Lyrics I RAP II KLASS (Anatomie de la Haine#2)

 

Irap ii klass

I RAP II KLASS

Gros beat, grosses nappes en un titre je t'assome plus que des litres de schnaps / Gros hit, grosses basses, mon instru sur un street je m'insinue dans la nasse / 11 titres une traces, un crachat de sperme dans le néant une poussière dans l'espace, un rap épique et de classe, chacun est le fils d'un accident d'où la solitude de la masse / Mon estéthique te fige sur place, juste mes miasmes qui te glace le sang quand je sors les grosses brass, ma dialectique est tenace mais tendu vers son dépassement et le rite qu'elle embrasse / authentique- hors syntaxe...

Désolé si je cite Nietzsch, pardon d'avoir lu Marx, lui n'était pas Marxiste.../Moi, je marche en Air Max entre le Purgatoire et le Styx, l'Apocalypse dans l'espace d'un instant donné/ Et j'ai tant donné que je vais t'en redonner je suis pas venu prendre ta place moi je ne rêve pas d'ordonner, / (les pères) doivent-ils donner de l'or ou donner de leur temps, question conne dés lors que tu penses que le temps est de l'argent. Et t'es largement déjà mort si t'y crois et que tu crois t'en sortir lâchement. Si j'te dit qu'on s'en sort c'est que franchement là je ment.

Gros beat grosse nappe, en un titre je t'assome plus que des litres de schnaps, gros hit, grosse basse, mon instrue sur un street je m'insinue dans la nasse, 11 titres une trace, un crachat de sp...dans le néant, une poussière dans l'espace, un rap épique et deux classes.

I RAP II KLASS

la volonté de puissance d'accord, mais l'impuissance face à l'involontaire / à mes violons tu veux mettre un terme?Ho...Ils resteront violent volontairement jusqu'à l'enterrement .Est ce que je pense à long terme moi? A ma volonté dce nuisance, juste de l'essence avec des relans de néant...nez à nez han...avec ma volonté de vivre.Vivre, oui, mais comme (dirait) Unik "Vivre Libre".J' communique.Le chaos : Pire qu'à Brazzaville / Suis je un brasier qui se vide, par le ventre ?Tout s'évente et c'est ton sourire qui déchante comme par enchantement, je veux écouter comme lorsque chante 'man...Comme les vieilles histoires du Grand Père."Grand 'pa, Attend moi sous la dalle de ciment".Je suis d'une meute de loup solitaire.Kamarade je vous salue solidairement.

Gros beat grosses basses, en un titre je t'assome plus que des litres de schnaps / gros hit, grosses basses, min instru sur un street je m'insinue dans la nasse / ma dialektik est tenace, chacun est le fils d'un accident d'où la solitude de la masse / Un rap épique et de classe / I RAP II KLASS

Anatomie de la haine enedeka maska10

II  COUPS DE BAGUETTE I PAIN DE PLASTIK

1 Kick,2 coups de baguettes,1 pain de plastik, 1 beat, 1 "ok TKT" et "bombe boumbastik telefon tastik", j'ai les tics et les T.O.C du détraqué autenthique , autiste face aux flics par principe...Tire un coup et c'est la Guerre Mondiale comme Gabriel Princip. Nique l'Archiduc, les barons et les têtes à couper, proc, flics, juges et mattons, les traitres à pas louper.

Quand je dors, j'me marre ( au moins dans mes rêves) mais ma iv prend des airs de cauchemard...Ouais connard je crève de rire jaune.La soupe à la grimace a bien remplis jauge, j'ai tiré la culasse.Y a de la neige sous mes pieds : blanche comme le piège sous ton nez, le sol qui s'affesse mes pas,  et moi qui me dépêche le trépas- au bout du dépassement.Tu défrayes mais ne payes pas, mais ne regrettes pas le déplacement. On parle en RSA quand ces batards parlent de placements.Ne me dis pas que le murmure de la Place ment.C'est bien la ge-ra qui monte donc lachez pas face à l'immonde.D'ici qu'on vive un bon moment faudra encore matter sa montre.Rappelles toi comme disait maman "c'est la petite bebête qui monte".

Depuis des lustres j'écluse l'araignée collée au plafond, depuis les étrusques ça abuse pour les milliers dans les plafonds, depuis des lustres j'écluse l'araignée collée au plafond, depuis les étrusques ça abuse...Une poignée de porc qui s'en sort...pour des millions dans les bas fonds.

Dans la boue glacée j'ai deviné, dans la roue enlassé, torturé dans le virage, dans la neige j'ai écris mon blase d'un crachat d'amertume dans lequel tu liras mon âge: j'ai 400 000 année lumière, la rage comme tous les damnés, des porcs qui me collent au derrière.Des sales klébards qui te suivent à l'odeur ne pensent que provoquer la peur, mais connard c'est celle de l'honneur, de notre morale de nos valeurs. / Traîte nous de voleur on est al , ne nous mélange pas aux violeurs.J'sui qu'un macaque avec une arme, un cerveau, un certain manque de calme,ne me demande pas si j'ai une âme, je la préfère au manque de came . Tête brûlé, cerveau mé-cra, je préfère me faire un enculé que de retomber dans la mé-ca.

Thérapy par la violence, giclée de sang comme à la naissance.Adrénaline, des cris, des pleurs, C'est sanguinolant. L'hémoglobine (et) pour me dire que je suis vivant.Un kick , deux coups de baguettes, un pain de plastique, un beat un ok TKT et bombe " boumbastik, téléfontastik", j'ai les tics et les TOC du détraqué authentique. Autiste face au flic par principe. Je tire une coup et c'est la guerre mondiale comme Gabriel Princip.

Je veux les clavecins de Mozart , les orgues de Staline, faites tirer les mesars, il faut pousser la machine, les trompettes de Jéricho, détournement de gospels baptistes, le Blast vient d'Uniko, est ce la voix de l'Antéchrist ou ...

I KICK II KOUPS DE BAGUETTES I PAIN DE PLASTIKS

1 BEAT 1 "OK TKT" et "BOMBE BOMB(L)ASTIK"

enedeka-anatomie-de-la-haine-II.jpg

DOOMSDAY

Pétage de plomb, y a pas de plan b, cervelle plombée pour le doomsday / Anarcho-crunk Klass war musik / Arnako punk, Refrain épik / Anarcho crunk, Doomsday Grapique / Arnako punk, refain épique.

Le train de la vie moi je l'ai fraudé / Toi je t'ai vu jeter ton ticket parterre c'est vrai qu'il y a de quoi être frustré par l'exploitation hebdomadaire / 7 jours à se faire baiser pour le week-end s'envoyer en l'air, je crois bien qu'un jour je vais me tailler m'arracher vers d'autres atmosphères / Les laisser s'entretuer dans un grand Doomsday nucléaire, doomsday nucléaire / Doomsday, Doomsday nucléaire /

Un jour ça va méchament charcler déjà que le quotidien c'est la guerre, le quotidien c'est la guerre, le quotidien c'est la guerre / ça fait longtemps que j'ai choisis mon camps que j'ai dit à ceux d'en face d'aller se faire ( le quotidien c'est la guerre)/ Le quotidien c'est la guerre - cannibale, Il bouffe ses propre enfants qui ne demandent qu'à s'en sortir, parle d'intégration en les excluant, tous tous, tous à l'école des martyres, tous à l'école des martyres.

Pas besoin de finir salafiste pour savoir que ce monde est sale fils. 400 000 nouveaux Millénaristes qui voient ce monde courir sur la piste du Doomsday planétaire.Tous produits de l'enfance atomique dégénerescence de la course au fric, tu voulais avoir ce dont tu rêves, ils t'ont fait rêver de ce que t'as, travailler jusqu'à ce que tu crèves pour faire de toi, un  zombie de l'achat, un zombie de l'achat, un zombie de l'achat /

Il faut bien rentabiliser cette putain de semaine à trimer, ici on rêve tous d'atomiser oui ce système fait pour nous brimer ( système fait pour nous brimer, système fait pour nous brimer). Ta-ta-taliban de l'antifrance, banlieusard des bans de l'anti-monde, on compte plus les siècles de souffrance, on entend plus que la colère qui monte.

Va-z-y ramène tes collègues immondes écouter la colère qui monte 

Putain y a plus rien qui t'appartient ton seul plaisir: la marque de tes pompes / Tu te demandes bien pourquoi tu tiens, il est temps de sortir le fusil à pompe .

Sortir le fusil à pompe, sortir le fusil à pompe.

Anarko-Crunk, Klass War Musik. Arnako Punk, Hachoir Musique!

Anatomie de la haine enedeka maska9

 

LA VIE DES ENCRIERS

Enedeka clip5

 

 

 

 

 

 

 

SKP

 

Squatteur-Kasseur-Paris

Un sigle? Un cocktail sur une étoile noire ? J'déterre le H de guerre , garde bien ta paix batard. Iroquois en Nike Air, y a qu'à allumer les schtards. J'ai les H-WAR pour frère, Haine de klasse pour histoire. Aucun rescapé, ce que je viens chanter c'est le SKP, on vient s'tapper, t'as pas compris? Reste qu'à tout péter, DSK tout pété. "C'est bien le PS, t'as voté? c'est qu't'as rien capté", rien n'a capoté, la vérité grosse partouze comme la papauté. Ils viennent te tripoter puis te parler de propreté.

Sur le clavier tapotez: Le communisme, l'insurrection qui vient a comme un goût de propriété.

Un conseil? Si tu sais faire un gateau, tu sais faire une bombe, on a conscience de notre force la force de l'ombre / Surgît sur les flics, les vitrines comme un cris dans la nuit, y aura de l'hémoglobine si l'avenir nous sour^t, on va péter des dents depuis toujours on vient niquer Paris , rien ne vva changer maintenant t'as toujours pas compris, papaparisien nanan, banbanlisusard opui oui, sauf au stade tribune auteuil , mes hooligans sisi! Ici c'est Paris, sa banlieue et surtout le contraire, c'est la revanche des gueux quand Paname sent la guerre.Tout niquer sur les champs c'est comme un rêve d'enfants, tous banlieusards mis au ban, rats des villes et des champs, des cauchemards qui nous hantent comme des rêves attachants, des lendemains qui déchantent comme des refrains tranchants.

S pour Squatteur, K pour Kasseur, Paris, Squatteur Kasseur, Paris / S pour Squartteur, K pour Kassuer, P, pour Paris, SKP t'as compris?

Je baiserai la france avant qu'elle même me baise ouai. Je suis antifaf sans que les SS reviennent mec / Les neuski sont déjà là en casual dans la rue et pour te dire antifa, t'as attendu qu'ils tuent / t'as pas compris ou quoi? Moi, mon block est renoi, pas "Wannabe-dressed-in-black". / J'lai déjà dit plus d'une fois, je suis venu pour péta, les porcs, flics ou feufa / Les vitrines, les singma.

Quand on te quitte c'est la symphonie des bips et quand on kick on vient chanter en équipe.

S pour Squatteur, K pour Kasseur, P pour Paris/ Squatteur, Kasseur, Paris

C'est les new bricks on da cop / pas les New Kids on Da block, c'est vrai que t'aimes pas le Hip-hop et qu't'as rien compris au Hip-hop / et tes potes t'ont pris pour un con et toi tu vaux pas mieux de toute façon que ces putains de politicards donc gare à toi garçon...Tu veux régler tes comptes en écrivant des tractes et colporter des contes pour éviter des claques...

S pour Squatteur, K pour Kasseur, pour Paris

Quelle est la partie du mot "non" que t'as pas compris, violeur ce que je te souhaite: "autre chose que la son-pri". "Tu mérites un rape revenge" mais on n'est pas dans un film, nos soeurs sont pas anges, c'est pas la vie des sims... SKP sortir les Kamarades de Prison, SKP pour un monde sans Keufli ni patron, SKP Saigner les Keufs et les Porcs, pas de rescapé, ici on a tous la Haine au corps...

Sinaï, Magnus, Beussé, Pogus, Original 104, pour les Syndiqués les femmes pirates, et  400 000 est mon armée...

400 000 EST MON ARMEE

Enedeka clip6

 CARTE A GRATTER

J'avais tant de choses à dire sur la carte à gratter de la vie / plaque noire, j'l'ai vu blanchir au rythme effrenné des récits / des situations qui m'ont fait / modelé tel que je suis ouais, des bastons sans trophée, des défaites que j'ai essuyé

Sur la carte à gratter de la vie, je trace des lignes en fermant les yeux / je devine un visage qui sourit c'est toi qui me connaît le mieux : donc si je dois partir rappelles toi juste des bons moments / de nos regards, de nos sourires de ces quelques jours de printemps.../ Sur la carte à gratter de la vie j'y trouve toujouyrs une place pour loger mes amis, c'est la sèremi...mais qu'est ce tu veux que je te dise je n'ai rien fait à demi, c'est peut être pour ça que je m'épuise / j'aurai tellement voulu être un meilleur frère / j'avais tant de choses à dire quand je n'ai que sû me taire...

Elle me l'a toujours dit je suis tout le temps dans les extrêmes / je suis p't'être mal partis mais je veux plus faire de mal à ceux que j'aime / sur la carte à gratter de la vie je me tappe la tête contre les murs / je sais ce que je vais faire aujourd'hui mais du mal à croire au futur

Toi tu m'as dit que je ne t'ai pas laissé de place, mais je cours aprés Money y a l'appart à khalass / Une radio de mon coeur et sûre que t'y verrais qu'un schlass / je suis partis à l'heure juste avant que tu te lasses./ Moi je ne suis pas un dealeur je ne vends pas de rêve, à 30 euros le bonheur s'il est trop pure tu crèves / j't'ai juste dit ce que je pensais et toi tu m'as dit "chut" impossible de te parler si c'est juste tes pompes que tu scutes / tu ne trouveras pas de réponse sur le damier du sole du salon / pas de "pas à pas " moi je fonce, j'ai damé ma raison /avant de la perdre à me défonce pour d'assassine passion / "attrapes la rose même pleine de ronce et affrontes les saisons" les tempêtes et les cyclones et les douces nuits d'orages : fumer cinq ou six cones n'a pas détruit ma rage / Tu connais la légende du chasseur de dragon : elle commence dans un chateau rouge et se termine dans un dragon / et tu connais l'histoire du fumeur de cailloux? Qui du bout d'une cannette en fer s'est vue devenir fou? /J'l'ai déjà vu ce film je crois que je l'ai déjà vu mille fois /la pelliculle s'abîme j'ai un ulcer à l'estomac /Je veux plus voire mes potes sombrer dans ces vapeurs mortelles /on s'est déjà tous tromper, mes erreurs se martellent / sur la carte à gratter de la vie, j'ai vu des amis s'inquiéter, la mort qui applaudit / j'ai vu des chton-ca, des seringues qui te traversent le bras / j'te prépare un ton-car pour un dernier re-sda / j'ai pas trouvé les mots, juste une boulle dans ma gorge / bouche b comme un marmot face à une bête qu'on égorge

j'ai vu crevé l'envie et dans un cris atroce / j'ai gravé mes envies sur un crâne à coups de crosse.../ tu ne me comprends pas ? bah si ça peut te rassurer je ne me comprend pas moi-même / je voulais être assuré etre là pour les miens qu'ils soient fier de leurs frères.../ Je marche sur les mains, le tapis de braise de l'enfer / sous ma paume abimé, que tout parte en fumé, continue à me blamer, laisse ma fierté faner/ sous un tapis de bombe, laché par confidence, sors de l'ombre si je tombe comme dans la résistance / je ne compte plus que sur vous, la mif que j'ai choisis, je me trompe souvent j'avoue mais trés rarement d'amis

 Pour les reste c'est foutu, tu sais l'amour est mort dans une broussaille toufu, aprés que le matadore aît donné le coup final, lâme à travers le corps d'un geste théatrâle , qu'on en demande encore . .. / Mais moi je n'en peux plus sur la carte à gratter de la vie / la place je n'en ai plus j'sature si tu veux mon avis...tout s'ajoute et rien ne s'efface, on y verra plus rien, j'y trouverai peut-être une place et l'espace d'un destin / car on a tous le même entre quatre planches de bois donc dis le si tu m'aimes et si tu tiens à moi / car j'vais honnête car dure personne n'est fait pour rester, je ne crois pas au futur, trop vu le préent se faire molester / je ne crois pas en l'avenir mais je crois en mes amis / ça prend du temps à venir mais avant que je sois partis, il fallait bien le dire...

Tous orphelins du système il a fallu grandir sans ces rêves qui calment nos peines / la carte à gratter de la vie est devenu page blanche : est-ce l'heure des Walkyries, de ton St Pierre ou de ses Anges/ Est ce que j'ai fait mon temps ou est ce que mon temps m'a défait? / J'ai perdu quelques dents et croisés quelques fées en nageant dans les eaux troubles de l'auto-destruction / j'ai craché sur mon double, lui posant des questions avant de réaliser que je ne parlais qu'à une glace / que j'engueulais mon reflet prés à lui niquer sa race / Adossé plus d'une fois aux portes de la folie, j'ai cru passé le pas de cette salle ou on s'oublie / donc je remercie tous ceux qui m'ont tendu la main, je ne connais pas de vie douce, l'amour est sans lendemain mais j'ai gagné une soeur à travers les épreuves, mes badboys ont du coeur, le prouvent dés qu'ils le peuvent...

Sur la carte à gratter de la vie, j'ai raturé des noms puis compris que la vie est trop courte pour être con : prends soin de tes vrais amis , crève l'abscés, les tensions sur la carte à gratter de la vie/ Sur la carte à gratter d'la vie, j'ai dessiné mes haines, mes peines et mes envies, j'y trouve toujours une place pour loger mes amis, c'est ma fami, malgrés les soucis, les ennuis / c'est la sèremi...mais qu'est ce tu veux que j'te dise...je n'ai rien fait à demi c'est p't'être pour ça que j'm'épuise.../ A travers le pire, j'aurai voulu être un meilleur frère, j'avais tant de chose à dire quand je n'ai que su me taire...

Sur la carte à gratter de la vie

(...)

La vie m'a mis des claques sur des pom-tachacks - je sens juste mes machoirs qui se contractent

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site