 

Instru: ENO KAES / Lyrics: Endeka Maska

Vous êtes accrochés à vos rêves, lachez les

comme dans le poème de Percey B. Shelley

"Voyez mon oeuvre, grands du monde et perdez espoir

il ne reste rien, que cette immense ruine, perdue dans l'infini des sables désolés"

j'ai vu disparaitre sous  mes pas bien des soles et

s'éteindre ici bas bien des soleils

j'en ai connu des gens biens, isolés

des inconnus qui viennent frapper à ma porte, ils sonnent et

disparaissent en laissant un paquet, souvenir gravé, comme le cd du paki...

puisse ton aventure être des plus démentiels

puisses tu vivre sans imposture, chaque instant comme essentiel

j'prie pour toi et les tiens pendant que mon étoile s'éteind

pendant que les étales s'étendent

ouvrez les stades, sortez les tantes

hier on peignait la toile, aujourd'hui on y rentre

mais dis moi qui s'attable, qui finit dans leur ventre

un flot d'information dont ils font tous mention

mais si ce n'est que des mensonges

alors, allons, passons...

Les hommes se sont mis à vaincre quand ils ont commencé à s'aider

mec, tu t'trompes si tu crois qu'on va finir par céder

juste un CD pour accéder à mes pensées acérées

dédiées aux proches décédés, aux potes qu'ils ont serrés

ils ont voulu faire de nous des êtres décérébrés

tout devient répréhensible, c'est incompréhensible

le savoir pris pour cible

on s'oublit dans cinq ou six bières

 laissé partir mes espoirs sur une civière

on s'accroche à ses rêves, les déconvenus sont sévères

on s'rapproche de ses reufs face à tous ces cerbères

on deal avec ce qu'on ne peut changer

la maison ne fait pas d'échange et

elle est cruelle avec l'étrange et l'étrangers

on s'active pour donner le change, faire du change

quite à s'mettre en danger

comme dans une guerre de tranchée

mieux vaut être une tronche que d'se faire tronché

As tu croisé les rois misérables

comme dans le poème de Shelley

des mythomanes, des clochards affables,

par la haine déchaîné

perdu dans leur récits légendaires,

loin de toutes ces horreurs

veulent se trouver là ou les gens errent

désertent la vérité à l'abris de leur erreurs

je ne veux pas vivre sur les lauriers de mes souvenirs

jeté à l'eau les cendres des jours passé

avant de sentir mon dernier souffle venir

j'ai trop préssé d'être dans le présent pour pouvoir trépasser

 

 


 

-NEWS DE FIN JUIN 2011-

 

"Plus l'temps de sortir les mouchoirs, quand ces merdes de shtars approchent

 quand tu m'parles , retire ta puce de ton mouchard de poche

 chelou ce double click quand tu decroches

et partout où tu vas y a ces deux whites avec des têtes de boches

l'oeil collé au juda de ta porte, tu n'ouvres même plus à tes potes

tes proches te le reprochent, te soupçonnent d'avoir les petoches

tu sors, tu louches sur ces gars à l'air louche avec dégaine d' l' arlouch'

jamais on te lache, tu rentres dans l'magos t'es pisté par l' garlouch' "

ENEDEKA MASKA 2008, extrait de ALARME A LA PARONIA  en live sur RADIO KLANDESTINE VOL.I

Illustré par TWK

l'occasion de vous inviter de nouveau à aller checker le super taff qu'il fait sur twk.net

 

 

Lontemps peu, ou pas, présent dans la sphère internet, qui reste un outil que certains ( comme moi) maîtrisent plus ou moins bien,il semblerait, que dans les caves des sous-soles de l'underground, ça conspire et ça réfléchit à se lancer sur le terrain des video en ligne.La section vido-propaganda du Kollektif H-war devrait pas tarder à donner de ses nouvelles, en attendant n'hésitez pas à allez voire ce qui se passe du cotés des sites d'Eretik (myspace) et Unik O'gree y a du nouveau à l'écoute et le premier et attendu Album d'Eretik  ne devrait plus tarder à sortir.

 

 

Découvrez sous peu (c'est une question de jours)RADIO KLANDO PERMANENTE#6 avec le morceau " COMME DANS LE POEME DE SHELLEY..."encore un morceau "démo", c'est à dire sans mixage digne de ce nom, ni mastering, mais à l'instar des free style video qui pullule sur la toile, il s'agit surtout de répondre  à l'envie impatiente de faire régulièrement découvrir de nouveaux sons, de nouveaux lyrics ( sans attendre l'hypotétique prochaine album), du moment qu'on comprend...c'est aussi ça LA RADIO KLANDO PERMANENTE !!! à écouter dans la rubrisue MUSIQUE.

**

- debut juin -

rassemblement de commémoration en hommage à Lamine, assassiné par la police, il y a 4 ans déjà

une pensée pour Zyed, Bouna, Laramine et tous ceux dont on ne parle pas.

 

 

ni oubli, ni pardon 

 

                            

 

RADIO KLANDESTINE PERMANENTE #5

 

2.0.10 HARDCORE

 

 

Morceau Demo enregistré en 2010

Sortie prévue dans le cadre de l'album à venir "une Bande Son pour les Nouvelles Invasions Barbares"

lyrics: enedeka maska instru: eno kaes aka enedeka maska enregistrement : unik O'gree

La haine de klasse à corps et à cris/ et mon cris est hardcore! /   en 2, 3, 4 accords moi jusqu'à Konacri j'viens mettre tout l'monde d'accords / "Hardcore" c'est ma version, le son de mes aversions / c'est ma leçon, ce que j'ai pris et appris, / c'que j'suis prés à prendre sans jamais retourner mon veston / fiston, on fait c'qu'on peut /"sur un rythme qui fait pah!" / casses toi si tu kiffes pas / mon morceau anti-porc! / hardcore! / En 2010, tes amis disent "hardcore!" / les anes médisent, hardcore! / pas 1 mais 10 / 10 fois plus hardcore! / des vérités qui dérangent bien plus que celle d'Al Gore / comme au bonto au puce /ils veulent la mettre à tout l'monde d'accord / partout pour la money ça coure / regarde même sarko et sa coure / comme des rats dans des roues d'secours / moi j'rêve de pendre ça , haut et cours! /  c'est enedeka maska / ma prediction pour les années 2010: hardcore! / c'est pas moi qui décide mais les p'tits frères décèdent

rien n'remplacera le vide laissé par Bouna et Zyed

 

 En 2010 combien de nouvelles bavures rien qu'à la Goutte d'Or / rien d'étonnant ici comme ailleurs, les porcs restent des porcs! /Du poste au dépot avec tes postes tu distribues des mandales / quand nous, on tombe pour outrage, vous, on vous distribue des médailles! / 2010, un équilibre chaque jour un peu plus frêle / s'étale parterre à Villiers-le-Bel, flic à terre, tires à balles réelles!

2. 0. 10 HARDCORE /CRIEZ LE BIEN, CRIEZ LE FORT /QU'ICI AUSSI ON NIQUE LES PORCS / PARCEQU'UN BON FLIC EST UN FLIC MORT /2.0.10 HARDCORE / FRAPPEZ VITE FRAPPEZ FORT / PARCEQU'UN BON FLIC EST UN FLIC MORT / RAPPELLE LEUR DONC QU'ICI ON MORD / QU'ICI ON MORD, QU'ICI ON MEURT / ET QUE CES PORCS CULTIVENT LA PEUR / ON LES NIQUE FORT AVECMES FRERES /FAUT ASSIEGER LEURS FORTS / FAIRE DE LEUR VIE DES ENFERS / C'QUI NOUS TUE PAS NOUS REND PLUS FORT / ILS VEULENT QU'ON CESSE D'ETRE FIER / FAUT PAS RELACHER L'EFFORT / POUR LEUR DIRE D'ALLER SE FAIRE

2010 hardcore /Un équilibre chaque jour un peu plus frêle / s'étale parterre à Villiers-le-Bel, flic à terre, tirs à balle réel / 2010 hardcore /on rêve que ça recommence encore / qu'une fois encore on se sente fort /comme en 2005, 2010 hardcore! / Que la peur change de camps et que ces porcs décampent / pendant qu'ils nous fabriquent des camps / toi, tu te branles jusqu'à la crampe / hardcore / t'attends qu'il frappe à ta porte, que ce soit les tiens qu'ils déportent c'est la carotte: le bruit des pantoufles pour masquer ceux des bottes / hardcore / j'attendrais pas de voire les miens dans des boites /pour aller mettre des coups de battes à ceux qui veulent nous abattre / 2010 hardcore / l'impression de ne pas en voire le bout / tandis que nos mères sont à bouts, font de leur souffrance un tabou / 2010 hardcore Les medias ne parlent que de burqua / on se focalise quand on s'enlise / ce pays célèbre ses poukaves! / Une décennie qui n'annonce que des soucis / des guerres, des émeutes, ce système se mène lui-même au suicide.

Comment ne pas voire que ça déconne / quand des gosses armés jusqu'aux dents fusillent leur camarades d'écoles! / 2010 Hardcore!/les yankees toujours en Irak / et Hollywood nous sors des films pour nous dire que c'est les GI qui craquent! / 2010 Hardcore / Tu fumes ton rack à Stalingrad / combien de cerveaux qui se détraquent au rythme des vies qui se dégradent! / 2010 Hardcore /d'espoirs cramés dans les cuillères / injectés dans les veines de ton frère /même si t'aurai pas cru ça de lui hier!/ 2010 Hardcore / Combien de vie qui tournent au drame / à cause d'un accident ou d'une arme / combien de mère dans les cimetierres pleurent leur fils tombés dans la came /tombés dans la came ou tombés sous les balles / on finit tous égaux... le jour où on canne!/ 2010 Hardcore /A coups de cutter on rêve de tailler des grattes ciels / quand à cause de ta couleur, les fafs veulent te pousser d'un quai de scène!/ 2010 Hardcore /Loyers, factures, amendes, les sales news de la factrice / qui te pousse à rentrer dans la banque braquer avec un gun factice!

2010 Hardcore Comme ce jeune bleu débarqué de sa campagne /débarque dans la cité et transpire sur son arme / Hardcore /putain ce mec se chie dessus et il lui font porter un flingue / un porc apeuré en pleine rue qui s'apprète à faire un truc dingue! /Car il a le doigt sur la gachette / le coup part et seul l'arrête / le crane de ton pote Omar, touché en pleine tête! /En 2010 ce sera pas le seul, encore un jeune sur le trottoire / des survêts qui servent de linceul des secours qui arrivent trop tard. /Et puis viendront les charognards / accro aux scoop comme à la came / pour la famille aucun égard, tout juste bonne à appeler au calme / Mais putain mais vivement que ça pète! mais putain mais vivement que ça crame /putain mais guette comme ils nous traitent, putain mais c'est nos frères qu'ils cannent!/ Toi tu cris à en perdre haleine et c'est un appel à l'aide /pendant que les porcs te terminent, frappés à mort dans un tarmi /et quand l'AP a la trouille c'est même ta mémoire qu'ils souillent / ils oseront parler de mort naturelle en disant qu'on t'a trouvé sur le lit /2010 Hardcore / des barbelés, des miradors / c'est l'horizon en rétention de cette france qu'on admire à tort / 2010 Hardcore / sans papier ligotés, étouffés à mort /déportés sur Air france, retenu dans des Hotels ACCOR /Camps de rétention, de détention, mais un camps reste un camps, s'agit toujours de concentration / et aprés ça ils veulent qu'on vote mais moi je chie dans leurs urnes comme une envie de prendre un glock, de finir comme Richard Durn!

2010, Hardcore, décennie hardcore /ce système pue la merde et demain c'est la même / c'est ça logique qui nous gangraine, y a pas moyen faut qu'on les ken! /2010 Hardcore, des fachos par millions, des porcs, qui votent encore pour qu'on déporte des peuples entiers comme en 40 / pas pour leur race mais pour leur classe / simplement parcequ'il ne rapporte pas assez au CAC 40 /Anti france vaincra par un jihad de classe!

persona-non-grata.jpeg 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site