Lyrics Radion Klandestine #3 "Feu aux centres de détentions"

m_1022072ae9484a1bbf292915220db012.jpg

 

 


 

FEU AUX CENTRES DE DETENTIONS

centre-de-detention-en-flamme.jpg 

Sous le soleil de Marrakech / tu rêvais d'un avenir meilleur / En mattant l'endroit ou tu crèch(ais)/ tu t'disais qu'ce s'rait mieux ailleurs /Contrôle de papelards à Barbes / Voilà qu'les porcs te ress' / Et tu t'retrouves derrière les barreaux/ Même si t'échappes au Hebs / T'es sous tension en direction/ du Centres de Rétention de Vincennes / Parceque t'es pas de leur nation / ces nazillons parlent de t'foutre dans la seine / T'as traversé les frontières, mais la connerie n'a pas d'limites / Les pires fachos seraient ceux d'hier, ceux d'aujourd'hui les imitent / On t'a mis en garde / sans qu'tu t'égares, ils te metteront en cage /Contrôle dans une gare, sans crier garde, voilà qu'les porcs t'arrachent / à ta vie et c'est à la vue de tous qu'ils te virent / si t'y échappes c'est la survie/ avenir sous vide qui jamais ne t' souris / dans un pays ou les porcs jouent aux chats / et toi t'es la souris / Dans les pires taffs ils sont nombreux les sans pap's/ aux pires taches sont soumis / Ils les traitent de barge / car ils débarquent à plus de soixante dans une barque / de quoi rendre barge / à coups de barres ils te traiteront pire qu'un klébards / Toi le gaulois ça t'attère eux/ c'est la terreur qui les rend si déter-miné /venu de là ou la vie se ter-mine/ trop souvent sur un terrain -miné

Ils ont du enterrer leur pères / et terrasser leurs peurs /pour pouvoir quitter leurs terres / pour un monde ou ils doivent se terre(r) /car les porcs les traque eux / pour une histoire de papelard /Qui est le détraqué?/ Celui/celle qu'on attrape ou celui qui hurle "palpe le/la"? /Celui qui dit dégage de c'territoire / car tu n'es pas de mon peuple là / alors qu'si on regarde sa propre histoire / son grand père était pas plus d'là? /Sale porc! Tu les rejettes / car ils ne sont pas de ta leur-couTu rêve de leur couper la tête / ou d'une corde à leurs coui / Ils ont troqué pour des costards / leurs chemises d'hier brunes ou noires /On les connait bien ces batards / des porcs à l'image des putes aux pouvoirs!

 

 la-france-nous-baise.jpg

 


 

 

T'ETONNES PAS

lancer-de-cock.jpg

 

"Va-z-y Porc! Traines pas dans le tiekar!/ Tu veux qu'on t'tabasse qu'on t'ramasse à la p'tite cuillère?" / T'etonnes pas si on n'te respectes pas porc/ ta politique d'oppression a fait son temps par chez nous /On compte les morts et les détenus / la peine capitale est révolu mais s'exerce toujours dans la rue / T'étonnes pas si mon coeur se serre pour Zyed et Bouna/ Si on veut faire la guerre pour tous ceux dont on n'parle pas / Le bleu appelle le sang/ pour toutes ces années ou "simples contrôles" signifie "humiliation" / raciste dans les actes et les remarques/ arbitraires dans l'arrestations / élève des chats dans des cages / t'étonnes pas si il en sort des lions!

Ils ont voulu parqué les pauvres en dehors des villes / T'étonnes pas si dans les tèce on rêve aussi de guerre civile / Matraqué de pub , pas moyen de d'mander à papa / T'étonnes pas si quand on peut on vient prendre c'qu'on a pas / Plus de sens dans 10 jours d'émeutes que dans 10 ans de manifestations / T'étonnes pas si j'men bats les yeuks de tes élections / Ta putain d'politique : sourire de pute, costard crav' / la mienne est un cocktail qui va faire un gros flash /Moi aussi j'ai vu "la lumière au bout du tunnel"/ C'était l'éclat d'un cock' sur un collègue, "Fais tournez la bouteille!"

 T'étonnes pas si ça pète si on a plus rien à perdre / souvent j'rêve que j'fume un keuf ou alors que j'plastique la CAF / T'étonnes pas si on peut plus d' attendre encore / quel'flingue à leur ceinture finisse sur la tempe de ces porcs / Sarko s'indigne, les juges seraient trop clément à Boboch' / Pourtant par leurs fautes beaucoups trop d'proch' sont en prisons / T'étonnes pas si on kiffe pas l'arlouch dans les quartiers populaires / Quoi? Tu voudrais nous faire taire et qu'en plus on suce l'oppresseur!
T'étonnes pas ma gueule si les jeunes ont la haine / si les generations se succedent et prouvent que ça n'vaut pas la peine /de croire en leurs promesses et d'attendre un changement / seul s'alternent le cul de bourges blancs sur les bancs du gouvernements / Les pauvres restent des pauvres et les porcs des porcs / Et pour un qui s'en sort, des centaines qu'ils enferment! / L'ennemi est une caste qui se partage le pouvoir / T'étonnes pas si j'prône le Jihad de Klasse et si on va l'avoir /T'étonnes pas si quelques caisses et quelques écoles crament / Yaura mieux, attends un peu la descente des banlieues sur paname /T'étonnes pas , T'étonnes pas, T'étonnes pas, si ça détonne en bas d'chez toi!

L'injustice de leur opulence se soignera à l'essence / garde des cartes postales bientôt tu r'connaîtras plus la France / Trop longtemps quça dure, tu fonces dans l'mure , impossible de recul' / trop longtemps qu'on nous encule t'étonnes pas si ça brûle! / Toujours les mêmes qui s'engraissent, toujours les mêmes qui saignent / T'étonnes pas si on s'organise pour niquer le système! /L'ennemi est une caste qui se partage le pouvoir / T'étonnes pas si j'prône le Jihad de Classe et si tu vas l'avoir!

flics-brules.jpg

 


 Miss Lili Berté

molotov.jpg

 

On dit qu'tu n'existes pas. Et alors? Dieu non plus et pourtant ils sont des milliards à y croire... / Dans ce système de merde , paraît qu'pour t'approcher il me faudrait d'la thune / En tout cas, quoi qu'il en soit j'te trouverais pas dans les urnes / à choisir le moins pire parmis ces fils de chire / qui s'déchire pour réussir à devenir les maîtres de notre avenir / Beaucoups comme eux pensent pouvoir t'acheter mais je sais / qu'tu n'te donnes pas comme ça pour une poignée d'dollars... / ça voudrait dire que les pauvres ne te méritent pas et j'crois pas /que tu sois une fille facile qui s'donne et s'abandonne au premier porc qui l'habille / j't'ai cherché dans les abysses, biensûr tu n'y étais pas / partout ou j'ai cru t'y trouvais , je m'éloignais de toi / alors pars pas, ne m'laisses pas seul comme ça comme un con / sous les néons d'la cellule du dépôt moi j't'ai fait un poème / Toi la belle muse de ceux qui s'use et t'use à en abuse / à trop vouloir t'atteindre sans prendre le temps d'attendre / je ne cesse de l'entendre Lili, combien sommes nous à ne plus pouvoir attendre? /Un canon collé sur la tempe Lili, combien sommes nous à n'plus pouvoir t'attendre

 J't'ai pas trouvé dans l'amour p't'être que j't'aurai dans la mort / J'voulais juste être ton amant que tu me sers contre toi fort / que tu me fasses oublier à quel point les hommes sont des porcs / à quel point la vie est une pute, en attendant j'affronte mon sort / Alors j'hurle ton blaze et j'l'épelle sans appel / et mon coeur se serre quand j'pense à nos frères qu'ils enferments / quand ils t'assassinent sous la semelle de leurs bôtine /Moi j'ai la haine de l'impuissance, pour toi ma fleur au bout d'une bouteille d'essence...

molotov-molotov.jpg

C'est Zarb souvent lorsque qu'on me demande de me comporter en adulte / c'est comme si on me poussait à te cracher dessus qu'on m'assignait t'insulte! / Mais comment pourrait on t'atteindre sans violence / Lili quand tous les porcs de France veulent nous castrer dés l'enfance / à tant vouloir nous faire oublier que tu n'es pas de leurs cotés / que tu n'accueuilles dans ton lit aucun homme de leurs partis / et pourtant ils t'ont crucifié de leurs mensonges ces fils de putes / sur le fronton des mairies et qu'ils te violentent / lorsqu'ils t'évoquent, ils nous provoquent quand ils t'invoquent / Ils te vomissent quand ils te citent / te chie dessus dans la bouche du proc' / ils mettent des prisons dans nos têtes des barreaux dans nos cervelles / faudrait qu'on te sorte de nos cerveaux sous peine de finir à Claireveaux / là ou les filets quadrillent le ciel / pour empêcher de te kiffer si fort / qu'on serait prêt à s'envoler avec toi / dans un dernier corps à corps ... /Tu manques si fort à nos frères en son-pri dans la peine / que pour te rejoindre certains sont prés à se tailler les veines... / putain merde, lili,t'es belle et dangereuse comme la mort / putain , moi j'tai rêvé et j'tai aimé fort...

refrain

Pour toi ma fleur, un torchon imbibé au bout d'une bouteille d'essence...

Et merde, lili, moi j't'ai rêvé et j't'ai aimé si fort / moi j'y ai cru parfois j'me laisse aller à y rêver encore / et j'hurle ton blase et j' les baise, et j'tépelle sans appel / et seul répond à l'écho la voix du proc' qui veut m'enferme / sous les néons d'la cellule du dépôt j't'ai écrit un poème / j't'offrirai une symphonie si les porcs me laisse le temps de dégaine /toi la belle muse de ceux qui se battent de ceux qui saignent / d'être tant éloigné de toi dans ces cages où ces barges nous retiennent ...

Ici si c'est toi qu'on prie, c'est toi qu'on chante lorsqu'il nous enchaine / l'ironie c'est qu'à trop aimé on est gagné par la haine, lili, on est gagné par la haine..../ Car ce système  qu'on te salisse, qu'on te renie et t'oublie à tel point que j'me d'mande sans peine si t'es pas au bout du fusil, lili...

Je sais que t'es au bout fusil...

 


 

 

ON M'A DIT " SI T'AIMES PAS LA FRANCE..."

sarko-comme-en-40.jpg

Mais où est la malhonnêteté quand l'injustice est la règle?

Quand les lois sont faites par et pour ceux qui tiennent les rennes du systêmecomment resister au benef' de la criminallité  /quand on voit à quelle sèremi nous condamne la légallité? / Putain finir en calèche c'est le rêve de personnemais trimer dans la dèche c'est le cas de trop monde / seul ceux qui n'ont jamais été en chien ont du mal à  comprendre/qu'on s'organise à taper l'blés là où il y en a à prendre / ils voudraient qu'on accepte de vivre  /soumis et à genoux /qu'on s'organise pour résister et ils nous traitent comme des fous / quand un porc est élu, les moutons ovationnent / Nique leur modèle de merde, T'étonnes pas si ça détonne!

 On m'a dit " si t'aimes pas la France alors casse toi" /Moi j'dis " si t'aimes pas la France alors casse là" La fierté avec laquelle ils exultent est une insulte à tous nos morts /Ta France, j'm'en branle, j'te la laisse en cendres porcs!

Y'en a qui kiffe sur Sarko qui disent qu'il fait c'qu'il dit /Cherche un peu ses mots dans l'dico et arrête de petri /son programme sent les années trente et comme des cons ils kiffent /moi j'rêve de lui déchirer le boulle avec son étoile de shériff

la France sans complexe elle a le bras droit en l'air/ / Trop d'gaulois siguent au garde à vous comme le faisaient leur grand pères /contrôles de papiers au facies, rafle dans les taxi-phones / la france des années 2000 sent la taule et ça vous étonne? / Elle  prend ses grands airs sécuritaires, le salaire d'la peur /le jeune de banlieue comme épouvantaille du JT d' vingt heure / Combien d'ieuv en campagne qui ont jamais croisé d'rabza / et quio noircissent leurs slips en écoutant les média / on dit l'immigration est un problème qu'l'intégration marche pas / mais si ya du chomage c'est parceque le système marche comme ça / faut des baisés, des baiseurs et des bouquémissaires c'est les pauvres qui douillent à coups de coudes dans les couilles restent dans la misère / centre ville pour les riches, classe moyenne en zone pavillonnaire / les autres parqués dans le béton, mais qu'est c' ça peut leur faire? / Ils ont l'gen-ar et l'pouvoir, t'lachent des miettes pour salaire /si tu gueules les CRS viennent t'apprendre à te taire / sur un rythme de rafale, que les caisses crament / depuis tipeu, j'attends la grande descente des banlieues sur paname / ils le plébiscitent en demandaant pourquoi ça brûle pas chez les bourges /mais les riches vont regretter que la banlieue se bouje!

"Alors ça, ils l'auront bien mérité! / j't'assure qu'ils vont l'regretter"

T'as cru qu'Lepen et le FN s'était fait déclassé /mais c'est par la grande porte que ses idées sont rentrées à l'Elysées / Sarko et son équipe ils ont maqué les médias / chaque jour c'est "amour gloire et beauté" sur lui ses potes et cecilia (carla) / putain d'sarkoland, putain mais guette leur propagande /toujours plus loin dans le même délire, mais le pire reste l'avenir / le résultat ne m'étonnes pas mais ils exultent ces fils de putes / ils veulent nous voire marcher au pas, plus que jamais il faut qu'on  lutte § pays de merde, sa mère, parait qu'faut pas qu'on désespère / ta france, j'la gerbe, elle est pour nos frères qu'ils incarcèrent!


 


 

MARIANNE II

twk_tomahawk_marche_no_librale_sarko1.jpg

ENEDEKA MASKA:

Je dis Feu, feu aux centres de détentions! / Je pense à tous nos frères enfermés dans les prisons! / Je dis feu feu aux centres de détentions / à mon arrière grand père mis dans un camps de concentration . je voudrais foutre le feu aux centres de rétention / cramer les prisons qu'on y laisse flic et mattonsAmadou est enfermé, s'demande c'qu'il a fait d'mal

t'as rien besoin d'faire mec, juste pas les bons fafs man /Jerome n'en peut plus de voire pleurer sa maman / d'attendre les parloires pour voire grandi ses marmots /juste quelques méfaits pour faire damer la mifa /transformés en mois fermes: le proc parle de mafia /m'enfin, y'aurait même de quoi rire! / Si on voyait pas qu'les siens sont entrain d'en mourir / cette pute de procureur ose prendre cet air choqué / quand les plus grands voleurs sont ceux qui font voter / les lois qui font qu'un braco de mille euros et c'est les barreaux / quand les barons eux niquent des milliers d'prolos et vont aux restosà chaque époque ses uniformes, sa morale et ses normes / ses braves et ses putes qui les donnent, ses citoyens qui dorment / hier ont t'enfermé faute à ta religion / aujourd'hui t'as pas les bons papiers, le bon père, le bon nom / ils ont pillés l'Afrique, ils s'barricadent dans l'Europe Forteresse / sur not' dos font du fric et leur flics nous oppressent /des décennies qu'pour être tranquille, ils nous parquent loin des ville / ils oublient que dans les quartiers, on rêve aussi de guerre civile!

Marianne, mère maquerelle veut nous faire tapiner / veut qu'on s'canne, qu'on s'querelle, qu'on s'divise t'as pijé / 1 guerre, 2 classes, une putain d'guerre de classe! / La bourgeoisie joue l'boss et Marianne est sa 'tass


 

 

KOUSIN

prison-1.jpg

Putain kousin

j'ai merai bien te dire que tout va bien mais comment veux tu que ce soit l'cas

quand ils nous tiennent enfermés loin d'toi

c'est pas une vie, les allez retour au schtar

j'ai qu'une envie, filer du file à retordre aux schtares

leur écraser un pavé sur la gueule

pour tous les frères en cage et tous ceux qui se sentent seules

et désarmés

face aux larmes de nos mères, j'sais qu'désormais

ils nous faut pas que d'l'art mais des armes mec

ma plume suinte l'imuissance à chacune de mes lettres

(nous faut pas d'lart mais des armes mec)

je sais qu'écrire c'est important qu'ça signifie beaucoups

mais j'rêve d'un tire à bout portant pour tous ceux qui t'ont mis au trou

est c'que tu t'rappelles ce que je rappais

ce que je rappais déjà, y a quelques années, y a quelques années de ça

c'est toujours pas suranné...ça faisait

"j'donnerai cher mon frère, rien qu'pour te voire sourire, rien qu'pour t'entendre rire

comme au bon vieux temps/ nostalgique d'une pèriode ou c'était déjà la merde,

parait qu'demain c'est pire,

on m'a dit calme toi attends,

moi j'réponds j'ai pas l'temps

le doigt sur la détente, jsuis pas prés de m'détendre

parceque demain n'existe pas parceque demain j'suis mort"

à part le fait qu'j'suis encore là

tu vois j'avais pas tort

pas de pédagogie chezces porcs à part celle de la haine

c'est elle qui m'tient, me porte

mais j'me bat pour ceux qu'jaime

cousin, nouchma, elle est pour toi mon poto

j'ai l'seum moi, tu m'connais, j'connaitrais pas l'repos

tant qu'nos reufs se feront prendre et amener au stepo

tant qu'nos rêves, nos espoirs iront se pendre au dépôt

"gros bouffon tu crois encore qu'on va donner des nom!?

c'que j'vais t'donner gros porc un allez à Tenon"

c'est comme si j'lavais sentis quand t'étais retombé

putain y a défois on préfèrerait se tromper

de larmes rouges sang, mes joues se sont trempées

j'porte une haine pure qu'rien ne peut estomper

y aura pas de cessez le feu, eux n'ont jamais cessé

d'enfermer ceux qu'on aime et de nous oppresser

ils ont voulu nous briser en nous mettant dans des cages

tout c'qu'ils font c'est attiser notre colère et notre rage

c'est pour les cous' enfermés ceux qui crèvent dans les taules

ceux qu'on trop pris d'ans ferme et /voient leurs rèves dans l'étau

tant qu'mon cousin sera là-bas/ne me parlez pas de paix

un trêve? Même pas en rêve! ne m'en parle pas tant qu'existera l'A.P.

Putain mais qu'est ce qu'ils croient qu'on va lacher l'affaire

personne n'est à sa place dans ces putain d'mouroir

et ils attisent notre haine dés qu'ils enferment un frère

400 000 bonnes raisons de faire la guerre aux batards

une pensée pour les frères qui restent à l'intèrieur

à ceux dehors qui connaissent l'enfer et vivent dans la terreur

du contrôle de papier, impossible de bouger

sans craindre de sfaire attraper, vivent comme des bêtes traqués

mon frère, c'est tout un système qui est fait pour nous la mettre

si stu l'as pas déjà fait il est grand temps de l'admettre

Putain cousin, dans mon coeur ça craint

 y a que de la colère, de la douleur de la haine pour ces chiens!


 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site