LYRICS RADIO KLANDESTINE PERMANENTE

autonomie-ouvriere.jpgRKP # 1

 Une Bande son pour les Nouvelles Invasions Barbares

Je veux composer la bande son des nouvelles invasions barbares, poser sur des grosses basses au rythme de la baston que ça déferle sur les bastions de ces batards. Je veux composer pour ceux qui sont dehors les nuits d'émeutes, le citoyen se demande c'qui s'passe, Eux affrontent les porcs, fondent dessus comme des meutes...Avec ou sans la foi en Dieu mais avec toi Khoya, car se battre c'est bien mais se battre à deux c'est mieux.Du moment que l'idée est la même : ne pas attendre que les notres montent au ciel, pour que leurs vies soient belles.

Peu importe si on porte la barbe, du moment qu'on est de cette horde, dont on s'improvise "barde". Ceux qui face aux matraques ont su prendre des barres, prés à prendre les armes si un jour ils bombardent, ceux dont le sang sur le sole des villes, ceux qui lancent des pavés quand les soldats défilent, celui qui lève le poing quand on le veut à genoux,qui reconnait comme un des siens le lanceur de cailloux.

Entre celui qui tient le cock, celui qui le vise de son canon, l'homme est celui qui face à la souffrance à choisis de dire non, celui qui face à la misère a choisis de se battre, préfère mourir libre et en guerre que de vivre à quattre pattes.Protégé par l'insigne, il tue au nom de leur loi, faux frère de classe, indigne sous homme, , quand ils privent de leur toits, les mêmes êtres avec qui ils auraient bien pue grandir, ces traitres les saignent et les insultent sans peur de s'avilir.Mais à la vue du sang, il faut choisir son camps, et en nous tabassant ils ont manqué du cran, dont il faut savoir faire preuve pour avoir de l'honneur, pas comme ces porcs qui pour bien se faire voire  iraient donner les leurs

Je veux composer la bande son des nouvelles invasions barbares, poser sur des grosses basses au rythme de la baston que ça déferle sur les bastions de ces batards,avec ou sans la foi en dieu,mais avec toi khoya, car se battre c'est bien se battre à deux c'est mieux, du moment que l'idée est la même: ne pas attendre que les notre montent au ciel, pour que leur vie soit belle.

ils nous divisent pour mieux régner, petit frère revise, c'est pour mieux te dominer qu'ils font toi un homme niais, en t'abreuvant de bêtise avec leur émission, hier pour convertir la tise aida bien leurs missions.

L'histoire de notre classe est celle de ses luttes, l'histoire des salles de classe est celle des fils de putes, députés roi des présidents, la caste des seigneurs, faudrait qu'on les respecte alors qu'ils saignent leurs esclaves, leurs salariés, leurs citoyens,hier leurs cerfs, les siecles ont passés, les mots changent toujours les mêmes qu'on sert,on troque les chaines pour des salaires, faudrait qu'on s'taise quand crève, que soumis on observe, quand ceux qu'on aime sont vidés de leurs sèves, sont privés de leurs rêves...

Leur classe n'est pas la notre, c'est une caste qui nous castre, nous prive du concept de classe pour désigner les notres.

la bêtise crasse dans laquelle ils veulent que tu te vautres est sensé justifié ta misère genre "si t'es pauvre c'est de ta faute" alors que la raison pour la quelle tu galeres c'est pas ton carnet de notes, tu restes un esclave quand tu choisis le maître pour le quel tu votes.

Les fils des seigneurs deviendront des seigneurs , certains prols seront de ces salauds prés à saignés les leurs, des porcs aux ordres des procs, des flics et des mattons, ils assassinent dans ces ces usines à mort que l'on appelle prison,on y concentre les pauvres qui osent se rebeller, contre les lois d'un système tellement inique que tout pousse à les niquer

tout y est fait pour qu'on vive comme des merdes, c'est le non choix de ceux qui ont plus à gagner qu'à perdre à risquer la cabane quand tous les jours tu clamses à trimer comme un ane,tu canes sans avancer tu rames, t'engraisses ceux qui t'oppressent et te poussent sur le trottoire, les empires d'aujourd'hui sont les cendre de demain, si tu ne veux pas que le pire soit l'avenir, c'qu'il y a à prendre, il faut l'arracher de tes mains, détruire aujourd'hui pour pouvoir construire un lendemain, lutter jusqu'au jour qui me verra mourrir pour ma vie et celle des miens, au rythme de la baston des nouvelles invasions barbares.


RKP # 2

 Requiem I - un requiem, dés la naissance

( Enedeka Maska, 2004)twk_bb_seringues.jpg

Requiem, le flow de l'amer certitude / que ne serait-ce que nos mères vivent la servitude, /que nos soss' que nos frères connaissent la solitude, / qu'on est seul au milieu d'une foule, au plus bas même en altitude./ Enfile tes pompes funèbres à coups de fusils à pompe / vient zoner dans les ténèbres là où chacun s'effondre / lorsqu'on descend dans les bas-fonds et qu'les plafonds s'abaissent / même abonnés aux abîmes l'abandon aux abîmes nous blessent.

On veut garder la tête haute, faire crari bonne figure / mais sans avenir à construire c'est "Retour vers le No Futur" / le compte à rebours est over, au bout du rouleau au fure et à mesure / on commence à rêver de sang car y aura pas de révolution... / Requiem, c'est du son pure sang  - 100% -pour l'insurrection / pour un départ épique, prés à péter les plombs / Nique les citoyens, leur france, crève la République! / Ca sent l'gaz : sort ton zippo! L'ambiance est électrique.../ Départ en grande pompes, funèbres, sans flegme / car ceux qu'on aime / ne connaîtront même - même pas en rêve - de repos éternel... La vie c'est la merde, et aprés...plus rien. ça s'arrête.Merde...

Requiem, on devrait en jouer un dés la naissance, un Requiem, pour savoir sur quel pied on danse, dans ce système saigné par le non sens, vengeance pour l'engeance de tant de vie réduites silence!

Requiem, sans Bible et sans Coran / même si je crois que l'homme a crée Dieu / moi je ne suis pas croyant. / Requiem, je peux être ex-communié / interdit de synagogue, une fatwa dans la gueule / je n'interdis à personne de croire...mes balivernes/ pas de paradis , ni de grand soire, ni de jardin d'Eden / pour sûr l'enfer est sur terre lorsque l'homme s'en donne les moyens / plus rien ne m'étonne, l'erreur est humaine, et l'erreur c'est l'humain.

Requiem, j'enterre mes rêves/ mes derniers espoirs crèvent / l'espoir m'a mis un zeph / le désespoir pourrait règne(r) fort / du poid quotidien de l'expèrience / du retour constant au constat que la vie est engeance...

Requiem, on devrait en jouer un dés la naissance, un requiem, pour savoir sur quel pied on danse, dans ce système, saigné par le non sens / vengeance, pour l'engeance de tant de vies réduites au silence.

Requiem c'est le son de la sous-france/ soulé par l'odeur de souffre de son souffle rance / vengeance pour l'engeance de tant de vies réduites au silence / enedeka maska-tapultée la bouteille d'essence./ Requieml, à ceux qui rêvent de ken le système / un requiem à ceux qui rêvent de nique la France / N2k maska-goulé nique la france!


RKP # 3

 Cerveaux Grenades

Photo guillaume 003.jpg

J'suis au tiekar, wesh ma gueule! / c'est Besbar - Red Castle / Cametards de schtars avec sales gueules / et des gueushla qui dégueulent / leurs boites de sub sur l'trottoire / sav' de teush dans l' tiroire / 2008 sales histoires / les keufs me veulent au placard. / C'est du rap de pirate pas du rap de corsaire / c'est du rap de p'tite frappe, pas du rap de gangster / ils ont pas le temps les braqueurs, d'aller jouer les rappeurs / même si l'inverse est vrai , dit pas l'contraire, menteur! / Qui ferait des choses sèrieuses, pour aller s'afficher / ce serait la pire des donneuses, bon qu'à s'la raconter! /Les gamins, les gamines ont le cerveau grenade / 1, 2,3 j'dégoupille le savoir est une arme / Rap écrit dans les coins les pires des artères de nos villes / dans l'idée d'instruire et d' s'instruire pour la guerre civile!

Un fusil dans la main et un bouquin dans l'autre / j'viens me battre pour ma classe, la mifa et les notres / Un traître, même s'il s'en sort, n'en reste pas moins un chien / Il n'y a de réussite que là où on emmène les siens! / Les gamins, les gamines ont le cerveau grenade / Un, deux, trois, je dégoupille , le savoir est une arme / Le savoir est une arme, il faut armer les quartiers! / Réfléchir que ça crame, grenade dégoupillé!

T'as cru que j'étais chéper!?  T'as pas compris j' suis pire! / Partout où j'vais j'opère pour que la crise empire / Venu pour qu'on souligne les contradictions, remplir la première ligne pour l'heure de la confrontation. / Il faut choisir son camps, sache reconnaître ta classe / j'peux bien ne pas mettre de gant, ce système nous encastre / ce son vient de la rue, pas fait pour divertir / les même fils de teu-pu nés pour se faire servir / pas du son d'ascenseur mais des violons dansants / j'sucerai pas les censeurs, j'ai la violence dans le sang.

Refrain

Depuis le marteau et la faucille et leurs espoirs trompés / il reste que des tours qui vacillent pour parvenir à nous faire rêver / la follie nous gagne à force qu'on perde nos vies / le vécu comme seul bagage, la rage comme seule philosophie / "quel futur t'envisage?" seul entre quatre mur / "Tu veux me mettre en cage? Viens là que j'te défigure / Mais bien sûr qu'on pète un cable quand tout est fait pour que ça saute  / Y a pas besoin de naître "instable", quand chaque pan de ta vie se vautre /Subvenir aux besoins des siens, en se disant que le hasch / peut conduire loin de ses desseins, loin d'eux en taule ou en HP / Y a que les pauvres qui payent l'addition de la situation sociale, ils veulent nous pousser à la réddition , on fera tout pour que ça tourne mal! / Y a pas le choix , il faut qu'on s'arme, nourrir, son cerveau et son âme / de la braise dans les amygdales, je les boufferai comme Hannibales / par la plume et l'épée, par l'action et l'écrit, sur mon coeur je vous promet une guerre sans merci.


 

 

RKP # 4

 Anti-France Vaincra par un Jihad de Klasse

tract antifrance

L'Anti-France n'a pas de papier, pas de leader , pas de demande / elle n'a pas de revendication car elle est encore vivante, aujourd'hui décriée, mais triomphante / l'Anti-france brûle les voitures, frappe les flics à terre et à vélo / le jour de l'an  et le reste de l'année en attendant les J. O. / elle est partout où tu respires l'insurrection, le désire brûlant du chaos! / Saute sur toute occasion de foutre la merde / tu kiffes ton drpeau? Ta nation? Eh bin nique ta mère! / L'Anti-france a tout à gagner puisqu'elle n'a rien à perdre! / La jeunesse anti-française arrive, les p'tits bourgeois se sauvent / Ils flippent de la racaille, veulentnous mettre en cage en nous traitant de fauve / Rejoins l'Anti-france, le seul risque que tu cours c'est de n'pas mourir pauvre!

Anti-france vaincra par un Jihad de classe!

Président Rock-star rêve de solo à Nuremberg / ça craint, ça sent le schtar pour Mustapha comme hier Rosenberg / ça sert à rien de s'attaquer qu'à Sarko, partie émergée de l'iceberg / on aura beau fumer ce gars là, tu te feras toujours chier dessus par ces riches qui s'empiffrent dans les galas / les entends-tu qui gueulent à qui veut l'entendre que la France est une terre d'accueuille - wesh c'est ça ma gueule! / Quand l'été est trop morne, tous les chemins mènent aux Roms / Envoyez les gendarmes, l'été 2010 a ses nouveaux Pogroms! / Traités, pire que des chiens, quelle star pleura parcequ'on les abandonne!? / Toujours les mêmes qui trinquent, pour les pauvres y a toujours maldonne / des coups de tonfa, wesh mon gars, c'est tout ce que le gouvernement nous donne! / La logique dans ce système, le plus faible a toujours tort,  tout est fait pour que le plus riche concidère toujours qu'il est le plus fort / On aurait du faire sauter le Fouquet's le soir des élections ou flinguer tous ces porcs!

Anti-france vaincra par un Jihad de Classe!

Toi qui hait la france ses villes et ses campagnes / sa bêtise crasse et son bon sens / ses flics et ses gendarmes : frappe la france la france sous la ceinture e aux couilles / par haine par défis, par vengeance pour toutes ces fois où tu douilles! / dans l'indifférence générale où avec la complicité de la foule / traité comme une merde parceque t'es pauvre , traité de nègre, traité de crouille / brisé t'as top timé , tu craques , comme un molotov qui éclate / Vole, pille, sabote et crache! Fraude, agresse, saccage et braque! / Hooligan, squatteur-kasseur, Racaille-anar, pirate urbain / frappe du couteau de l'assassin / Rejoins l'anti-france c'est une section de l'anti-monde / soldat sans grade de cette armée sans nom qui gronde, oeuvre dans l'ombre / Seule la lutte criminelle est vivante! Attends un peu que brûle leur métropole que les bourgeois déchantent!


RKP # 5

 2.0.10 HardCore

enokaes-11.jpg

La haine de klasse à corps et à cris/ et mon cris est hardcore! /   en 2, 3, 4 accords moi jusqu'à Konacri j'viens mettre tout l'monde d'accords / "Hardcore" c'est ma version, le son de mes aversions / c'est ma leçon, ce que j'ai pris et appris, / c'que j'suis prés à prendre sans jamais retourner mon veston / fiston, on fait c'qu'on peut /"sur un rythme qui fait pah!" / casses toi si tu kiffes pas / mon morceau anti-porc! / hardcore! / En 2010, tes amis disent "hardcore!" / les anes médisent, hardcore! / pas 1 mais 10 / 10 fois plus hardcore! / des vérités qui dérangent bien plus que celle d'Al Gore / comme au bonto au puce /ils veulent la mettre à tout l'monde d'accord / partout pour la money ça coure / regarde même sarko et sa coure / comme des rats dans des roues d'secours / moi j'rêve de pendre ça , haut et cours! /  c'est enedeka maska / ma prediction pour les années 2010: hardcore! / c'est pas moi qui décide mais les p'tits frères décèdent

rien n'remplacera le vide laissé par Bouna et Zyed

 NIIK-12.jpg

 En 2010 combien de nouvelles bavures rien qu'à la Goutte d'Or / rien d'étonnant ici comme ailleurs, les porcs restent des porcs! /Du poste au dépot avec tes postes tu distribues des mandales / quand nous, on tombe pour outrage, vous, on vous distribue des médailles! / 2010, un équilibre chaque jour un peu plus frêle / s'étale parterre à Villiers-le-Bel, flic à terre, tires à balles réelles!

2. 0. 10 HARDCORE /CRIEZ LE BIEN, CRIEZ LE FORT /QU'ICI AUSSI ON NIQUE LES PORCS / PARCEQU'UN BON FLIC EST UN FLIC MORT /2.0.10 HARDCORE / FRAPPEZ VITE FRAPPEZ FORT / PARCEQU'UN BON FLIC EST UN FLIC MORT / RAPPELLE LEUR DONC QU'ICI ON MORD / QU'ICI ON MORD, QU'ICI ON MEURT / ET QUE CES PORCS CULTIVENT LA PEUR / ON LES NIQUE FORT AVECMES FRERES /FAUT ASSIEGER LEURS FORTS / FAIRE DE LEUR VIE DES ENFERS / C'QUI NOUS TUE PAS NOUS REND PLUS FORT / ILS VEULENT QU'ON CESSE D'ETRE FIER / FAUT PAS RELACHER L'EFFORT / POUR LEUR DIRE D'ALLER SE FAIRE

2010 hardcore /Un équilibre chaque jour un peu plus frêle / s'étale parterre à Villiers-le-Bel, flic à terre, tirs à balle réel / 2010 hardcore /on rêve que ça recommence encore / qu'une fois encore on se sente fort /comme en 2005, 2010 hardcore! / Que la peur change de camps et que ces porcs décampent / pendant qu'ils nous fabriquent des camps / toi, tu te branles jusqu'à la crampe / hardcore / t'attends qu'il frappe à ta porte, que ce soit les tiens qu'ils déportent c'est la carotte: le bruit des pantoufles pour masquer ceux des bottes / hardcore / j'attendrais pas de voire les miens dans des boites /pour aller mettre des coups de battes à ceux qui veulent nous abattre / 2010 hardcore / l'impression de ne pas en voire le bout / tandis que nos mères sont à bouts, font de leur souffrance un tabou / 2010 hardcore Les medias ne parlent que de burqua / on se focalise quand on s'enlise / ce pays célèbre ses poukaves! / Une décennie qui n'annonce que des soucis / des guerres, des émeutes, ce système se mène lui-même au suicide.

Comment ne pas voire que ça déconne / quand des gosses armés jusqu'aux dents fusillent leur camarades d'écoles! / 2010 Hardcore!/les yankees toujours en Irak / et Hollywood nous sors des films pour nous dire que c'est les GI qui craquent! / 2010 Hardcore / Tu fumes ton rack à Stalingrad / combien de cerveaux qui se détraquent au rythme des vies qui se dégradent! / 2010 Hardcore /d'espoirs cramés dans les cuillères / injectés dans les veines de ton frère /même si t'aurai pas cru ça de lui hier!/ 2010 Hardcore / Combien de vie qui tournent au drame / à cause d'un accident ou d'une arme / combien de mère dans les cimetierres pleurent leur fils tombés dans la came /tombés dans la came ou tombés sous les balles / on finit tous égaux... le jour où on canne!/ 2010 Hardcore /A coups de cutter on rêve de tailler des grattes ciels / quand à cause de ta couleur, les fafs veulent te pousser d'un quai de scène!/ 2010 Hardcore /Loyers, factures, amendes, les sales news de la factrice / qui te pousse à rentrer dans la banque braquer avec un gun factice!

2010 Hardcore Comme ce jeune bleu débarqué de sa campagne /débarque dans la cité et transpire sur son arme / Hardcore /putain ce mec se chie dessus et il lui font porter un flingue / un porc apeuré en pleine rue qui s'apprète à faire un truc dingue! /Car il a le doigt sur la gachette / le coup part et seul l'arrête / le crane de ton pote Omar, touché en pleine tête! /En 2010 ce sera pas le seul, encore un jeune sur le trottoire / des survêts qui servent de linceul des secours qui arrivent trop tard. /Et puis viendront les charognards / accro aux scoop comme à la came / pour la famille aucun égard, tout juste bonne à appeler au calme / Mais putain mais vivement que ça pète! mais putain mais vivement que ça crame /putain mais guette comme ils nous traitent, putain mais c'est nos frères qu'ils cannent!/ Toi tu cris à en perdre haleine et c'est un appel à l'aide /pendant que les porcs te terminent, frappés à mort dans un tarmi /et quand l'AP a la trouille c'est même ta mémoire qu'ils souillent / ils oseront parler de mort naturelle en disant qu'on t'a trouvé sur le lit /2010 Hardcore / des barbelés, des miradors / c'est l'horizon en rétention de cette france qu'on admire à tort / 2010 Hardcore / sans papier ligotés, étouffés à mort /déportés sur Air france, retenu dans des Hotels ACCOR /Camps de rétention, de détention, mais un camps reste un camps, s'agit toujours de concentration / et aprés ça ils veulent qu'on vote mais moi je chie dans leurs urnes comme une envie de prendre un glock, de finir comme Richard Durn!

2010, Hardcore, décennie hardcore /ce système pue la merde et demain c'est la même / c'est ça logique qui nous gangraine, y a pas moyen faut qu'on les ken! /2010 Hardcore, des fachos par millions, des porcs, qui votent encore pour qu'on déporte des peuples entiers comme en 40 / pas pour leur race mais pour leur classe / simplement parcequ'il ne rapporte pas assez au CAC 40 /Anti france vaincra par un jihad de classe!


 

RKP# 6

Comme dans le poème  de Shelley

images1.jpg

Vous êtes accrochés à vos rêves, lachez les / comme dans le poème de Percey B. Shelley / "Voyez mon oeuvre, grands du monde et perdez espoir / il ne reste rien, que cette immense ruine, perdue dans l'infini des sables désolés" /j'ai vu disparaitre sous  mes pas bien des soles et /s'éteindre ici bas bien des soleils / j'en ai connu des gens biens, isolés / des inconnus qui viennent frapper à ma porte, ils sonnent et / disparaissent en laissant un paquet, souvenir gravé, comme le cd du paki...

puisse ton aventure être des plus démentiels /puisses tu vivre sans imposture, chaque instant comme essentiel / j'prie pour toi et les tiens pendant que mon étoile s'éteind / pendant que les étales s'étendent / ouvrez les stades, sortez les tantes / hier on peignait la toile, aujourd'hui on y rentre / mais dis moi qui s'attable, qui finit dans leur ventre / un flot d'information dont ils font tous mention / mais si ce n'est que des mensonges / alors, allons, passons...

Les hommes se sont mis à vaincre quand ils ont commencé à s'aider / mec, tu t'trompes si tu crois qu'on va finir par céder /juste un CD pour accéder à mes pensées acérées / dédiées aux proches décédés, aux potes qu'ils ont serrés / ils ont voulu faire de nous des êtres décérébrés /tout devient répréhensible, c'est incompréhensible / le savoir pris pour cible / on s'oublit dans cinq ou six bières /  laissé partir mes espoirs sur une civière

on s'accroche à ses rêves, les déconvenus sont sévères / on s'rapproche de ses reufs face à tous ces cerbères / on deal avec ce qu'on ne peut changer / la maison ne fait pas d'échange et / elle est cruelle avec l'étrange et l'étrangers / on s'active pour donner le change, faire du change /quite à s'mettre en danger / comme dans une guerre de tranchée / mieux vaut être une tronche que d'se faire tronché

As tu croisé les rois misérables / comme dans le poème de Shelley / des mythomanes, des clochards affables,  / par la haine déchaîné / perdu dans leur récits légendaires,  / loin de toutes ces horreurs / veulent se trouver là ou les gens errent / désertent la vérité à l'abris de leur erreurs / je ne veux pas vivre sur les lauriers de mes souvenirs / jeté à l'eau les cendres des jours passé /avant de sentir mon dernier souffle venir / j'ai trop préssé d'être dans le présent pour pouvoir trépasser

 


 

RKP # 7

La Valse des Pendus

noks-ENEDEKA-MASKA.gif

Je regarde avec ironie la valse des pendus /ils peuvent matter l'émeute pas la menace qu'elle brandit /peu importe le temps que ça prendra, peu importe le nombre d'année/on sait que c'est lui-même qu'il se pendra, que ce malade est condamné/désolé si j'ai le sourire glaçant et tendu /mon ton peut bien être cassant chaque jour ce sont nos frères qu'ils tuent/je regarde avec ironie la valse des pendus/ils peuvent matter l'émeute pas la ,menace qu'elle brandit/ le système s'achemine doucement vers une route qui se termine /car aujourd'hui les foules fulminent/tandis que les dirigeants font mine/ils font mine de diriger,/mais ils ont du mal à digérer/le fait qu'ils puissent voire/que le système pète du fait de ceux à qui ils ont laissé tant de pouvoir/des golden boys qui traitent leur pays comme des entreprises /faites pour enrichir les traders qui risquent pas de lâcher prise /chaque jour les technocrates font semblant,/font semblant de decouvrir /les raisons qui font que quand on sera ensemble, /il leur faudra bien courir /ils ont jouer nos vies comme des jetons sur une table de poker /c'est à leur tour d'avoir les j'tons, et pas seulement des pickpocket /je regarde avec ironie la valse des pendus /ils peuvent matter l'émeute pas la menace qu'elle brandit /ils peuvent nous envoyer leur flic /et dépenser leur fric /tout faire pour nous rayer de la terre/on refusera toujours de se taire, mec /empêcher de décoller le charter sur le tarmac /ils nous prennent pour leur pute, il est temps de tuer le mac/ok/ la peur nous a trop souvent condamné au silence /l'espoir de paix est un vain mot tant que ces squellettes dansent /ils nous brandissent comme une carotte /un espoir de croissance /ce n'est qu'un espoir pour le CAC40 /le notre est dans leur déchéance/on a déjà vu ce que ça donne lorsque ces porcs nous dominent / il est grand temps que ça détonne, trop longtemps que c'pays est leur domaine/ je regarde avec ironie la valse des pendus /une dernière pour la route, le sole devient glissant et pentu /désolé si j'ai le sourire glaçant et tendu /mon ton peut bien être cassant,chaque jour ce sont nos frères qu'ils tuent /toi t'es là, comme aterré /comme un gamin qui se serait perdu /qu'a passé l'aprèm' à errer /à prendre des routes qu'il aurait pas dû /ils ont abuser de ta confiance/ tu t'retrouves comme paralysé/ c'est bien ta souffrance qu'il finance /va falloir finir par l'analyser /t'as tout fait pour t'insérer /signé les papelards à la banque /c'est dans ton cul qu'ils s' sont réinserré /en te prenant pour un branque /personne ne s'étonnera si un jour tu pètes un cable /c'est sûr un jour ça détonnera comme les deux tours de Manhattan... /en attendant je regarde avec ironie la valse des pendus /ils peuvent matter l'émeute pas la menace qu'elle brandit...


RKP # 8

 Vita est Bellum

vita-bellum-est-II.jpeg

J'ai balladé mon regard /tailladé l'époque de ma plue /là où tu t'fais latté quand tu t'égares /découvre que même tes potes t'en mette une / je me suis retrouvé écorché /obligé de dégorger / ce trop plein d'émotion à l'arraché /pour éviter de m'égorger /aprés un pétage de cable / alarme assaut de paranoia / mes démons et mes haines qui s'attablent / victoire d'un K.O par noïade mais aprés tu t'attendais à quoi? / tu croyais que je resterais là / harassé à me laisser menacer /pensais tu que j'étais si las /que tu pourrais enfin me tabasser / exhausser tous tes fantasmes pervers /à se laisser rabaisser /on termine dans les faits divers / toi tu rêves de dominer /les êtres qui t'entourent / les priver de liberté /en leur parlant d'amour /tu confonds le respect, la crainte et le dégoût /tu parles de respect, penses inspirer la crainte mais provoques le dégoût /c'est dingue, hein!/ certaine relation semblent recréer les logiques du système /ça te flingue, hein... /cette manière de reproduire les mécaniques des rapports qui nous gangraine / merde... /je ne rentre plus dans leur jeux /j'ai finis par comprendre c'que j'avais à y perdre /ce que j'aurai dû comprendre neu-jeu /à écouter ceux qui s'prennent pour tes chefs/ en te parlant d'anarchie /critiquent, condamnent ce dont ils rêvent / s'astiquent sur c'qu'on croit qu'ils conchient...

 J'ai essayer d'affronter ma haine /j'en ai décrit l'anatomie /j'ai composé mes requiem /chanté la mort pour vivre ma viepartout ce même constat de guerre / mène ma réflexion sur la violence / libératrices et suicidaires /mes conclusions et mes errances/mon discours cruellement sincère / rend mes questions existencielles /sans aucun détour je m'incère /dans l'insurrection essentielle /y a pas d'accouchement sans violence /j'ai déchiré le placenta /un hurlement à la naissance /pour le reste chéri, tu patienteras/ partout j'ai vu des lignes de front des champs de batailles et des tranchées /quand la forme élimine le fond/ le camps des "rataïs" nous a tronché / réappropriation prolétaire /pour que cet outil soit mon arme /face à la domination se taire /c'est lui dire "oui", perdre son âme... /porter l'écho de ceux qui luttent /nos cris de rage et de vengeance /sortir les crocs, hater leur chûte /briser nos cages et cette engeance /que nous reste-t-il à vivre camarade? /j'ai ce goût de sang dans la bouche /mon coeur ivre qui bat la chamade /et ces coups de sang à la louche/j'ai choisis l'antagonisme/ comme valeur pour désigner ma classe / que fais tu lorsqu'on agonise /face à la peur et à leur caste?/Un pauvre qui leur sert de matton/ qui enferme d'autres pauvres en cellule / qui va jouer le flic pour les patrons /dis moi est ce ton frère qui t'encule? / et un ouvrier qui ratonne / pour oublier sa frustration / oublie -t-il que le "crouille" qu'il bastonne/connaît bien la même condition?

Dans un système de lutte de classe /je ne reconnaît que celle qui lutte/ si t'aime les brutes qui nous écrasent/ crève donc avec ces fils des putes! /On plus c'qu'on fait que c'qu'on dit/ce combat se mène dans tous nos rapports /aprés tout je ne suis que ce que je suis / un Jihad intèrieur d'abord.

La vie m'a mis K.O. / j'me relève et j'l'étale / faut toujours un Chaos / pour faire naître une étoile...

LA VIE C'EST LA GUERRE - VITA BELLUM EST / JE FAIS PAS QUE LA FAIRE, JE SUIS LA GUERRE- ENOKAES BELLUM EST / LA VIE C'EST LA GUERRE /EH BIN MON FRERE ON VA LA FAIRE /QUITE A FAIRE DE TOUS LEURS PARVIS DES ENFERS


RKP # 9: Rien de Demain

images-NIIK-RIEN-DE-DEMAIN.jpeg

Forcément j'suis affligé par les MC's et leurs postures / Dans les mêmes rôles, ils sont figés, s'affiche jusqu'à l'imposture / Bain d'acide dans l'bide, j' m'esclaffe et j'vomis mon sang / Mon blaze, appel à l'homicide, j'tire une taff et j'vous met mon son / Va-z-y fais tourner ton micro, j'débarque avec mon équipe / Moi, j'Kick avec Uniko, braille sur les Back d'Eretik / du rap de klasse, hardcore par définition / je dérape et je déclasse, du vécu pas de la fiction / je suis venu squatter la vie et voler tout c'que je peux dedans / que les porcs viennent m'expulser je n''partirai qu'avec les deux pieds devant le poing tendu vers le ciel, en faisant un gros oid' / à tous ces porcs qui me foutent la haine, à ces porcs qui m'restent à haggar / rien, on a rien sans ri/ en / nan, rien qu'est ce qu'on attend rien / nan, rien, qu'est ce qu'ils nous offrent rien / rien que des mensonges qui viennent nous hanter jusque dans nos songes/ rien j'n'attend rien de demain / moi, tout c'que je veux c'est faire le bien pour les miens / faire c'qu'il y a à faire, l'arracher de mes mains / j'laisserai pas ma vie être un spectacle dont je s'rai le témoin

(...)

- partie de Uniko-

(...)

On a tout à perdre à attendre quand on s'bat pour les siens / faut qu'on s'organise , on est beaucoups de petits faut qu'on les destabilise, 1,2,3 c'est partistu t'sens impuissant face aux choix d'la vie / face aux puissants imposant leurs avis / t'és né à poil et tu finiras poussière / à part les / riches, ceux qui sont "au poil" c'est ceux qui poussaient d'jà hier / oublis ta morale de catho, la vie est une catin / personne te fera d'cadeau, ici t'as rien contre rien / mec tu n'auras rien en restant poser sur ton cul / rappliques on verra bien, c'est déjà mieux quand tu t'occupes /si tu t'occupes pas de politique, les politiques s'occupes de toi / dans la réflexion sois prolifique, si tu veux t'récupérer toi  / veulent faire de toi une larve, branchée à ta télévision /que tu restes ici et qu'tu baves, attends de voter aux élections /votes, rien ne changera rien /quand tu votes, ça tu le sais bien /c'est juste choisir selon leur désir /le prochain sir qui mènera le cirque /comme un spartiate moderne, j'préfère les occire...


RKP # 10

 "Reste en Guerre, le Dernier Salut au P4

wok-niiik.jpg

 e putain de telephone qui sonne / la faucheuse a encore frappé / c'est jamais  juste quand y a mort d'homme / à croire qu' faudrait être pourri pour rester / la liste s'allonge , nous laisse aphone / chaque nom qui s'ajoute  vient nous lester / te fait réfléchir à quand tu déconnes / au temps que tu perds à te détester ... /Mon frère, que voulais  tu faire sur cette terre / que je puisse continuer / je sais que tu fais partie de ceux que l'enfer / ne peut qu'épargner.../ si tant est qu'il existe.../ le paradis, belle idée  pour les mères tristes/ tu nous laisses là, on reste les deux pieds dans la matrice / maintenant ce s'ra aussi en ton nom qu'on résiste / tristes sires, en deuil de ton empire / on avance "groupiert", j'fais l'pitre sans oublier qu' ça empire... /Conscient qu'nos noms de guerre, nos poses, ne peuvent suffir à te faire revenir / mais si on oublie c'qui nous oppose le temps d'un fou-rire ça devrait t'faire sourire / peu  importe où tu te tiens / saches que j'porterai toujours un regard sur les tiens./ Wesh mon pote, que le diable nous emporte / si on oublie qui sont les notres.../A croire qu'elle tape à l'aveugle cette sotte.../ la mort, cette salope, a mis ton nom sur  son bulletin de vote / tu payes la note, et c'est une part de nous que  t'emporte, / j'ai la rage...mais à qui la faute? / si ça prend une tournure si glaugue.../ Un banal accident d'scooter./ La vie d'ma mère, j'sors le glock si ils viennent me dire que c'était ton heure!/ Y a pas d'heure pour  partir comme ça / j'manque pas d'air, mais défie les cieux / d'm'expliquer qu'il y a une logique à tout ça, / ferait mieux de pas exister le vieux. /Nous en veux pas si on sort / les vynils du temps où tu chantais encore / souvenir d'une vie pris à bras le corps / dans une tourmente de nuits blanches un putain d'corps à corps./ Sois fier de c'que t'as fait tu sais que / c'est déjà un canif planté dans l'échine du siècle! /PAS DE R.I.P./ICI C'EST RESTE EN GUERRE/ C'EST LE SALUT DU P4MEME SANS REPLAY / AUJOURD'HUI COMME HIER / DU TEMPS DES VIREES EN 104 /Missile tomawak / qu'explose dans la nuit / comme une charge de c4 / tu nous laisse en choc / une dose de vie / dans nos coeurs à jamais intacts / l'image de ton visage, le son d'ton rire et 400000 souvenirs gravés dans la mémoire / de tous tes refrés réunis pour le meilleur du pire dans l'adversité d'un soir / de septembre.../qu'on t'enterre ou que s'envole tes cendres / dans l'air raisonnent les mots en sang et les sanglots des amis qui te chantent... /l'âme en peine, aux tiens je souhaite la paix, dernière virée, funéraire est le fiacre /pas de RIP, ici c'est "reste en guerre", dernier salut au P4


 RKP #11

LA MORT AU TOURNANT

twk-jugements.jpg

 

Des p'tites phrases, des piques, nique les timiniks sa mère/ les timiniks ça mène à ces techniques amers / ça couine, ça geint pour attirer l'attention / aveugle, sourd et muet comme le singe, ça m'attire que de la tension / attention, chacun attend son heure et les temps sont  dures / donc les tensions durent et s'amplifient / tu noircis ton caleçon ture- / ceinture sur les genoux / succins les regards dures- dans la main un zeudou / un flingue à la ceinture? comme dit l'autre "pas d'yeux doux"...

A t'en taper la tête parterre / à en finir en nage / tu ne sais pas quel choix il faut faire / alors fais celui du courage / la vie est courte, la vie est dure / donc profite de chaque instant / mieux vaut quelques heures d'aventures qu'une éternité de néant...

On a arpenté le bitume / monté mille fois ces quatres étages / c'est sans regret, sans amertume / qu'on avance avant de prendre le large/ à chaque jour qui passe / à chaque heure qui s'envole / c'est le temps qui se casse, trépasse / dans une nouvelle parabolle...Avec la mort au tournant...

On ne pourra pas tout prévoire / on ne pourra pas tout préparer / chacun sort de son "terroire" / à l'assaut d'la vie comme un taré .../ Qui surgira sur ta route ? / Qui se fera écrasé? / Qui sera celle qui te mettra le doute / sur ton quotidien de "mec casé"? /Qui saura gravir les échelons / pour mieux s'écraser comme une merde? / Qui sera manquant comme le chainon / le jour où tu te verras tout perdre? / Qui sera là pour te tendre la main / pour mieux te mettre un doigt? / Qui verra un signe du malin / quand tu penseras faire ce que tu dois? / Qui sera à l'origine de ta chute? / Si ce n'est le reflet dans ton miroir, / quand tu les traiteras de fils de putes / tellement sûr de t'être fait avoir.../ Mais qui aura commis ces choix / que t'as tant d'mal à assumer ?/ Et toutes ces larmes, qui les sèchera? / Et cette main, qui va la lever?Avec la mort au tournant...

J'ai le tournis en m'retournant / j'suis étourdis, la mort au tournant / Bien entourés dans les tourments, j' fais la tournée des mauvais tours en / hurlant à la mort / j'suis mort en tournant.../ Tu sais, que la belle dort et qu'on crève en se tordant / de rire face à l'avenir qui s'évade / j'suis qu'une poussière qui s'efface / je trace ma route sans perdre la face...'vec la mort tournant...


 

rigole-bourgeois.jpegRIGOLE BOURGEOIS, JE CREUSE... TA TOMBE

Le souffle court, comme un goût de sang dans la bouche /comme un son sourd...pas eu le temps d'trouver ça louche /je m'écrase, lourd, et le pavé me touche / j'ai dans le crane un tambour, un fusil à pompe, une cartouche.

Pas d'la musique de chambre, mais les orgues de Staline; / Un flic qui m'enjambe dans les éclats de vitrines, / l'écho d'un  porc qui rigole, envie de vengeance incandescente. / Attends un peu que brûle leurs métropoles que les bourgeois déchantent...

Une machine, un bip d'hosto / j'ai pas besoin de pacemaker / pas déchine à courber, costaud / c't'odeur de pisse mécoeure / j'suis pas un peace maker /c'est du h-war je chante la guerre civile / la paix t'a laissé choire / ici il n'y a guère de civil / pas d'innocents, ici, ils vivent, naissent et meurent servils / avec notre sang, ils nous décrivent comme des êtres si vils...

La vie est merveilleuse...même sous intra-veineuse / ça s'finit en boite avec comme une odeur de sapin. / Séduisante, cruelle et vénéneuse... devine qui mène la danse? /Un tas de matière cancéreuse...vaut mieux pas qu'on y pense.

L'esprit plein de rage, pas un lache, pas un de ceux qu'on achète. /Dans cet océan de merde, je nage,le doigt sur la gachette./ Sois scred avec tes proches si tu veux pas qu'ils trouvent ta cachette / j'ai pas un sous dans les poches, mais la main sur la machette.

Attends un peu que brûlent leurs métropoles, que les bourgeois déchantent...

Comme tenu à la vie par un défébrilateur / la vie ne tient qu'à un file, certains la fuient par peur / "t'inquiète mec, c'est c'qu'ils souhaitent / va pas déranger leurs affaires" / mais moi mec, rien ne m'arrêtent / t'inquiète je sais c'que j'ai à faire ... / pendant que certains attendent / d'autres s'activent dans la pénombre / j'ai le doigt sur la détente / la foi en l'armée de l'ombre.../Il 'sagît pas de ceux qui s'agitent / s'noîent dans la bave de leurs palabres / pendant qu'ils se mesurent la bite / s'astiquent dans leur palais de marbre / comme dirait pog: " la jeunesse lumpen en cage, fait des peupoms sous cachetons / tandis que les bourges [règnent sans partage] et jouent à la révolution"

Alors que brûlent leurs valeurs et leurs manière de faire / les plus cruels des voleurs, c'est sur les pauvres qu'ils font leurs affaires / Brûlent leurs rôles et leurs masques / ce par quoi ils te trompent / quand toi tu colles à leurs basques en attendant que quelque miettes tombent...

Rigole bourgeois! Je creuse...mais je creuse ta tombe.

Si ta femme est heureuse c'est sûrement qu'elle te trompe.


RKP  Hors Série I :  REPUBLIK FRANCAISE 2011

republik-francaise.jpeg

 

Enedeka:

Dans un stade boulevard de Chanzy/ c'est juste la lutte qu'on choisit / des gamins au milieu des tentes, mordu par le froid de novembre / c'est bien les années 2000 en pleine Republique française / comment la retenue pourrait être de mise? , quand c'est toujours les même qu'on laise / reconnu soixante ans trop tard, le rôle des tirailleurs sénégalais / des murs,des routes construit par des noirs, leurs enfants sont là entrain d'se les cailler / pour revendiquer quelques droits, quelques miettes à grapiller / nettoient ta merde, montrés du doigt, quand il s'agit de sortir les billets / "c'est pratique hein, des travailleurs sans pap sous la main!?" / tu cotises, rien, dis pas qu' "ça paye bien "pour du gros taff du soir et matin.

C'est bien l'année 2011 en pleine République Française / z'ont pris les diamants, l'or et le bronze / maintenant c'est leurs petits enfants qu'ils baisent / ils ont fermésles frontières / l'Europe fermé comme un bunker / je me battrai pour mes frères, international franc-tireur

-Van patter part I-

Matte les orgas gauchistes, venu faire leur beurre / à coups de couplets misérabilistes, pour reloger quelques leaders / pas de cas par cas / faudrait que ce soit tout le monde ou personne / sort la cagoule sous la parka / c'est le cri des frères qui raisonne / montre ta tête à la télé, femmes et enfants en première ligne / "commission d'attribution"!? Aidez les! / ici la lutte est klandestine / quand tu vois ce à quoi se destinent, les orateurs et jeunes soutients / eux c'est leur carrières qu'ils dessinent, quand toi tu crèves avec les tiens.

Je me battrais pour mes frères, c'est enedeka et Van patter!

-Van Patter part II-


 

RKP HORS SERIE II

 PERSONA NONGRATA

 jolly-rogers.jpg

Enedeka c'est Persona non grata / Salut moi c'est enedeka maska / j'suis juste persona non grata / au mic, j'ai la vérité qui blesse / j'les .., la caviaro-cratie je la baise / pas un adepte de la bienséance, je préfère réviser mes sciences / "Prolétaire, ta meilleure amie c'est la chimie" / chimi yeah chimi yo / ma gueule c'est cheum comme la chimio / j'lis la peur sur leurs visage "faites les taire, ils ont trop la rage " .

Tu peux dire que mon rap est vulgaire / juste bien moins que cette guerre / qui met ses enfants sur le trottoire / quand s'enrichissent les putes en costard. / Chacun sa vérité? La mienne est crue comme la cruelle réalité / c'est pour ça qu'il faut pas m'inviter si ça trop peur d'être irrité / par le rappel au réel, mon message n'est pas un poème / en impro j'aime, fleurir leur tombe de chrysantème / j'm'attèle en plein anathème à démolir le modèle / de c't' arnaque qu'ils disent née à Athènes [ la demo-koi?] / j'ai des loups sur mon Totem / j'attend pas le traineau, trainée / j'sais bien c'qui est entrain de se tramer : / ils sont prés à se jeter sous le trame et / tu débarques, tu jactes et promets / à tour de bras, "bon débarras" / c'est leur rage que tu veux évacuer / désolé, moi c'est enedeka maska / la haine declasse que tu peux pas maquer!

Enedeka c'est Persona non grata...


RKP #13 

 CONSPIRATION DE CONSPIRATIONNISTES

images-2.jpg

Eretik feat. Enedeka Maska

Enedeka Maska:

Au pouvoir, c'est le non sens / alors que la bêtise circule / c'est quand le savoir avance que la bêtise circule. / C'est quand le savoir avance, / que leur emprise recule. / Fragile existence, / qui ne tient qu'aux crédules. / Ils maintiennent l'ignorance, / et les fausses certitudes./ Ils maintiennent l'ignorance / et les fausses certitudes / Car tous les territoires, / leurs états, leurs frontières, / ne sont que des manières de voir / imposées par la guerre, / tout au long de l'histoire, / au cours des millénaires. / Il n'y a jamais eu de lignes noirs / qui parcellisent la terre.

Eretik:

Conspiration de conspirationnistes / un antisémite vaut autant qu'un sioniste !/ils poussent à des conflits nationalistes / Enedeka ? Eretik ? On analyse /L'homme fait insulte aux primates / lorsqu'il s'animalise /Derrière le culte aux pays se cache le cannibalisme/ des civilisations détruites par des partis réalistes. / Ca réussit à qui? Toujours aux riches! / Qu'est ce que le réel, sinon ce qu'on en fait, pillons leur oseil, faisons les trembler! / Oeil pour Oeil pour deux dents, tu leur refais le portrait / avec discrimination face à la loi du talion, / t'es comme le skinhead: la gloire des cons / A l'image de l'esprit des nations! / Finissons pas sous le voile de la télévision. / L'identité nationale n'est pas que le film de Besson. / J'appelle porc le faf! / Porte le feu à Hortefeu! / Eventre le!, leur grand jeu, leur bouche est grande / qu'ils engrangent notre triste histoire / mange notre trottoire, ça c'est gole-ri / faut les gomme oui avant qu'ils avancent encore en vente / je pense en bande , / les gens que j'aime ensemble de France - ou de tout angle - ou de toutpar le monde / toubab qu'envoie desbombes parlantes :

 Je regarde pas la peau en premier quand je rencontre quelqu'un, j'aime pas les drapeaux sans me renier  même si c'est le tien /je préfère mes idéaux, ils m'appartiennent / que de devenir collabo de n'importe quelle idéologie aryenne /c'est comme les tatouages je les ais sous la peau / Cheyenne parlait d'être humain de tout âge / chemin d'arc en ciel à travers les nuages. / Le colon a apporté le feu qui crache et les breuvages / Les résistants ont sortis l'blase d'apache, la hache  de leur crane, le scalp / C'est qui les sauvages? / reptile de leur morale / qui serpente, dans leur guerre de billets de banque / dis dessine moi un tank / mon rap n'est pas racistes, je calcine [les racistes] / jusqu'à ce que tout se partage quand il y en a pour 3 y en a pour 6 / au lieu de prendre sur le fric ta part et de divise, comme le dit le vice du système qu'on reproduit [sic] / Enedeka, Eretik, on essayera de faire mieux, pour ceux qu'on aime...

 Enedeka Maska:

Conspiration de conspirationnistes." T'oses me traiter d'antisémite quand j'hurle contre les sionistes!?!? "/ C'est la même merde, les même hyènes, qui justifient les même haines - ici celle des feuj - vaine tentative de couvrir leur bêtise malsaine de l'aura palestinienne./ Comme [ si à Gaza] ils avaient besoin de ça! Déjà bien assez de peine.. /Comme toute domination l'impérialisme est mon ennemi - qu'il porte la barbe ou le fusil, la bible ou l'uniforme de Tsahal. /Etre contre la détention c'est être contre toute forme de son-pri - D'Abou Ghraïb à Fleury commme à cuba : on ne veut aucun goulag!Toi et moi: [on est] pas du même camps / t'as la solidarité assassine et / tu hais le juif, moi l'occupant  et le fait qu'on cherche à opprimer.Face aux négationnistes, nous ne négocierons rien! Et la Shoah ne justifiera jamais le génocide palestinien.../ L'esclave ne sort pas de l'esclavage lorsqu'il devient lui-même un maître  : c'est tout un système qui l'arnache . / Accepte sa morale pour te soumettre./ Israël: cruel exemple pour que tu contemples / le piège qu'ils tendent / quand ça te tente de croire un sinistre état qui terrorise ceux qui résistent en les tritant de terroriste: ils terrorisent ceux qui résistent en les traitant de terrorristes! / L'idée d'une "justice au service des victimes" / que la classe dominante impose : vitrine de cette morale débile qu'ils dilapident dans leur prose / Considère chaque quartier comme un "territoire occupé". / Ici le "génocide" c'est la soumission et la détention des plus lésés./ Pour justifier aux autres l'écrasement de toute résistance / au lieu de parler de leurs souffrances, ils accusent les pauvres de malveillance / Au lieu d'accepter l'absence de futur, on triche  en évitant l'usine, brûle des voitures, vole les plus riches en cassant les vitrines./ Voilà comme ils nous la mettent, justifient comme ils nous traitent. /Sous l'eau ils nous maintiennent la tête / se plaignent qu'on frappe sur la cuvette. / Ils t'écrasent la gueule parterre, te condamne quand tu te débats : ils te maintiennent dans la misère,  "t'es en colère?! C'est que tu méritais ça!" . L'église est cathodique, l'inquisition, médiatique. La vie est dans la critique. Haine de classe: dialectique hérétique.

 Eretik: Ceux qui les empêchent de faire leur fraiche  sont pris pour cible : Mafia d'Etat / comme des parias, elle nous punis / Mafia d'etat : un scarla cunni' à carla Brunni / parlons des médias / Qui t'a dit d'aimer ta patrie ? Si ce n'est la TV / c'qu'elle émettait / relate nos vies / qui n'ont rien à voire avec la vérité / exemple: Guy Moquet s'est disloqué / le disque bloqué / Les fils de pétain sont convié au festin et les pierres n'y changent rien. / Les philistins (palestiniens) c'est David contre Goliath / l'acide contre la ratp' / il y a des mythes coriaces / t'es là pour la bite rapace / la connasse a sauté / je suis sur le beat, j'fracasse / vos phrases je vais m'poser / perspicace il y a de la place pour tous monter / aux cieux, sûrement/ il y a de la beauté pas que dans nos yeux / y a de la place pour les moches et les mauvaises haleines / je viens pas de Mars mais /  je suis téléguidé par les aliens / pour tous vous niquer / faire les poches / taper le système/ - sous le son des sirènes-  ne pas me jeter à la mer  / en suivant Moïse ou en disant carpe diem comme Thelma et Louise / Il y aura la guerre jusqu'à ce que la paix règne / Pas de lois si ce n'est celle du coeur, telle est ma loi /quand je rap en concert / je n'ai pas peur / j'attrire les khoi par la foudre / j'suis un goy in da hood / un peau blanche qui vire à la peau rouge ou orange, ce qui t'arrange / pour que tu me ranges dans un schéma / mange, bois / avec les potos qui aboient / c'est comme ça qu'on se sent chez soi....

Génération jaune, noire, beige, white /Purée! Cherchez l'erreur!  /  Mon frère , ma soeur, vous laissez pas abuser par les couleurs ( on est humain  avant tout)


RKP # 15

  I RAP II KLASS

lascard.jpg

 Gros beat, grosse nappe / En un titre j't'assome plus que des litres de schnaps / Gros Hit, grosse basse / Mon instru sur un street j'minsinue dans la nasse / 11 titres, 1 trace, / un crachat de sperme dans le néant, une poussière dans l'espace / Un rap épik et de klasse - deux classes / Chacun est le fils d'un accident, d'où la solitude de la masse / Mon esthétique te fige sur place !? / Juste mes miasmes qui te glacent le sang quand je sors les grosses brass.../ Ma dialektik est tenace / mais tendu vers son dépassement et le rite qu'elle embrasse / authentik hors syntaxe...

Désolé si je cite Nietzsch, pardon d'avoir lu Marx, / lui n'était pas marxiste, moi je marche en AirMax / entre l'purgatoire et le Styx, l'apocalypse dans l'espace / d'un instant donné et j'ai tant donné / que je vais t'en redonné / j'suis pas venu prendre ta place, moi je n'rêve pas d'ordonner! / "(Les pères) doivent-ils donner de l'or où donner de leur temps?" / Question conne dés lors que tu penses que "le temps est de l'argent" / et t'es l'argement déjà mort / si t'y crois, et qu'tu crois t'en sortir lachement. / Si j'te dis qu'on s'en sort c'est que franchement là j'ment...

Gros beat, grosse nappe, en un titre j't'assome plus que des litres de schnaps / gros hit, grosse basse,/ mon instru sur street j'm'insinue dans la nasse / 11 titres, une trace, un crachat de sperme dans le néant, une poussière dans l'espace un rap épik et de klasse

UN RAP, DEUX CLASSES.

La "volonté de puissance", d'accord.../ mais l'impuissance face à l'involontaire alors!? / A mes violons tu veux mettre un terme, ho... / ils resteront violent, volontairement jusqu'à l'enterrement. / Est-ce que j'pense à long terme moi?! / A ma volonté de nuisance, juste de l'essence avec des relans de néant / nez à nez, han, avec ma volonté de vivre / vivre oui... mais comme Unik, vivre libre! / Communique le chaos, pire qu'à Brazzaville.../Suis-je un brasier qui se vide /  par le ventre ? / Tout s'évente, et c'est ton sourire qui déchante comme par enchantement. / J'veux écouter comme lorsque chante 'man / Comme les histoires du grand-père - attends moi, sous la dalle de ciment / j'suis d'une meute de loups solitaire / Camarades, j'vous salue solidairement!

En un titre j't'assome plus que des litres de schnaps / gros hit, grosse basse,/ mon instru sur street j'm'insinue dans la nasse / 11 titres, une trace, un crachat de sperme dans le néant, une poussière dans l'espace un rap épik et de klasse

UN RAP / DEUX KLASSES

 


 

RKP # 15

C'EST NIIK MASKA

n2k-gun-et-bouquin-contrastee-zoom-tete-1.jpg

Pas des tinys toons même tiny d’nuit les tun-si débarquent de Lampedusa par ici, sisi /comme partout ailleurs il y a besoin de thune aussi /  v’la des BAC aprés tout ça, c’est Paris, sisi / Demande à da King, la tête te tourne aussi / Le silence des tombes creusées par les troupes de  rie-Sy (Syrie). / Aussi peu libre que des élections de Russie, / impossible de vivre une érection réussie…/ Est-il possible de vivre une révolution libre si / la population ne vibre qu’au son du fusil / des militaires, qui confisquent le pouvoir comme au temps du FIS / soi-disant pour éviter la guerre ou les terroristes…/ Comme Chirac élu à 80 % à la Ben Ali bis / en 2002 tu l'as dans l'cul c'est le Le Pen Alibi / Quand la jeunesse doré d'Europe lève les bras à la Ibiza / demande aux Kurdes le nombre de vies que le chimik Ali brisa / D'un point à l'autre du globe, il y a les prod' et les Mensonges qu'on gobe...

Vert comme un gobelin, j'vais dégobiller plus qu'un gobelet  / Omar, le coffre est plein, oh merde ça sent les gros billets, / donc les grosses emmerdes, ça pue sa mère / partout ou ça paye, ça pèse / un Snuff movy planétaire, dans son someil c'est le peuple qu'on baise / c'est la télé pas le GHB , qui permet tant de léthargie / à coups d'analgésique aidez les, regardez dans quel état j' gis...

C'est Enedeka Maska pas Moussier Tombola / ça sent le Big Massacre / Ils seront nombreux à tomber là....

Prés à tomber l'arme à la main... Pestes! Tu t'es trompé l'homme à la main leste / Tant de frustrations ravalés qui sortent violentes comme une pluie de pavé / tant de crispations, on a déjà tous merdé, donc viens pas me dire que c'est pas vrai. / D'hommes violents en foyers déchirés, d'cicatrices de vies saccagés / le quotidien d'une misère qui nous asservit, nous dessert.../ Vies brisées en fragments épars, pour recoller faudra plus que de la soudure / dépasser ce qui nous sépare, car l'union fait la force,même si c'est dure.

C'est NIIK Maska pas Moussier Tombola / ça sent le big massaka / Ils seront nombreux à tomber là...

 

ok, ok...


 

 

RKP HORS SERIE III

 LUTTE CRIMINELLE POUR MA CLASSE DANGEREUSE

enedeka-classe-dangereuse.jpg

"Notre Deuil ce sera le sera le fusil et le poignard, nous nous battrons jusqu'à la mort" / Même 80 années plus tard; ces mêmes paroles raisonnent encore / Lampaio et Maria Bonnita, Os Cangaceiros n'est pas mort! / Face au capital et l'Etat, tous Tovaritch à la mort! / Comme La Kaïna ou Phoolan Devi, j'rends hommage aux reines des bandits! / D' Louis Mandrin à Gaspard de Besse, à chaque époque ses Jacques Mess'

A quand une histoire populaire!? / De tous temps ré-écrite par les vainqueurs / ceux qui les déclarent ne font pas les guerres / mais on nous apprend l'histoire des seigneurs! / La rue a ses héros et le ghetto, ses légendes urbaines / s'ont Louis XIV, nous la Bande Bonnot / z'ont Adolf Thiers,nous Jesse James!

Beau comme l'évasion de Ferrara et la Mutinerie de Claireveaux / C'est pour Pascal Brozzoni et laurent Jacqua! / A toutes les p'tites mains et les gros cerveaux! / Catéchisme Révolutionnaire par Netchayev et Bakounine! / Il n'y a que deux camps dans une guerre: c'est soi Makhno soit Dénikine! / Nos barbes noires du bitume peuvent bien ne pas connaître Edward Teach! / Un drapeau noire et tout s'allume! Si t'as trop faim, bah Bouffe du riche!

C'EST POUR MES BANDITS, HORS-LA-LOI / AS DE LA RAPINE ET DE LA DEBROUILLE / CLYDE, BONNIE, L'OLONNAY FRANCOIS / DEMANDE A RUINES, SYSTEM D COMME DEPOUILLE!/ PAR L'ESCROQUERIE, LE LARCIN / LUMPEN PROLETAIRE, CLASSE DANGEREUSE / J'VAIS M'EN REMETTRE UN MORCEAU / NIQUE LES FLICS, LES PROCS, LES DONNEUSES!

Parti Mafia Guerilla : tu devrais te méfier car il y a / pas le choix  car guerre il y a / Fidel a la linea! / Mais dis moi de quel choix on parle? Finir sous une Quechua ou au bagne? / Ce sera la morgue ou les Assores! / La prison, combien s'en sortent vraiment? C'est bien le sort des véhéments! / "Amoureux fanatiques de la liberté" / pas d'autres choix que de se battre ouais!? / On crie "Hurrah!" comme (Ernest) Coeurderoy! / B.O. pour les nouveaux tartares! / Robin ne traine plus dans les bois / les nouvelles invasions barbares!

LUTTE CRIMINELLE POUR LA CLASSE DANGEREUSE!

LUTTE CRIMINELLE POUR MA CLASSE DANGEREUSE!

REFRAIN

A quand une histoire criminelle !? / pour ma classe et mes frères!? / Qui défièrent la terre et le ciel / ces hommes et ces femmes qui résistèrent! / Toujours les porcs qui veulent nous faire taire! / cette histoire qu'ils veulent enterrer / ces mémoires qu'ils veulent en terre / et ces espoirs qu'ils violentèrent ouais! / C'est bien la lutte des classes / l'histoire de l'humanité entière / elle est en toi, elle te dépasse! / L'histoire de ses combats de ses guerres!

bonnot-1.jpg

C'EST POUR MES BANDITS, HORS-LA-LOI / AS DE LA RAPINE ET DE LA DEBROUILLE / CLYDE, BONNIE, L'OLONNAY FRANCOIS / DEMANDE A RUINES, SYSTEM D COMME DEPOUILLE!/ PAR L'ESCROQUERIE, LE LARCIN / LUMPEN PROLETAIRE, CLASSE DANGEREUSE / J'VAIS M'EN REMETTRE UN MORCEAU / NIQUE LES FLICS, LES PROCS, LES DONNEUSES!

 

C'EST MA LUTTE CRIMINELLE POUR MA CLASSE DANGEREUSE

anarchistes.jpg

 

 
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site